Jean-Siméon Champy

Jean-Siméon Champy, né le à Dijon et mort le à Montmartre, est un chimiste français.

Pour les articles homonymes, voir Champy.
Jean-Siméon Champy
Fonction
Maître des requêtes au Conseil d'État
Titre de noblesse
Baron
Biographie
Naissance
Décès
(à 67 ans)
Montmartre (d)
Nationalité
Formation
Activité
Père
Fratrie
Autres informations
Distinction

Biographie

Fils de Jacques Champy, commissaire des poudres et salpêtres en Bourgogne, et de Bernarde Enguerrand, il est baptisé le dans l'église Saint-Pierre de Dijon[1].

Élève de l'École polytechnique en 1794, après deux ans dans la marine comme aspirant il suit la carrière de son père et entre au service des Poudres le 2 germinal an 7. Sous l'Empire, il est administrateur adjoint des Poudres et Salpêtres et travaille à divers procédés d'amélioration de la fabrication des poudres à la poudrerie d'Essonnes, notamment un procédé de séchage (approuvé par Berthollet et Monge[2]) et un autre de fabrication de la poudre sphérique[3]. Au début de la Restauration, il est régisseur général du même service après le départ de son père en 1815.

Créé baron de l'Empire par lettres patentes du . Maître des requêtes au Conseil d'État.

Il épouse à Paris en 1800 Élisabeth Christine Huart, nièce de Monge, dont il a postérité[4].

Il reçoit la Légion d'honneur en 1810.

Armoiries

Figure Blasonnement
Armes du baron Jean-Siméon Champy et de l'Empire (1810)

Coupé : au I parti, d'azur au foudre ailé d'or, et des barons propriétaires ; au II, d'or à un palmier terrassé de sinople.[5]

Bibliographie

Patrice Bret, « Un neveu de Monge, le baron Jean-Siméon Champy, 1778-1845, administrateur général des Poudres et salpêtres et inventeur », Revue de l'Institut Napoléon, n° 157, 1991, pp. 45-61.

Lien externe

Notes et références

  1. Registres paroissiaux de l'année 1778 à Dijon, p. 176
  2. lettre de 1807
  3. Patrice Bret, article Poudres et Salpêtres, Dictionnaire Napoléon
  4. Vte A. Révérend, Les Familles titrées et anoblies au XIXe siècle, vol. 3, Monarchie de Juillet. Descendance Benoît-Champy, puis Lambert-Champy, dont Alice Lambert-Champy, mère de Geoffroy de Courcel
  5. Vicomte Albert Révérend (1844-1911), Armorial du Premier Empire : titres, majorats et armoiries concédés par Napoléon Ier, t. 1, Paris, Au bureau de L'Annuaire de la noblesse, , 294 p. (lire en ligne), p. 203
  • Portail de la chimie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.