Jacques Bazin de Bezons

Jacques Bazin de Bezons, marquis de Bezons, né le à Paris et mort le à Paris. Il est maréchal de France et gouverneur de Cambrai. Jacques Bazin est également conseiller d’État et intendant du Languedoc.

Pour les articles homonymes, voir Bazin.

 Jacques Bazin
Marquis de Bezons

Portrait du Maréchal de Bezons

Surnom Maréchal de Bezons
Naissance
Paris,  Royaume de France
Décès
Paris,  Royaume de France
Origine Royaume de France
Dignité d'État Maréchal de France
Conflits Guerre de Candie
Guerre de Hollande
Guerre de la Ligue d'Augsbourg
Guerre de Succession d'Espagne
Distinctions Ordre du Saint-Esprit
Ordre de Saint-Louis
Chevalier de l'Ordre de la Toison d'or
Autres fonctions Membre du Conseil de régence
Gouverneur de Cambrai

Biographie

Origine et famille

Second fils de Claude Bazin de Bezons, conseiller d’État et frère de l'archevêque Armand Bazin de Bezons.

Il épouse Marie-Marguerite (fille d'Antoine Le Menestrel ( † 1700), seigneur de Hauguel, grand audiencier de France, secrétaire du roi) qui lui apporte 200 000 livres de dot[1] et lui donne :

Carrière militaire

Il sert en 1667 sous les ordres du maréchal Schomberg. L'année suivante, il participe avec le duc de la Feuillade à l'expédition de Candie. Promu capitaine de cuirassiers, il participe au passage du Rhin et est grièvement blessé lors de la bataille de Seneffe. En 1675 il devint Mestre de camp du Royal-Navarre, devenu brigadier en 1688, il commande le corps de réserve à la bataille de Steinkerque et à la bataille de Neerwinden (1693). En 1701, il combat en Allemagne et en Italie (bataille de Chiari). En 1702, il devient lieutenant-général. Il participe à la bataille de Luzzara et au siège de Governolo. Le commandement de Mantoue et de l'Armée du Pô inférieur lui sont confiés. En 1704, il est aux sièges de Verceil et d'Ivrée. En 1708, il va en Espagne et assiste à la prise de Tortosa. Nommé maréchal en 1709, il ne parvient pas à empêcher le général Starhemberg de prendre Balaguer. En 1711, il est chargé conjointement avec le maréchal d'Harcourt de commander l'Armée française en Allemagne.

Ses faits d'armes furent récompensés par la croix de l'Ordre de Saint-Lazare de Jérusalem (1674), par la grand-croix de Saint-Louis (1704), le bâton de maréchal de France (1709), le cordon bleu de l'Ordre du Saint-Esprit. En outre, il est fait chevalier de l'Ordre de la Toison d'or en 1710 par le roi Philippe V. Il fut membre du Conseil de régence à la mort de Louis XIV.

Armoiries

Figure Blasonnement

D'azur, à trois couronnes d'or.[2]

Notes et références

  1. Madame de Sévigné, p. 510
  2. Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or, , 204 p. (ISBN 2-86377-140-X)

Bibliographie

  • Portail de la France du Grand Siècle
  • Armée et histoire militaire françaises
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.