James B. Saxe

James Benjamin Saxe est un informaticien théoricien américain, spécialiste en analyse des algorithmes, spécification et vérification, et qui a travaillé longtemps au Centre de recherche de DEC[1] et ses successeurs, le centre de recherche de Compaq et le centre de recherche de Hewlett-Packard HP Labs (en), toujours situés à Palo Alto.

Études

Lauréat des Olympiades mathématiques des États-Unis (en)[2], Saxe participe, quand il est étudiant au Union College, à la William Lowell Putnam Mathematical Competition et, en tant que l'un des cinq premiers classés, il obtient une bourse Putnam[3]. Il est diplômé due Union College en 1976[2] et obtient un Ph. D. en 1985 à l'Université Carnegie-Mellon, sous la supervision de Jon Louis Bentley, avec une thèse intitulée « Decomposable Searching Problems and Circuit Optimization by Retiming: Two Studies in General Transformation on Computational Structures »[4].

Travaux

Saxe est connu pour ses contribution en démonstration automatique de théorèmes[5], complexité des circuits[6], conception de circuits synchrones et retiming[7], réseaux informatiques[8], et static program analysis[9]. Ses travaux théoriques se situent principalement dans la période 1980-2000. De cette époque date aussi l'article sur le Master theorem[10] dont il est l'un des trois coauteurs, avec Jon Bentley et Dorothea Blostein.

L'article sur l'analyse statique de programme Java de 2002 au colloque PDLI (Programming Language Design and Implementation (en)) dont il ex coauteur a obtenu le prix de l’article le plus influent (Most Influential PLDI Paper Award) en 2012[11].

Publications (sélection)

  • Thomas E. Anderson, Susan S. Owicki, James B. Saxe et Charles P. Thacker, « High-speed switch scheduling for local-area networks », ACM Transactions on Computer Systems, vol. 11, no 4, , p. 319–352 (DOI 10.1145/161541.161736)
  • Cormac Flanagan, K. Rustan M. Leino, Mark Lillibridge, Greg Nelson, James B. Saxe et Raymie Stata, « Extended static checking for Java », SIGPLAN Notices, vol. 37, , p. 234–245 (DOI 10.1145/543552.512558)

Références

  • Portail de l’informatique
  • Portail de l'informatique théorique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.