Jammu-et-Cachemire (territoire de l'Union)

Le Jammu-et-Cachemire est une région administrée par l'Inde en tant que territoire de l'Union et constituant la partie sud de la grande région du Cachemire, qui fait l'objet d'un différend entre l'Inde et le Pakistan depuis 1947[N 1], et entre l'Inde et Chine depuis 1962. La région du Jammu-et-Cachemire est séparée par la ligne de contrôle des territoires administrés par le Pakistan, l'Azad Cachemire et le Gilgit-Baltistan, respectivement à l'ouest et au nord. Elle se trouve au nord des États indiens de l'Himachal Pradesh et du Pendjab et à l'ouest du Ladakh, qui est également sujet au différend en tant que partie du Cachemire et administré par l'Inde en tant que territoire de l'Union.

Jammu-et-Cachemire
جموں و کشمیر

Emblème

Localisation du territoire en Inde
Administration
Pays Inde
Capitale Jammu (hiver) et Srinagar (été)
Plus grande ville Srinagar
Création
Langue officielle Hindi
Lieutenant-gouverneur Girish Chandra Murmu
Démographie
Population 12 258 433 hab. (2011[1])
Densité 290 hab./km2
Rang 20e
Géographie
Superficie 42 241 km2
Rang 22e

    Les dispositions relatives à la formation du territoire de l'Union du Jammu-et-Cachemire étaient contenues dans la loi de 2019 sur la réorganisation du Jammu-et-Cachemire, qui a été adoptée par les deux chambres du Parlement indien en août 2019. L'acte a reconstitué l'ancien État du Jammu-et-Cachemire en deux territoires de l'Union, le Jammu-et-Cachemire et le Ladakh, avec effet au [2].

    Toponymie

    Le Jammu-et-Cachemire[N 2] tire son nom des deux régions qu'il englobe : la région de Jammu et la vallée du Cachemire.

    Le gouvernement du Pakistan et des sources pakistanaises font référence au Jammu-et-Cachemire comme faisant partie du « Cachemire sous occupation indienne » (Indian-occupied Kashmir ou IOK) ou du « Cachemire sous contrôle indien » (Indian-held Kashmir ou IHK)[3],[4]. Le gouvernement indien et des sources indiennes appellent à leur tour le territoire sous contrôle pakistanais « Cachemire occupé par le Pakistan » (Pakistan-occupied Kashmir ou POK) ou « Cachemire détenu par le Pakistan » (Pakistan-held Kashmir ou PHK)[5],[6]. Le « Cachemire sous administration indienne » et le « Cachemire sous contrôle indien » sont souvent utilisés par des sources neutres[7].

    Histoire

    L'État du Jammu-et-Cachemire a reçu un statut spécial en vertu de l'article 370 de la Constitution de l'Inde. Contrairement à d'autres États de l'Inde, le Jammu-et-Cachemire avait sa propre Constitution, son drapeau et son autonomie administrative[8]. Les citoyens indiens d'autres États n'étaient pas autorisés à acheter des terres ou des biens au Jammu-et-Cachemire[9].

    Le Jammu-et-Cachemire avait trois zones distinctes: la région de Jammu à majorité hindoue, la vallée du Cachemire à majorité musulmane et le Ladakh à majorité bouddhiste. Des troubles et des violences ont persisté dans la vallée du Cachemire et, à la suite d'une élection contestée en 1987, une insurrection a éclaté alimentée par des groupes djihadistes soutenus par le Pakistan et durement réprimée par le pouvoir central indien[10],[11].

    Le Bharatiya Janata Party (BJP) est arrivé au pouvoir lors des élections générales indiennes de 2014 et, cinq ans plus tard, a inclus dans son manifeste électoral de 2019 la révocation de l'article 370 de la Constitution de l'Inde, afin d'amener le Jammu-et-Cachemire à un statut égal à celui des autres États[12].

    Une résolution abrogeant l'article 370 a été adoptée par les deux chambres du Parlement indien en août 2019. Parallèlement, une loi de réorganisation a également été adoptée, qui reconstitue l'État en deux territoires de l'Union, Jammu-et-Cachemire et Ladakh. La réorganisation est entrée en vigueur le [2].

    Géographie

    Topographie

    Carte topographique du Jammu-et-Cachemire, avec une altitude visible pour la vallée du Cachemire et la région de Jammu.

    Le Jammu-et-Cachemire abrite plusieurs vallées telles que la vallée du Cachemire, la vallée du Tawi, la vallée du Chenab, la vallée du Poonch, la vallée du Sind et la vallée du Lidder. L'Himalaya sépare la vallée du Cachemire du plateau tibétain tandis que la chaîne Pir Panjal, qui entoure la vallée à l'ouest et au sud, la sépare des grandes plaines du nord de l'Inde. Le long du flanc nord-est de la vallée s'étend la chaîne principale de l'Himalaya..Cette vallée a une hauteur moyenne de 1 850 m au-dessus du niveau de la mer, mais la chaîne environnante de Pir Panjal a une altitude moyenne de 3 048 m. La rivière Jhelum est la principale rivière himalayenne qui traverse la vallée du Cachemire[13]. Le Tawi, Ravi et Chenab sont les principaux fleuves qui traversent la région.

    Climat

    Le climat du Jammu-et-Cachemire varie considérablement en raison de sa topographie accidentée. Le sud autour de Jammu est une région qui subit généralement des moussons pour atteindre une moyenne de 40 à 50 mm de pluie par mois entre janvier et mars. Pendant la saison chaude, la température peut atteindre jusqu'à 40 °C dans la ville de Jammu tandis qu'en juillet et août, des précipitations très fortes quoique irrégulières se produisent avec des extrêmes mensuels allant jusqu'à 650 mm. En septembre, les précipitations diminuent et en octobre, les conditions restent chaudes mais extrêmement sèches, avec peu de précipitations et des températures d'environ 29 °C.

    En face de la chaîne de Pir Panjal, la mousson d'Asie du Sud n'agit plus et la plupart des précipitations se produisent au printemps, venant des bandes nuageuses du sud-ouest. En raison de sa proximité avec la mer d'Oman, Srinagar reçoit jusqu'à 635 mm de pluie, les mois les plus humides étant de mars à mai avec environ 85 mm par mois. En hiver, toutes les rivières gèlent, permettant aux habitants de les traverser durant cette période, car le niveau élevé de fonte des glaces empêche la traversée en été.

    Administration et politique

    Subdivisions administratives

    Le territoire du Jammu-et-Cachemire (J et K) en couleur vert et orange. Le territoire du Ladakh (L) en bleu.

    Le territoire de l'Union du Jammu-et-Cachemire est séparé en deux divisions : la division de Jammu et la division du Cachemire ; et est subdivisé en 20 districts.

    Division District Chef-lieu Superficie (km²)
    Jammu District de Doda Doda 11 691
    District de Jammu Jammu 3 097
    District de Kathua Kathua 2 651
    District de Kishtwar Kishtwar
    District de Poonch Poonch 1 674
    District de Rajauri Rajauri 2 630
    District de Ramban Ramban
    District de Reasi Reasi
    District de Samba Samba
    District de Udhampur Udhampur 4 550
    Total de la division Jammu 26 293
    Cachemire District d'Anantnag Anantnag 3 984
    District de Bandipora Bandipora
    District de Barramulla Barramulla 4 588
    District de Badgam Badgam 1 371
    District de Ganderbal Ganderbal
    District de Kulgam Kulgam
    District de Kupwara Kupwara 2 379
    District de Pulwama Pulwama 1 398
    District de Shopian Shopian
    District de Srinagar Srinagar 2 228
    Total de la division Srinagar 15 948

    Administration

    Le territoire de l'Union du Jammu-et-Cachemire est administré conformément aux dispositions de l'article 239 de la Constitution de l'Inde. L'article 239A, initialement formulé pour le territoire de Puduchery, sera également applicable au Jammu-et-Cachemire[14].

    Le Président de l'Inde nomme un lieutenant-gouverneur pour le territoire de l'Union. Il administre également le territoire du Ladakh[14].

    L’Assemblée législative est une assemblée monocamérale, dont le mandat est de cinq ans. Elle peut légiférer pour n’importe laquelle des questions figurant sur la liste d’État de la Constitution de l’Inde, comme les autres États indiens, à l’exception de « l’ordre public » et de la « police », qui resteront l'apanage du gouvernement central indien[14].

    Le Jammu-et-Cachemire envoie cinq députés à la chambre basse du Parlement indien (le Lok Sabha) et quatre membres à la chambre haute (le Rajya Sabha).

    Un Conseil des ministres dirigé par un ministre en chef est nommé par le lieutenant-gouverneur parmi les membres de l'Assemblée législative. Leur rôle est de conseiller le lieutenant-gouverneur dans l'exercice de ses fonctions dans les matières relevant de la compétence de l'Assemblée législative. Dans d'autres domaines, le lieutenant-gouverneur est autorisé à agir en sa propre qualité. Le lieutenant-gouverneur aura également le pouvoir de promulguer des ordonnances qui auront la même force que les lois de l'assemblée législative[14].

    Le territoire de l'Union reste sous la juridiction de la Haute Cour du Jammu-et-Cachemire, qui servira également de Haute Cour pour le Ladakh[14]. Les services de police continuent d'être fournis par la police actuelle du Jammu-et-Cachemire[15].

    Des élections à l'Assemblée législative du Jammu-et-Cachemire doivent avoir lieu à la suite de la mise en œuvre des nouvelles limites des circonscriptions, qui devrait s'achever en 2021[16].

    Partis politiques

    Les principaux partis politiques actifs dans la région sont le Bharatiya Janata Party, le Congrès national indien, la Conférence nationale du Jammu-et-Cachemire et le Parti démocratique populaire du Jammu-et-Cachemire. Les autres partis présents dans la région sont le Parti communiste d'Inde (marxiste), le Parti des panthères nationales du Jammu-et-Cachemire et la Conférence populaire du Jammu-et-Cachemire.

    Tourisme

    Certaines des principales attractions touristiques du Jammu-et-Cachemire sont Srinagar, les jardins moghols, Gulmarg, Pahalgam, Patnitop et Jammu. Chaque année, des milliers de pèlerins hindous visitent les sanctuaires sacrés de Vaishno Devi et Amarnath, ce qui a un impact significatif sur l'économie du territoire.

    La vallée du Cachemire est l'une des principales destinations touristiques de l'Inde. Gulmarg, l'une des destinations de ski les plus populaires en Inde, abrite également le plus haut parcours de golf vert du monde[17]. La diminution de la violence dans le territoire au cours des années a stimulé l'économie, en particulier le tourisme, mais les récents débordements risquent de le pénaliser à nouveau[10].

    Notes et références

    Notes

    1. Le Jammu-et-Cachemire est un territoire disputé entre l'Inde et le Pakistan. Il a une superficie de 42 241 km2 administrés par l'Inde et 13 297 km2 controlés par le Pakistan (Azad Cachemire) revendiqués par l'Inde comme faisant partie de leur territoire.
    2. Se prononce /ˈdʒæmuː/ ou /ˈdʒʌmuː/, /ˈkæʃmɪər/ ou /kæʃˈmɪər/.

    Références

    1. (en) « Jammu and Kashmir Population Census data 2011 », Gouvernement de l'Inde (consulté le 16 août 2013).
    2. (en) Ministry of Home Affairs, « In exercise of the powers conferred by clause a of section 2 of the Jammu and Kashmir Reorganisation Act. », The Gazette of India, (lire en ligne).
    3. (en) Ali Zain, « Pakistani flag hoisted, pro-freedom slogans chanted in Indian Occupied Kashmir », Daily Pakistan, (lire en ligne).
    4. (en) « Pakistani flag hoisted once again in Indian Occupied Kashmir », Dunya News, (lire en ligne).
    5. Christopher Snedden, Kashmir: The Unwritten History, HarperCollins India, , 2–3 p. (ISBN 978-9350298985).
    6. (en) « The enigma of terminology », The Hindu, (lire en ligne)
    7. South Asia: fourth report of session 2006–07 by By Great Britain: Parliament: House of Commons: Foreign Affairs Committee page 37.
    8. (en) K. Venkataramanan, « How the status of Jammu and Kashmir is being changed », The Hindu, (lire en ligne)
    9. (en) « Article 370 and 35(A) revoked: How it would change the face of Kashmir », The Economic Times, (lire en ligne)
    10. Clémence Pineau, « Cachemire occupé, un conflit postcolonial ? », Maze, (lire en ligne).
    11. Vaiju Naravane, « Au Cachemire, l’hindouisme sabre au clair », Le Monde diplomatique, , p. 18 (lire en ligne).
    12. AFP, « Révocation de l’autonomie du Cachemire indien : 4 questions sur une décision explosive », L'Obs, (lire en ligne).
    13. « Jhelum River », (consulté le 9 août 2019)
    14. Jammu & Kashmir Reorganisation Bill passed by Rajya Sabha: Key takeaways, The Indian Express, 5 August 2019.
    15. Ratan et Johri, « Salient Features Of Jammu & Kashmir Reorganization Bill [Read Bill] », LiveLaw.in: All about law, (consulté le 7 août 2019)
    16. « Jammu and Kashmir assembly election in 2021 after delimitation: EC sources », Zee News,
    17. Cris Prystay, « Fairway to Heaven », WSJ,

    Voir aussi

    Articles connexes

    Liens externes

    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.