Impasto (poterie)

l'impasto est un terme d'origine italienne qui désigne à l'origine un mode de poterie des Étrusques, utilisant une argile grossière contenant des particules de mica ou de pierre. Il était en usage depuis la fin de l'âge du fer[1] de la protohistoire italienne[2].

Vase du musée Guarnacci de Volterra.

Histoire

L'impasto apparaît dès la civilisation villanovienne des Xe et VIIe siècles av. J.-C.. La céramique est faite d'une argile mal purifiée, à la surface lustrée, d'une couleur qui peut varier du rouge au brun (ou au noir suivant la cuisson). Les décorations, incisées ou en relief, sont grandement géométriques (quelquefois elles sont complétées de figures stylisées d'animaux ou d'humains)[3],[4],[5],[6].
Du fait de la rusticité de l'argile employée, les poteries à impasto sont montées sans tour, technique qui n'apparaîtra qu'avec l'intensification des échanges avec les colonies grecques (les eubéens de Grande Grèce)[7],[8] du sud de l'Etrurie, vers le VIIIe – VIIe siècle av. J.-C.[9],[10].

La technique qui suivra (VIIe – Ve siècle av. J.-C.) sera celle du bucchero, dont le but est d'imiter à moindre coût les récipients de métal noirci[9],[11].

Exemplaires dans les musées

Notes et références

  1. Guido A. Mansuelli's, The Art of Etruria and Early Rome (1964), the term "impasto pottery" is described in the following way: "Ceramic technique characteristic of hand-worked vases. By 'impasto pottery' is generally meant that of pre-historic times, of the Iron Age or later, made of impure clay with silica content." (p. 236)
  2. Définition du musée du Louvre : « Terme indiquant l'exécution sans roue et à la main des vases en argile non épurée pendant la protohistoire italienne. »
  3. Frank Van Wonterghem, « Barbara Gori & Tiziana Pierini, Gravisca. La ceramica comune. I. Ceramica comune di impasto. II. Ceramica di argilla figulina : 2001 Fabio Colivicchi, Gravisca. I materiali minori, 2004. », L'antiquité classique, vol. Tome 77, , p. 821-822 (lire en ligne, consulté le 5 octobre 2016).
  4. José M. J. Gran Aymerich, « À propos des vases à tenons perforés et du thème des personnages assis. », Mélanges de l'Ecole française de Rome. Antiquité, vol. tome 88, no 8, , pages 401 à 406 ; page 411, 415 et 427 à 430 (DOI 10.3406/mefr.1976.1072, lire en ligne, consulté le 5 octobre 2016).
  5. (it) Giovannangelo Camporeale, « Eroi e signori nelle prime scene narrative etrusche. », Mélanges de l'Ecole française de Rome. Antiquité, vol. tome 103, no 1, , pages 59 à 66 (DOI 10.3406/mefr.1991.1701, lire en ligne, consulté le 5 octobre 2016).
  6. Geneviève Lagardère, « San Giovenale;Vol. II, Fasc. 2. Excavations in Area Β, 1957-1960 by Eric Berggren and Kristina Berggren with appendices by Hans Kelbaek and Claudio Sorrentino, 1981. (Skrifter Utgivna av Svenska Institutet i Rom, 4° XXVI : II, 2. Acta Instituti Romani Regni Sueciae, Series in 4°, XXVI : II : 2.) ;San Giovenale;Vol. II. Fasc. 4. The Semi-Subterranean Building in Area Β. Part I by Björn Olinder. Part. II Ingrid Pohl. With an Appendix by Claudio Sorrentino, 1981.(Skrifter Utgivna av Svenska Institutet i Rom, 4°, XXVI ; II, 4. Acta Instituti Romani Regni Sueciae, Series in 4°, XXVI : II, 4.). », Revue des Études Anciennes, vol. Tome 84, nos 1 à 4, , page 640 (lire en ligne, consulté le 5 octobre 2016).
  7. Christiane Delplace, « Frère (Dominique). Corpus Vasorum Antiquorum. », Revue belge de philologie et d'histoire, vol. tome 78, no fascicule 1, 2000 (antiquite - oudheid), page 278 (lire en ligne, consulté le 5 octobre 2016).
  8. (en) David Ridgway, The first western Greeks, CUP Archive, , 180 p. (lire en ligne), page 30.
  9. Jean Gran-Aymerich et Friedhelm Prayon, « Les fouilles franco-allemandes sur le site étrusque de la Castellina del Marangone, près Civitavecchia, Italie : Les campagnes de et . », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 140e année, , pages 1106 à 1120 (DOI 10.3406/crai.1996.15665, lire en ligne, consulté le 5 octobre 2016).
  10. Luciana Borello et Olga Colazingari, « Palatino, tempio della Magna Mater, saggio GJ. », dans Luciana Borello, Olga Colazinri et al., I materiali residui nello scavo archeologico : Testi preliminari e Atti della tavola rotonda organizzata dall'École française de Rome e dalla Sezione romana «Nino Lamboglia» dell'Istituto internazionale di studi liguri, in collaborazione con la Soprintendenza archeologica di Roma e la Escuela espanola de historia y arqueologia (Roma, 16 marzo 1996), vol. 249, Rome, École française de Rome, coll. « Publications de l'École française de Rome », (lire en ligne), pages 75-87
  11. Francis Salet et Georges Duby, « Livres offerts (compte rendu) », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 126e année, no 2, , page 410 (lire en ligne, consulté le 5 octobre 2016)

Bibliographie

  • Muriel Geroli, « Ceramica di impasto - The Impasto Pottery » in Quaderni di acme (ISSN 0393-3288), 2002, N° 52, p. 427-435.
  • Laura Ambrosini (dir.) et Vincent Jolivet (dir.), Les potiers d'Etrurie et leur monde : Contacts, échanges, transferts, Armand Colin, , 504 p. (lire en ligne).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de l’archéologie
  • Portail de la céramique
  • Portail des Étrusques
  • Portail du monde antique
  • Portail de l’Italie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.