Jürgen Klinsmann

Jürgen Klinsmann, né le 30 juillet 1964 à Göppingen, est un footballeur allemand évoluant au poste d'attaquant.

Jürgen Klinsmann

Klinsmann en 2008 à Munich.
Biographie
Nationalité Allemand
Naissance
Lieu Göppingen (Allemagne)
Taille 1,81 m (5 11)
Période pro. 1981 - 1998
Poste Avant-centre
Pied fort Droit
Parcours junior
Années Club
1972-1974 TB Gingen
1974-1978 SC Geislingen
1978-1981 Stuttgarter Kickers
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1981-1984 Stuttgarter Kickers 041 (22)
1984-1989 VfB Stuttgart 156 (79)
1989-1992 Inter Milan 095 (34)
1992-1994 AS Monaco 065 (29)
1994-1995 Tottenham Hotspur 041 (21)
1995-1997 Bayern Munich 065 (31)
1997 Sampdoria Gênes 008 0(2)
1997-1998 Tottenham Hotspur 015 0(9)
2003 Orange County Blue Star (en) 008 0(5)
1981-2003Total494 (232)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1987-1998 Allemagne 108 (47)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
2004-2006 Allemagne 20v 8n 6d
2008-2009 Bayern Munich25v 9n 10d
2011-2016 États-Unis55v 16n 27d
2019-2020 Hertha Berlin3v 3n 4d
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 25 février 2020

Ce buteur prolifique fut l'un des meilleurs attaquants de l'histoire du football allemand. Au cours de ses vingt ans de carrière professionnelle, il a remporté les plus grands trophées des compétitions de football, dont une Coupe du monde en 1990 et un Championnat d'Europe de football en 1996 avec l'équipe d'Allemagne. Après la fin de sa carrière de joueur, il s'est reconverti entraîneur et a dirigé l'équipe d'Allemagne de 2004 à 2006, le Bayern Munich de à et puis les États-Unis de 2011 à 2016.

Biographie

Carrière de joueur

Jürgen Klinsmann commence le football à huit ans et évolue dans sa prime jeunesse à de nombreux postes, notamment celui de gardien. Le jeune garçon est particulièrement doué (à 9 ans dans son club de Gingen il marque seize buts en une seule rencontre)[1] et fait ses débuts professionnels sous le maillot des Stuttgarter Kickers en 1981 à 17 ans. Il est à l'époque le plus jeune professionnel du pays alors qu'il évolue en 2. Bundesliga équivalent à la D2 dans le championnat français. Il se révèle déjà comme un buteur prolifique puisqu'en trois saisons de 2.Bundesliga et 61 matchs, il inscrit 22 buts. En 1984, il rejoint l'équipe du VfB Stuttgart et intègre la 1. Bundesliga. Dans l'élite du football allemand, il fait preuve d'une grande efficacité devant les buts : il marque en moyenne un but tous les deux matchs. En cinq saisons au VfB Stuttgart, il inscrira 79 buts en 156 matchs. Son talent ne passe pas inaperçu aux yeux de Franz Beckenbauer, sélectionneur de l'équipe nationale allemande qui lui offre ses premières sélections dès 1987. Son talent ne passe pas non plus inaperçu aux yeux des grands clubs européens. Meilleur joueur et buteur de la Bundesliga en 1988, l'international rejoint l'Inter Milan et ses compatriotes Andreas Brehme et Lothar Matthäus. Le Calcio est à l'époque, le championnat européen le plus réputé où l'on retrouve les plus grandes stars du football (les Néerlandais Van Basten, Gullit et Rijkaard au Milan AC, l'Argentin Diego Maradona au SSC Naples). Combatif et pugnace, Klinsmann s'adapte rapidement à la rigueur du Calcio et ne perd pas de son efficacité de buteur. Cependant, les Allemands de l'Inter Milan n'arriveront pas à enrayer la suprématie des Hollandais du Milan AC en championnat. Néanmoins, les deux clubs de la ville de Milan brilleront sur la scène européenne : le Milan AC en Ligue des champions, l'Inter Milan en remportant la Coupe UEFA en 1991.

En 1990, avec ses deux coéquipiers de l'Inter Milan, Brehme et Matthäus, Klinsmann dispute sa deuxième compétition internationale (après l'Euro 1988) avec l'équipe de RFA. Associé à Rudi Völler en attaque, il dispute tous les matchs du tournoi et inscrit trois buts, dont un contre les Pays-Bas en huitième de finale. Lors de ce match, il était opposé à ses rivaux du Calcio : Van Basten, Gullit et Rijkaard. Même si Klinsmann ne marque plus lors des matchs qui suivront ce huitième de finale, cela n'empêchera pas à la RFA de remporter sa troisième Coupe du monde de football.

En 1992, Klinsmann sort d'une saison décevante (7 buts seulement inscrits en championnat avec l'Inter. Il est toutefois convoité par les clubs de Division 1 française, alors en pleine ascension. Le Paris-Saint-Germain songe un temps à l'engager mais s'oriente finalement vers George Weah. Pour remplacer ce dernier, le club monégasque choisit Jürgen Klinsmann. Sa première saison sur le Rocher est une réussite : 19 buts marqués. De plus, l'AS Monaco ne finit qu'à 2 points du champion marseillais (qui sera plus tard déclassé), cette année-là vainqueur de la Ligue des champions. Mais l'année suivante est nettement moins glorieuse. Si Klinsmann parvient à marquer 10 fois en championnat, Monaco ne finit que neuvième au classement, seul un bon parcours en Ligue des champions (demi-finaliste de la compétition) sauvant les apparences.

Cette même année, il est une nouvelle fois nommé footballeur de l'année en Allemagne, notamment pour ses performances à la Coupe du monde de football 1994 (il inscrit cinq buts en cinq matchs lors du tournoi) et malgré l'élimination prématurée de la Nationalmannschaft. À 30 ans, il migre vers l'Angleterre, aux Tottenham Hotspur. Il y est surnommé « le roi du plongeon » mais il marque plus souvent (20 buts) qu'il n'a le nez dans le gazon. À l'issue de la saison, il est d'ailleurs désigné meilleur joueur de la Premier League. Après une seule saison en Angleterre, « Klinsi » retourne en Allemagne et signe au Bayern Munich. Avec l'équipe bavaroise, il gagne la Coupe UEFA en 1996 et surtout, la Bundesliga en 1997, titre qu'il n'avait encore jamais gagné. À 32 ans, Klinsmann est le capitaine de la Mannschaft qui dispute l'Euro 96. Il marque à trois reprises lors du tournoi et remporte à Wembley, le seul trophée qui manquait à sa carrière en sélection. Avec Jürgen Kohler, Thomas Hässler, Stefan Reuter, Andreas Möller et Andreas Köpke, Klinsmann est l'un des derniers rescapés de l'équipe victorieuse de la coupe du monde 1990. Il est sélectionné la même année une fois en équipe FIFA.

Après le titre de champion d'Allemagne de 1997, Klinsmann tente une nouvelle fois sa chance dans le Calcio, sous les couleurs de la Sampdoria Gênes. Sur le déclin, rattrapé par l'âge, il est prêté au club des Tottenham Hotspur. Cela ne l'empêchera pas de disputer sa troisième Coupe du monde. Au sein d'une sélection allemande de trentenaires, Klinsmann montrera qu'il n'a rien perdu de ses qualités de buteur en trouvant le chemin des filets à trois reprises lors de la Coupe du monde 1998. Mais la sévère défaite en quarts de finale, (3-0) contre la Croatie précipitera sa retraite footballistique à 34 ans, après 108 sélections et 47 buts. Il fêtera le jubilé d'une carrière longue et riche l'année suivante.

Installé en Californie, il remettra les crampons à 39 ans, en 2003 au sein de l'équipe américaine des Orange County Blue Stars, afin d'aider celle-ci à se qualifier pour les play-off de la Premier Development League (la quatrième division américaine). Il jouera 8 matchs et inscrira 5 buts sous le pseudonyme de « Jay Goppingen » (en allusion à sa ville de naissance, Göppingen).

Carrière d'entraîneur et de sélectionneur

En 2004, il est nommé entraîneur de l'équipe nationale d'Allemagne et parvient à amener son équipe à la troisième place de la Coupe du monde 2006 organisée en Allemagne, éliminée par l'Italie (0-2) mais vainqueur du Portugal (3-1). Il quittera ses fonctions après le tournoi. Son successeur est Joachim Löw.

Le , la direction du Bayern Munich annonce la nomination de l'ancien attaquant au poste d'entraîneur pour la saison 2008/2009. Klinsmann met en place de nombreux changements, en faisant appel à des préparateurs américains, à des séances de yoga... Mais après des résultats catastrophiques entre mars et avril (n'ayant toujours pas atteint la première place de la Bundesliga, élimination en Coupe d’Allemagne puis en Ligue des champions (4-0, 1-1) contre le FC Barcelone et une ultime défaite (0-1) à domicile face à Schalke 04, il est démis de ses fonctions le [2], certains voyant en son manque d'expérience les causes de son échec.

Le , il est nommé sélectionneur des États-Unis qu'il qualifie pour le Mondial 2014. Il quitte la sélection américaine en 2016.

Le , le Hertha Berlin lui confie les rennes de l'équipe première, alors 15ème en Bundesliga, premier non-reléguable[3]. Il démissionne deux mois et demi plus tard, estimant ne pas avoir la confiance de ses dirigeants[4], dont il dénonce le mode de fonctionnement[5].

Statistiques

Statistiques d'entraîneur

Mis à jour le .

Club Début Fin Résultats
M V N D Bp Bc Diff % Victoires
Allemagne 26 juillet 2004 12 juillet 2006 34 20 8 6 81 41 +40 58.82
Bayern Munich 1er juillet 2008 27 avril 2009 44 25 9 10 96 50 +46 56.82
États-Unis 29 juillet 2011 21 novembre 2016 98 55 16 27 178 109 +69 56.12
Hertha Berlin 27 novembre 2019 11 février 2020 10 3 3 4 10 15 -5 30
Total 186 103 36 47 365 215 +150 55.38

Palmarès de joueur

Buts en sélection

En équipe nationale

En club

Distinctions personnelles

Palmarès d'entraîneur

Notes et références

  1. Gérard Ejnès, 100 rois pour un siècle, Solar, , 127 p. (ISBN 2-263-02888-9), page 62 Jurgen Klinsmann , Né pour marquer.
  2. Limogé du Bayern
  3. (en-US) « Official: Jürgen Klinsmann is the new coach of Hertha Berlin - Football News 24 », Football News 24, (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2019)
  4. Jürgen Klinsmann démissionne du Hertha Berlin
  5. Allemagne : Jürgen Klinsmann règle ses comptes avec le Hertha Berlin

Liens externes

  • Portail du football
  • Portail de l’Allemagne
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.