Jarome Iginla

Jarome Arthur-Leigh Adekunle Tig Junior Elvis Iginla, connu sous le nom de Jarome Iginla, (né le à Edmonton, dans la province de l'Alberta au Canada) est un joueur de hockey sur glace professionnel canadien, de père d'origine nigériane[2]. Après trois saisons dans la Ligue de hockey de l'Ouest avec les Blazers de Kamloops entre 1993 et 1996, il est sélectionné par les Stars de Dallas lors du repêchage d'entrée[Note 1] dans la Ligue nationale de hockey de 1995. Il rejoint les Flames de Calgary en et y passe toute sa carrière avant de rejoindre les Penguins de Pittsburgh en .

Jarome Iginla
Jarome Iginla en décembre 2008
Surnom(s) Iggy[1]
Nationalité Canada
Naissance ,
Edmonton (Canada)
Joueur retraité
Position Ailier droit
Tirait de la droite
A joué pour LNH
Flames de Calgary
Penguins de Pittsburgh
Bruins de Boston
Avalanche du Colorado
Kings de Los Angeles
Repêc. LNH 11e choix au total, 1995
Stars de Dallas
Carrière pro. 1996-2018

En 1996, il intègre l'équipe junior du Canada et remporte la médaille d'or au championnat du monde. Dès la saison suivante, il joue avec l'équipe senior et remporte une nouvelle médaille d'or lors du championnat du monde. En 2002 puis en 2010, il est médaillé olympique.

Biographie

Son enfance

Son père, Adekunle Iginla, est né au Nigéria et rejoint le Canada à l'âge de 18 ans. Son prénom étant souvent mal prononcé, il le change pour prendre celui d'Elvis[2] avant d'épouser Susan, une femme venant de l'Oregon aux États-Unis[3]. Jarome Arthur-Leigh Adekunle Tig Junior Elvis Iginla naît le dans la ville d'Edmonton en Alberta au Canada. Le nom complet de Jarome Iginla reprend ainsi les deuxièmes prénoms de son père, Arthur-Leigh, le prénom son père ainsi que le diminutif du prénom de son grand-père paternel, Tijani[3]. Iginla est un mot yoruba qui signifie « gros arbre »[2]. Ses parents divorcent alors qu'il n'a qu'un an et il grandit avec sa mère et sa grand-mère maternelle[3].

En 1991-1992 et 1992-1993, il joue au sein de la ligue midget[Note 2] AAA[Note 3] de l'Alberta Midget Hockey League avec les Raiders de St. Albert[5]. Au cours de sa deuxième année au sein de l'équipe, il participe au match des Étoiles de la ligue et inscrit un but et une aide pour la victoire de la division Nord[6].

Ses débuts en junior, deux Coupes Memorial

En 1993, à l'âge de 16 ans, Jarome Iginla rejoint les rangs des Blazers de Kamloops dans la Ligue de hockey de l'Ouest, ligue de hockey sur glace junior faisant partie de la Ligue canadienne de hockey. À la fin de la saison, les Blazers terminent à la première place du classement puis remportent les séries éliminatoires[7]. L'équipe participe à la Coupe Memorial 1994, tournoi final qui voit l'affrontement des meilleures équipes de la LCH : les Saguenéens de Chicoutimi, de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, les Centennials de North Bay de la Ligue de hockey de l'Ontario, les Blazers et enfin le Titan de Laval de la LHJMQ en tant qu'équipe hôte[8]. L'équipe de Kamloops remporte la Coupe Memorial en battant le Titan sur le score de 5-3, Iginla faisant partie de l'effectif sacré champion[9].

Lors de la saison suivante, l'équipe termine une nouvelle fois à la première place du classement et gagne les séries éliminatoires ; avec 18 points lors de la phase finale, Iginla est le deuxième meilleur pointeur de son équipe derrière Darcy Tucker[10]. Les Blazers sont donc champions de la LHOu alors qu'ils ont déjà été désignés hôtes du tournoi de la Coupe Memorial 1995. Les autres équipes participant au tournoi sont les Olympiques de Hull de la LHJMQ, les Red Wings Junior de Détroit de la LHO et enfin les Wheat Kings de Brandon battus en finale des séries par l'équipe d'Iginla. Cette dernière garde la main sur son trophée en battant en finale les Red Wings Junior sur le score de 8-2[8]. Jarome Iginla est mis en avant par le LCH en recevant le Trophée George Parsons du joueur avec le meilleur état d'esprit du tournoi[11].

La première médaille internationale

À la suite de cette finale, au cours de l'été 1995, Iginla participe au repêchage d'entrée dans la Ligue nationale de hockey ; il est sélectionné lors du premier tour par les Stars de Dallas, le onzième joueur choisi au total[12],[13]. Il poursuit une saison de plus dans la ligue junior avec Kamloops et finit la saison 1995-1996 avec 136 points, le quatrième plus haut total de points de la compétition et le deuxième de son équipe, douze points de moins que son coéquipier Hnat Domenichelli troisième au classement[14].

Entre-temps, deux évènements importants de sa carrière ont lieu. Les droits d'Iginla sont tout d'abord échangés aux Flames de Calgary en compagnie de Corey Millen et en retour de Joe Nieuwendyk le [13]. Une semaine plus tard, il participe pour la première fois de sa carrière à une compétition internationale en jouant avec l'équipe junior du Canada lors du championnat du monde junior joué à Boston aux États-Unis. Lors du premier tour, le Canada remporte les quatre matchs joués et se qualifie ainsi directement pour les demi-finales. Les joueurs canadiens gagnent leur place en finale en battant l'équipe de Russie sur le score de 4-3 puis ils remportent la médaille d'or en battant la Suède sur la marque de 4-1[15]. Avec cinq buts et sept aides, le joueur de Kamloops termine meilleur pointeur de la compétition ; il est également sacré meilleur attaquant et désigné membre de l'équipe type du tournoi[16].

Lors des séries de la LHOu, l'équipe des Blazers sont éliminés en demi-finale par les Chiefs de Spokane, deuxième meilleure équipe de la saison régulière[14]. La saison d'Iginla ne s'arrête pas pour autant puisqu'il participe à deux rencontres lors des séries éliminatoires de la Coupe Stanley de la saison 1995-1996 de la LNH avec les Flames. Il joue ainsi deux matchs dans la LNH, le premier match ayant lieu le ; en deux rencontres jouées, il compte une passe décisive et un but[16] mais son équipe est éliminée en quatre rencontres par les Blackhawks de Chicago dès le premier tour des séries[17]. La LHOu met Iginla en avant en lui remettant le Four Broncos Memorial Trophy en tant que meilleur joueur[Note 4] de la saison[18]. Il est également sélectionné dans l'équipe type de l'Ouest[19].

Les Flames de Calgary

Les premières années sans série

Iginla en mars 2006.

Iginla fait ses débuts officiels en saison régulière en 1996-1997, ne manquant pas une seule rencontre du calendrier. Il compte 50 points pour ses débuts en tant que recrue[Note 5] finissant ainsi meilleur pointeur des recrues et sélectionné dans l'équipe type des joueurs recrues[20]. Il se classe également deuxième pour le Trophée Calder derrière Bryan Berard[16].

L'équipe terminant cinquième de sa division est éliminée de la course aux séries[20] mais Iginla continue sa saison en étant appeler à jour pour l'équipe du Canada lors du championnat du monde[5]. Il y compte cinq points en onze rencontres et aide son pays à remporter la médaille d'or en venant à bout de la Suède en trois rencontres[21].

À la suite de cette saison, l'entraîneur des Flames, Pierre Pagé, est licencié et remplacé à son poste par Brian Sutter[22]. Il reste pendant trois saisons au club, trois saisons où l'équipe ne participe toujours pas aux séries éliminatoires[23]. En 1998-1999, Iginla finit meilleur buteur de son équipe avec 28 réalisations, Cory Stillman étant le meilleur pointeur avec 57, 6 d'avances sur Iginla[24]. En 2000-2001, l'équipe change d'entraîneur mais les Flames ne parviennent toujours pas à se hisser en série ; d'un point de vue individuel, Iginla inscrit 71 points, son plus haut total depuis ses débuts dans la LNH et il finit meilleur pointeur et buteur de son équipe[25].

Meilleur joueur de la LNH

La saison 2001-2002 de la LNH est interrompue par les Jeux olympiques de Salt Lake City. Iginla est sélectionné pour faire partie de l'équipe canadienne olympique. L'équipe finit à la troisième place de la phase préliminaire après avoir été battu par la Suède 5-3 puis avoir fait match nul contre la République tchèque. Le Canada ne remporte ainsi qu'une victoire contre l'Allemagne[26]. L'équipe parvient à la finale en battant la Finlande sur le score de 2-1 en quart-de-finale ; elle bat ensuite la Biélorussie sur la marque de 7-1. La finale oppose les deux équipes d'Amérique du Nord, le Canada aux États-Unis[26]. L'équipe du Canada remporte son premier titre olympique depuis 50 ans en battant les Américains sur le score de 5-2, les deuxième et quatrième buts du Canada étant inscrits par Iginla[27].

De retour dans la LNH, Iginla augmente son total de points en inscrivant 96 points dont 52 buts. Il finit ainsi en tête de son équipe pour ces deux statistiques mais également pour toute la LNH. Il remporte le Trophée Art Ross en tant que meilleur pointeur et le Trophée Maurice Richard du meilleur buteur. En plus de ces deux trophées, il reçoit le Trophée Lester B. Pearson du meilleur joueur selon ses pairs et est sélectionné dans la première équipe type de la saison[28].

Il signe une prolongation de contrat pour deux saisons au cours de l'été 2002 pour un montant de 13 millions de dollars[29]. Au cours de la saison suivante, les résultats ne suivent toujours pas et la franchise engage Darryl Sutter comme nouvel entraîneur. Même s'il ne parvient pas à qualifier son équipe pour les séries, il connaît une bonne fin de saison avec une fiche de 19 victoires, 18 défaites, 8 nuls et 1 match nul[30]. Iginla est toujours le meneur de son équipe avec 67 points en 75 rencontres[31] même s'il manque la compétition pendant un mois à la suite d'une blessure à un doigt, blessure qu'il se fait lors d'un combat[32].

Capitaine des Flames

Sixième match de la finale de la Coupe Stanley 2004.

En , il est nommé capitaine de son équipe en prenant la place de Craig Conroy qui le recommande pour le poste[33]. Conroy et Robyn Regehr deviennent ses deux assistants. Certains affirment qu'Iginla devient le premier capitaine noir de la LNH[34] alors que Dirk Graham, de descendance africaine, est nommé capitaine des Blackhawks de Chicago en 1989[35].

Au cours de cette saison 2003-2004, le nouveau capitaine ne déçoit pas puisqu'il inscrit 41 buts, à égalité avec Ilia Kovaltchouk et Rick Nash, et remporte de nouveau le Trophée Maurice Richard. Pour la première fois depuis huit saisons, l'équipe se classe dans les huit meilleures formations de la conférence en prenant la sixième place. Avec 13 buts, il est le meilleur buteur de toute la LNH et aide son équipe à jouer pour la première fois depuis quinze ans la finale de la Coupe Stanley. Ils éliminent ainsi sur leur chemin les Canucks de Vancouver, meilleure équipe de la division des Flames, puis les Red Wings de Détroit, meilleure équipe de la saison régulière pour l'ensemble de la LNH[36]. Ils sont finalement défaits en sept rencontres par le Lightning de Tampa Bay[37]. À la suite de cette saison, Iginla reçoit donc le trophée du meilleur buteur mais également le Trophée King Clancy en tant que joueur avec le meilleur leadership et ayant le plus contribué à la société et il est également sélectionné dans la seconde équipe d'étoiles de la LNH[37].

Fin , la LNH organise la Coupe du monde alors qu'un lock-out menace la saison 2004-2005[38]. Pour cette compétition internationale Iginla est associé à Mario Lemieux et à Joe Sakic[39]. Avec trois victoires en autant de rencontres, le Canada se hisse à la première place du groupe Amérique et joue son quart de finale contre la Slovaquie[38]. Le Canada s'impose sur le score de 5-0, avec un blanchissage[Note 6] de Martin Brodeur ainsi que deux buts et une passe décisive pour Iginla[40]. L'équipe du Canada atteint la finale de la compétition en écartant l'équipe de République tchèque à la suite de la prolongation. Le Canada remporte la compétition en battant en finale la Finlande 3-2[38].

Comme pressentit, la saison 2004-2005 de la LNH n'a pas lieu et au lieu de jouer dans une autre équipe, Iginla préfère passer la saison à travailler sur son physique, sa vitesse et son endurance[41]. La LNH reprend pour la saison 2005-2006 et il participe à toutes les rencontres de son équipe. Il termine meilleur pointeur et buteur des Flames et joue son 700e match dans la LNH le [16]. Premiers de la division Nord-Ouest, les Flames se font surprendre dès le premier tour des séries par les Mighty Ducks d'Anaheim en sept rencontres[42].

Le , il réalise la 300e aide de sa carrière contre les Hurricanes de la Caroline et deux jours plus tard, il atteint la même marque mais pour le nombre de buts ; il compte ainsi 600 points depuis ses débuts dans la LNH[16]. Il termine la saison 2006-2007 à la onzième place du classement des meilleurs pointeurs de la LNH[16] avec 94 points, le meilleur total de son équipe[43]

Au cours de la saison 2009-2010 de la LNH, il joue son millième match dans la LNH, tous ses matchs ayant été joués avec les Flames ; il est ainsi le premier joueur de l'histoire des Flames à réaliser cette performance d'autres joueurs ayant dépassé la barre symbolique mais après avoir joué avec d'autres équipes par le passé[44]. Le , Jarome est nommé assistant capitaine de l'équipe Canada pour les Jeux olympiques de Vancouver (2010).

Le , Iginla marque le millième point de sa carrière dans la LNH lors d'une victoire de 3-2 contre les Blues de Saint-Louis. Il devient le 77e joueur de l'histoire de la LNH à compter 1000 points au cours de sa carrière[45] ; le samedi , il devient le 42e joueur de l'histoire de la LNH a marquer 500 buts[46].

Après les Flames

Iginla avec les Bruins de Boston.

Les débuts de la saison 2012-2013 est écourtée en raison de l'absence d'un accord entre la LNH et l'Association des joueurs de la Ligue nationale de hockey. Finalement, le jeu reprend mi-janvier. Le , il est échangé aux Penguins de Pittsburgh contre Ben Hanowski, Kenny Agostino et un choix de premier tour au repêchage 2013[47].

Le , Iginla signe un contrat d'un an pour 6 millions de dollars avec les Bruins de Boston[48]. Le , il joue son premier match à Calgary depuis son départ des Flames et reçoit une longue ovation de la part des fans de l'équipe avant le début du match[49].

Le , il change encore une fois d'équipe en signant un contrat de 3 ans et 16 millions de dollars avec l'Avalanche du Colorado[50].

Il prend sa retraite en juillet 2018 après 20 saisons dans la LNH[51].

Statistiques

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques en club

Statistiques par saison[52]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1991-1992Raiders de St. AlbertAMHL3626205622-----
1992-1993Raiders de St. AlbertAMHL3634358720-----
1993-1994Blazers de KamloopsLHOu4862329331936910
1994Blazers de KamloopsC. Memorial-----40224
1994-1995Blazers de KamloopsLHOu72333871111217111834
1995Blazers de KamloopsC. Memorial-----44267
1995-1996Blazers de KamloopsLHOu6363731361201616132944
1995-1996Flames de CalgaryLNH-----21120
1996-1997Flames de CalgaryLNH8221295037-----
1997-1998Flames de CalgaryLNH7013193229-----
1998-1999Flames de CalgaryLNH8228235158-----
1999-2000Flames de CalgaryLNH7729346326-----
2000-2001Flames de CalgaryLNH7731407162-----
2001-2002Flames de CalgaryLNH8252449677-----
2002-2003Flames de CalgaryLNH7535326749-----
2003-2004Flames de CalgaryLNH8141327384261392245
2005-2006Flames de CalgaryLNH8235326786753811
2006-2007Flames de CalgaryLNH7039559440622412
2007-2008Flames de CalgaryLNH825048981874592
2008-2009Flames de CalgaryLNH823554893763140
2009-2010Flames de CalgaryLNH8232376958-----
2010-2011Flames de CalgaryLNH8243438640-----
2011-2012Flames de CalgaryLNH8232356743-----
2012-2013Flames de CalgaryLNH319132222-----
2012-2013Penguins de PittsburghLNH135611915481216
2013-2014Bruins de BostonLNH78303161471252712
2014-2015Avalanche du ColoradoLNH8229305942-----
2015-2016Avalanche du ColoradoLNH8222254741-----
2016-2017Avalanche du ColoradoLNH618101854-----
2016-2017Kings de Los AngelesLNH1963916-----
Totaux LNH 1 5546256751 3001 0408137316898

Statistiques internationales

Statistiques internationales
Année Équipe Compétition PJ  B   A  Pts Pun Résultat
1996Équipe du Canada juniorChampionnat du monde junior657124 Médaille d'or
1997Équipe du CanadaChampionnat du monde112352 Médaille d'or
2002Équipe du CanadaJeux olympiques63140 Médaille d'or
2004Équipe du CanadaCoupe du monde62132 Médaille d'or
2006Équipe du CanadaJeux olympiques62134Septième place
2010Équipe du CanadaJeux olympiques72570 Médaille d'or

Trophées et honneurs personnels

Iginla avec l'équipe du Canada en 2010.
  • 1992-1993 : joue le match des Étoiles de l'AMHL
  • 1993-1994 :
    • Champion de la saison et des séries de la LHOu avec les Blazers de Kamloops
    • Coupe Memorial avec les Blazers de Kamloops
  • 1994-1995 :
    • Champion de la saison et des séries de la LHOu avec les Blazers de Kamloops
    • Coupe Memorial avec les Blazers de Kamloops
    • Trophée George Parsons du joueur avec le meilleur état d'esprit de la LCH
  • 1995-1996
    • Meilleur pointeur et meilleur attaquant du Championnat du monde junior
    • Sélectionné dans l'équipe type du Championnat du monde junior
    • Champion du monde junior avec le Canada
    • Sélectionné dans la première équipe de l'Ouest de la LHOu
    • Four Broncos Memorial Trophy du meilleur joueur de la LHOu
    • Sélectionné dans la première équipe de la LCH
  • 1996-1997
    • Sélectionné dans l'équipe type des recrues de la LNH
    • Champion du monde avec le Canada
  • 2001-2002
    • Sélectionné dans la première équipe d'étoiles de la LNH
    • Trophée Maurice Richard du meilleur buteur de la LNH
    • Trophée Art Ross du meilleur pointeur de la LNH
    • Trophée Lester B. Pearson du meilleur joueur de la LNH selon ses pairs
    • Champion olympique avec le Canada
  • 2003-2004
    • Sélectionné dans la seconde équipe d'étoiles de la LNH
    • Trophée Maurice Richard
    • Trophée King Clancy en tant que joueur avec le meilleur leadership et ayant le plus contribué à la société
    • Remporte la Coupe du Monde avec le Canada
  • 2007-2008 : Sélectionné dans la première équipe d'étoiles de la LNH
  • 2008-2009 :
    • Sélectionné dans la première équipe d'étoiles de la LNH
    • Trophée Mark Messier en tant que joueur avec le meilleur leadership
  • 2009-2010 : Champion olympique avec le Canada

Notes et références

Notes

  1. Le terme « repêchage » est un terme canadien correspondant à l'anglicisme draft et désigne un événement annuel présent dans tous les sports collectifs nord-américains, comparable à une bourse aux joueurs, où les équipes sélectionnent des sportifs issus de l'université, de l'école secondaire ou d'une autre ligue, voire d'une autre équipe.
  2. Le terme « midget » est un terme de hockey désignant une catégorie de jeunes joueurs de hockey. Il s'agit de la catégorie des joueurs plus jeunes que les joueurs juniors soit 15, 16 et 17 ans. Littéralement le terme anglais midget désigne une personne exceptionnellement petite.
  3. Le sigle « AAA » correspond au meilleur niveau du programme du développement du joueur dans le système de hockey au Québec[4].
  4. Le terme francophone de « meilleur joueur » correspond au terme québécois de « joueur le plus utile » et au terme anglais de « Most valuable player » - MVP.
  5. Le terme « recrue » désigne un joueur dans sa première saison professionnelle, le terme anglais utilisé est celui de « rookie ».
  6. Un gardien de but effectue un « blanchissage » quand il réussit à ne concéder aucun but durant tout le match. Il faut également qu'il soit le seul gardien de l'équipe à avoir joué.

Références

  1. (en) Aaron Vickers, « Flames marching on without Iggy », sur Calgary Flames, (consulté le 29 mars 2013)
  2. (en) David Amber, « Facing Off: Q&A with Jarome Iginla », sur sports.espn.go.com, (consulté le 28 mars 2013)
  3. (en) Brian Cazeneuve, « Jarome Iginla », sur sportsillustrated.cnn.com, (consulté le 28 mars 2013)
  4. « Schéma du cheminement idéal du joueur en hockey sur glace », sur Hockey Québec (consulté le 5 avril 2011).
  5. « Jarome Iginla - Statistiques », sur www.nhl.com
  6. (en) « 1992-93 All Stars », sur www.amhl.ab.ca (consulté le 28 mars 2013)
  7. WHL 2011-2012 Media guide, p. 175
  8. (en) « Memorial Cup Tournament Results », sur www.mastercardmemorialcup.ca (consulté le 28 mars 2013)
  9. MasterCard Memorial Cup Record Book 2011, p. 8
  10. (en) « 1994-95 Kamloops Blazers roster and statistics », sur www.hockeydb.com (consulté le 28 mars 2013)
  11. MasterCard Memorial Cup Record Book 2011, p. 9
  12. (en) John Kreiser, « Jarome Iginla career timeline », sur NHL.com, (consulté le 28 mars 2013)
  13. Calgary Flames 2012-2013 Media Guide, p. 73
  14. WHL 2011-2012 Media guide, p. 173
  15. Marc Branchu, « Championnats du monde junior 1995/96 des moins de 20 ans », sur www.passionhockey.com (consulté le 29 mars 2013)
  16. Calgary Flames 2012-2013 Media Guide, p. 75
  17. Calgary Flames 2012-2013 Media Guide, p. 268
  18. WHL 2011-2012 Media guide, p. 210
  19. WHL 2011-2012 Media guide, p. 207
  20. Calgary Flames 2012-2013 Media Guide, p. 158
  21. Marc Branchu, « Championnats du monde 1997 », sur www.passionhockey.com (consulté le 29 mars 2013)
  22. Calgary Flames 2012-2013 Media Guide, p. 157
  23. Calgary Flames 2012-2013 Media Guide, p. 280
  24. Calgary Flames 2012-2013 Media Guide, p. 156
  25. Calgary Flames 2012-2013 Media Guide, p. 154
  26. Marc Branchu, « Jeux Olympiques de Salt Lake City 2002 », sur www.passionhockey.com (consulté le 1er avril 2013)
  27. Marc Branchu, « Compte-rendu du match de hockey sur glace États-Unis - Canada (24 février 2002) », sur www.passionhockey.com (consulté le 1er avril 2013)
  28. Calgary Flames 2012-2013 Media Guide, p. 153
  29. (en) Jon A. Dolezar, « 2002 Calgary Flames Team Preview », sur sportsillustrated.cnn.com, (consulté le 1er avril 2013)
  30. (en) « 2002-03 Calgary Flames roster and statistics », sur The Internet Hockey Database (consulté le 1er avril 2013)
  31. Calgary Flames 2012-2013 Media Guide, p. 152
  32. (en) Stephen Cannella, « Catching Fire », sur sportsillustrated.cnn.com, (consulté le 1er avril 2013)
  33. (en) Dan Rosen, « Iginla honored to be captain of Flames », sur NHL.com, (consulté le 1er avril 2013)
  34. (en) « Iginla becomes first black captain in NHL history », sur sports.espn.go.com, (consulté le 1er avril 2013)
  35. (en) Ross McKeon, « O'Ree had vision as NHL pioneer », sur ca.sports.yahoo.com, (consulté le 1er avril 2013)
  36. (en) Eric Adelson, « Iginla gives Flames hope, even in defeat », sur sports.espn.go.com, (consulté le 1er avril 2013)
  37. Calgary Flames 2012-2013 Media Guide, p. 151
  38. Marc Branchu, « Coupe du monde 2004 », sur www.passionhockey.com (consulté le 4 avril 2013)
  39. Christophe Laparra, « Compte-rendu du match de hockey sur glace Canada - États-Unis (31 août 2004) », sur www.passionhockey.com (consulté le 4 avril 2013)
  40. Marc Branchu, « Compte-rendu du match de hockey sur glace Canada - Slovaquie (8 septembre 2004) », sur www.passionhockey.com (consulté le 4 avril 2013)
  41. (en) Andrew Lawrence, « Power Train », sur sportsillustrated.cnn.com, (consulté le 4 avril 2013)
  42. Calgary Flames 2012-2013 Media Guide, p. 150
  43. Calgary Flames 2012-2013 Media Guide, p. 149
  44. Calgary Flames 2012-2013 Media Guide, p. 141
  45. (en) « Jarome Iginla reaches 1,000 points as Flames rally past Blues », sur sports.espn.go.com
  46. « Iginla entre dans le club des 500 buts », sur www.rds.ca (consulté le 8 janvier 2012)
  47. (en) Sam Kasan, « Shero Lands Iginla », sur penguins.nhl.com, (consulté le 28 mars 2013)
  48. (en) NHL, « Iginla signs one-year, $6M deal with Bruins », sur NHL.com, (consulté le 19 mai 2014)
  49. La Presse Canadienne, « Une victoire dans l'émotion pour Iginla », sur RDS.ca, (consulté le 19 mai 2014)
  50. « Jarome Iginla et Bruno Gervais signent avec l'Avalanche », sur RDS.ca, (consulté le 1er juillet 2014)
  51. « Jarome Iginla fait ses adieux à la LNH avec sérénité », sur www.lapresse.ca, (consulté le 30 juillet 2018).
  52. (en) « Jarome Iginla hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database (consulté le 28 mars 2013) .

Voir aussi

Bibliographie

  • (en) Western Hockey League, WHL 2011-2012 Media guide, , 314 p.
  • (en) MasterCard Memorial Cup Record Book, , 22 p.
  • (en) Calgary Flames, Calgary Flames 2012-2013 Media Guide, , 312 p.

Liens externes

  • Portail du hockey sur glace
  • Portail d'Edmonton
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.