Jean-Charles Edeline

Jean-Charles Edeline, né Charles Edeline[1]le à Saint-Maur-des-Fossés (ancienne Seine), et mort le à Versailles[2], est un dirigeant d'entreprise français ayant contribué au développement de l'industrie cinématographique.

Jean-Charles Edeline
Fonction
Président-directeur général
Union générale cinématographique, Société française de production et Fédération nationale des cinémas français
-
Biographie
Naissance
Décès
(à 68 ans)
Versailles
Nom de naissance
Charles Jean Baptiste Edeline
Nationalité
Activité
Famille
Jean-François, Dominique, Philippe (enfants)
Conjoint
Evelyn Hoden
Autres informations
Domaine
Industrie cinématographique (en)
Distinction

Carrière

Passionné de cinéma, Jean-Charles Edeline fonde un Syndicat d'intérêt à majorité familiale (1944), regroupant des cinémas de Paris et de la banlieue ouest tels Le Cyrano à Versailles acquis en 1943[3] ou Le Napoléon à Paris (1956). Il travaille également à l’Institut de filmologie où il passe une thèse sur le cinéma pour enfants[4].

Il devient président de la Société d’expansion cinématographique (1953), du Syndicat français des théâtres cinématographiques (1961), de la Fédération nationale des cinémas français et du Syndicat des salles de lancement de France (1963).

Jean-Charles Edeline est également gérant de la Société civile d'études de télécommunications cinématographiques (1964) et de la Société de diffusion et de promotion culturelle (1966). Il est président des Studios A et B de Parly 2 (1969).

Jean-Charles Edeline est nommé président de l'Union générale cinématographique (1971-1974) et de la Société de participations cinématographiques africaines (1973). Après la suppression de l'ORTF, il devient président de la Société française de production et création audiovisuelle (1975).

Autres mandats

  • 1970 : Président du Terminal du parking Foch.
  • 1974 : Vice-président de la Société d'études et de loisirs de groupe dans l'aménagement du territoire.

Diplômes

Décoration

Publications

  • La diffusion du livre en France.
  • Loi de 1881 et le Colportage.
  • Essai sur une économie de loisirs.
  • Livre blanc du cinéma (dir.), Fédération nationale des cinémas français, Paris, 1975 (OCLC 492402734).
  • Étude de marché des salles de cinéma (dir.), n°s 1 à 5, Fédération nationale des cinémas français, 1975.

Bibliographie

  • Who's who in France, éditions Jacques Lafitte, 12e éd., 1975.

Références

Liens externes

  • Portail du cinéma français
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.