James Hadley Billington

Biographie

James Billington obtient une licence (Bachelor of Arts) de l'université de Princeton. Il bénéficie d'une bourse Rhodes et poursuit ses études au Balliol College de l'université d'Oxford, où il obtient un doctorat[2].

Il enseigne l'histoire à l'université Harvard de 1957 à 1962, puis à l'université de Princeton de 1962 à 1974. Entre 1973 et 1987, il dirige le Woodrow Wilson International Center for Scholars, le mémorial national officiel à Washington, D.C. dédié au 28e président américain Woodrow Wilson.

Il fut longtemps membre du bureau de conseil éditorial des revues Foreign Affairs et Theology Today (en) et membre du Board of Foreign Scholarships (en) (de 1971 à 1976, président de 1973 à 1975), qui avait la responsabilité opérationnelle des échanges universitaires internationaux selon le Fulbright-Hays Act (en). Billington est aussi membre du Conseil des relations étrangères et du conseil d'administration du John F. Kennedy Center for the Performing Arts et membre de la Société philosophique américaine et de l'Académie américaine des arts et des sciences.

En 1987, le président Ronald Reagan le nomme à la tête de la Bibliothèque du Congrès des États-Unis. Depuis les années 2000, plusieurs rapports issus d'organes de surveillance du gouvernement critiquent sa gestion. Il lui est notamment reproché de ne pas suffisamment tirer parti des moyens informatiques pour numériser les documents de la Bibliothèque. Il annonce son départ en juin 2015[3] et quitte effectivement le poste le [4].

Il est membre de l'Académie des sciences de Russie et parmi de nombreuses décorations, est commandeur des Arts et des Lettres, chevalier de l'ordre brésilien de la Croix du Sud, commandeur de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne et grand officier de l'ordre du Mérite de la République italienne[5].

James Billington est décédé le , dans un hôpital de Washington, D.C. en raison de complications dues à une pneumonie. Il avait 89 ans

Notes et références

  1. (en) Robert D. McFadden, « James H. Billington, 89, Dies; Led Library of Congress Into Digital Age », sur The New York Times, (consulté le 21 novembre 2018)
  2. (en) Irvin Molotsky, « A Scholarly Librarian: James Hadley Billington », The New York Times,
  3. (en) Michael D. Shear, « Library of Congress Chief Retires Under Fire », The New York Times,
  4. (en) « Billington to Retire Sept. 30 | News Releases - Library of Congress », sur www.loc.gov, (consulté le 25 février 2016)
  5. (it) « Billington Sig. James H. » sur quirinale.it

Liens externes

  • Sciences de l’information et bibliothèques
  • Portail des États-Unis
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.