Jacques Courtois (peintre)

Jacques Courtois ou Giacomo Cortese (, Saint-Hippolyte, France - , Rome), est un frère jésuite franc-comtois, peintre et graveur communément appelé le Bourguignon des batailles, il Borgognone ou Giacomo Borgognone.

Pour les articles homonymes, voir Courtois.
Jacques Courtois
Escarmouche.
Naissance
Décès
Activités
Maîtres
Jean-Pierre Courtois (d), Guido Reni
Fratrie

Biographie

Enfance et formation

Jacques Courtais est né le [1] à Saint-Hippolyte en Franche-Comté (qui appartenait alors à l'Espagne) et reçut de son père, Jean Courtois, ses premières leçons de peinture. En 1636, à Milan, il s'engage dans un régiment comtois au service des Espagnols. Ces trois années (1636-1639) eurent une profonde influence sur le thème de ses tableaux : les marches militaires, les sièges, les campements. Ses tableaux sont d'une vérité frappante.

Vallée rocheuse

Ensuite il étudia à Bologne auprès de Jérome Colomès, se lia avec le Guide et l'Albane (Francesco Albani), et à Florence, avec Jan Asselyn, un peintre hollandais spécialiste des scènes de batailles.

Arrivé à Rome

En 1640 il est à Rome où une première œuvre le fait connaître : Le miracle des pains et des poissons (1641). Il se marie en 1647 avec la fille d'un peintre florentin, mais le mariage n'est pas une réussite. À la mort de sa femme (1654) il voyage et séjourne en Italie du nord (Bergame et sa région, Venise) où il exécute des œuvres pour des palais et des églises.

Courtois jésuite

À Sienne, en 1657 Jacques Courtois demande son admission dans la Compagnie de Jésus. Il y est reçu comme frère coadjuteur: il a alors 36 ans. Il est envoyé à Rome y faire son noviciat à Sant'Andrea del Quirinale. Il réside ensuite à la maison professe des jésuites. Une des premières réalisations du peintre jésuite est la série de six batailles « gagnées par l'intercession de la Vierge Marie » (que l'on trouve dans la cappella Prima Primaria au Collège Romain). Il contribue ensuite à la décoration murale du corridor des appartements de St Ignace (à la maison professe attenante à l'église du Gesù).

En 1672, à la demande du Supérieur général, Jean-Paul Oliva, il prépare des croquis pour la décoration de l'abside de l'église du Gesù, mais sa santé déclinante ne lui permet pas de mener à bien ce projet. Son autoportrait lui a été commandé par Cosme III en 1675. Il est conservé dans le Corridor de Vasari du Musée des Offices à Florence[2]. Il meurt à Rome le .

Évaluation

Aujourd'hui les œuvres de Jacques Courtois se trouvent dans les plus grands musées du monde : au Louvre (Paris), à la Galerie des Offices et au Palais Pitti (Florence), au Musée du Prado (Madrid), au Musée de l'Ermitage (Saint-Pétersbourg), etc. Gian Lorenzo Bernini fit ce commentaire: « Parmi les peintres de ce temps en Europe, nul n'a égalé Courtois dans l'expression graphique de l'horreur de la bataille » (dans Salvagnini, F.A., I pittori borgognoni, Cortese, Rome, 1937, p. 185)

Robert-Dumesnil indique dans son catalogue raisonné des peintre-graveur français que "Nous devons à sa pointe énergique et pleine de feu seize estampes de ce dernier genre (celui des batailles), que d'après sa manière expéditive de peindre, il a, pour la plupart, sans nul doute, gravés sans dessin ni décalque, préparations peu d'accord avec la fougue de son talent. Elles sont d'une rareté extrême."

Son frère Guillaume fut aussi peintre et graveur.

Collections publiques

Rodeurs attaquant un groupe de voyageurs
En France
  • Scène de siège, huile sur toile, 83 × 115 × 6 cm, Collection Vannier, Beaugency.
À l'étranger

Notes et références

  1. Musée des beaux-arts du Canada, « Jacques (dit Le Bourguignon) Courtois »
  2. Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 614
  3. https://www.flickr.com/photos/92600277@N02/8417948098/in/set-72157632618266147/
  4. Renaissance du Musée de Brest, acquisitions récentes : [exposition], Musée du Louvre, Aile de Flore, Département des Peintures, 25 octobre 1974-27 janvier 1975, Paris, , 80 p.
  5. https://www.flickr.com/photos/92600277@N02/8416834689/in/set-72157632618266147/
  6. « collections du musée des beaux-arts de dijon - Affichage d'une notice », sur mba-collections.dijon.fr (consulté le 31 janvier 2017)
  7. « collections du musée des beaux-arts de dijon - Affichage d'une notice », sur mba-collections.dijon.fr (consulté le 31 janvier 2017)
  8. « collections du musée des beaux-arts de dijon - Affichage d'une notice », sur mba-collections.dijon.fr (consulté le 31 janvier 2017)
  9. Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 580

Annexes

Bibliographie

  • Filippo Baldinucci, Notizie de' professori del disegno da Cimabue in qua, 6 vol., Florence, 1681-1728, vol. VI, p. 417-426.
  • Edward Holt, The Jesuit Battle-Painter:Jacques Courtois (le Bourguignon), in Apollo, no. 85, , p. 212-223.
  • Nathalie Lallemand-Buyssens, Jacques Courtois (1621-1676) n'était pas qu'un peintre de batailles, in Recherches en Histoire de l'Art, no. 6, 2007, p. 49-59.
  • Nathalie Lallemand-Buyssens, Jacques Courtois et Salvator Rosa, in Salvator Rosa e il suo tempo, 1615-1673, Rome, 2010, p. 357-371.
  • Nathalie Lallemand-Buyssens, Rome ou les deux vies de Jacques Courtois, in Bulletin de l'Association des Historiens de l'Art italien, no. 17, 2011, p. 99-105.
  • Nathalie Lallemand-Buyssens, Incontournable Fribourg: De Franche-Comté en Italie, un réseau de la Dorsale catholique au XVIIe siècle, in Transdisziplinarität in Kunst, Design, Architektur und Kunstgeschichte, Oberhausen, Athena, 2017, p. 235-243.
  • Nathalie Lallemand-Buyssens, Scènes de bataille et figures de soldats : les dessins de Salvator Rosa et de Jacques Courtois, in Il disegno tra Napoli, Firenze e Roma ai tempi di Salvator Rosa, Areablu Edizioni, 2017, p. 191-203.
  • Leone Pascoli, Vite de' pittori, scultori ed architetti moderni, 2 vol., Rome, 1730-1736, vol. I, p. 63-87.
  • Francesco Alberto Salvagnini, I pittori Borgognoni (Courtois) e la loro casa in piazza di Spagna, Rome, éd. Fratelli Palombi, 1937.
  • Jean-Marie Thiébaud, Officiers seigneuriaux et anciennes familles de Franche-Comté, 1981, tome 1er, p. 284-285
  • Marco Horak, A Piacenza una tela del "Borgognone" il maggior interprete di scene di battaglia, in "L'Urtiga - Quaderni di cultura piacentina", anno 2013, n. 3.
  • Blondeau, L'œuvre de Jacques Courtois, dit le Bourguignon des Batailles, p. 114-156, Réunion des sociétés savantes des départements à la Sorbonne. Section des beaux-arts, Ministère de l'instruction, 1914 (lire en ligne)
  • (de) Die Künstler aller Zeiten und Völker oder Leben und Werke der berühmtesten Baumeister, Bildhauer, Maler ..., vol. 1, (lire en ligne), p. 394

Liens externes

  • Portail de la peinture
  • Portail de la France du Grand Siècle
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.