Jeanne d'Arc (porte-hélicoptères)

La Jeanne d'Arc (R97) (affectueusement surnommée la Jeanne) était un croiseur porte-hélicoptères français. Il fut construit par l'arsenal de Brest de 1959 à 1964. Mis à flot sous le nom provisoire de La Résolue, il reçut le nom de Jeanne d'Arc le au désarmement de son prédécesseur, le croiseur école Jeanne d'Arc. La Jeanne d'Arc est rentrée de son ultime mission le et a été retirée du service le [1]. La dernière cérémonie des couleurs a quant à elle eu lieu le [2]. Le bâtiment est déconstruit à partir d'. Il n'est pas remplacé.

Pour les autres navires du même nom, voir Jeanne d'Arc (navire).

Jeanne d'Arc

La Jeanne d'Arc descendant la Seine, juillet 1999
Autres noms La Résolue (avant armement)
Jeanne d'Arc (1964)
Type Croiseur porte-hélicoptères
Histoire
A servi dans  Marine nationale
Chantier naval Arsenal de Brest
Quille posée 1959
Lancement
Armé
Statut Retirée du service le
Désarmée le
Équipage
Équipage 677 personnes (46 officiers dont 16 instructeurs, 158 officiers élèves, 473 équipage)
Caractéristiques techniques
Longueur 181,38 m
Maître-bau 24 m (22 m à la ligne de flottaison)
Tirant d'eau 7,5 m
Tirant d'air 52 m
Déplacement 10 575 tonnes
À pleine charge 13 270 tonnes
Propulsion 2 groupes de 2 turbines
4 chaudières à chauffe automatique
2 hélices
Puissance 40 000 ch (29 420 kW)
Vitesse 26,5 nœuds (49 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 6 missiles mer-mer Exocet MM 38
4 tourelles de 100mm Mle 53
Électronique 1 radar naval DRBV-22 D
1 radar DRBV-51
2 radars Racal Decca DRBN-34
3 radars DRBC-32 A
1 sonar DUBV-24
1 détecteur ARBR-16
1 intercepteur ARBX-10
1 bruiteur remorqué SLQ-25 Nixie
TACAN : NRBP-20
1 système d'identification ami-ennemi NRBI-50
Rayon d'action 7 500 nq à 15 nd (13 890 km à 27,8 km/h) et 3 000 nq à 27 nd (5 556 km à 50 km/h) - 90 jours de vivres
Aéronefs 8 hélicoptères de combat
Carrière
Port d'attache Brest
Indicatif (international) : FAMJ

Histoire

La Jeanne d'Arc est mise sur cale à l'Arsenal de Brest le . Elle est lancée le sous le nom de La Résolue. Le elle est rebaptisée Jeanne d'Arc et mise en service en tant que porte-hélicoptères. Son numéro de coque est R97.

Mission

La Jeanne d'arc était destinée :

Elle ne sera pas remplacée par un autre bâtiment-école. Les officiers élèves de l'école navale effectueront à la place un stage de formation à la mer de 6 mois, appelé « mission Jeanne d'Arc » à bord d'un bâtiment de projection et de commandement (BPC) et sa conserve (actuellement une frégate de type La Fayette)[3],[4].

Campagnes

Campagne 1973-1974 avec l' E.E " Forbin"

Départ de Brest le 29.10.1973

Dakar du 05.11 au 09.11.1973

Tobago le 17.11.1973

Fort de France du 19.11 au 22.11.1973

Marie Galante le 23.11.1973

Les Saintes du 24.11 au 25.11.1973

Basse Terre du 26.11 au 27.11.1973

Port au Prince du 01.12 au 03.12.1973

Cap Haitien du 04.12 au 05.12.1973

Rodman du 08.12 au 11.12.1973

Mururoa du 23.12 au 24.12.1973

Nuku Hiva du 27.12 au 28.12.1973

Papeete du 31.12 au 09.01.74

Raiatée du 09.01 au 14.01.1974

Wallis le 19.01.1974

Nouméa du 23.01 au 27.01.1974

Lifou le 27.01.1974

Port Vila du 30.01 au 31.01.1974

Guam du 08.02 au 10.02.1974

Tokyo eu 15.02 au 23.02.1974

Hong kong du 01.03 au 08.03.1974

Colombo du 19.03 au 23.03.1974

La Réunion du 31.03 au 04.04.1974

Le Cap du 11.04 au 16.04.1974

Ste Hélène du 22.04 au 23.04.1974

Abidjan du 27.04 au 30.04.1974

Casablanca du 09.05 au 14.05.1974

Arrivée à Brest le 18.05.1974


Campagne 1974 - 1975 avec le Forbin 
  • Départ de Brest le
  • Dakar du
  • Port of Spain (Trinidad-et-Tobago) du au
  • Nouvelle Orléans (États-Unis) du au
  • Veracruz (Mexique) du au
  • Panama City (Panama) du au
  • San Francisco (États-Unis) du au
  • Carthagène (Colombie) au
  • Antilles françaises et britannique du au
  • Rio de Janeiro ( Brésil) du au
  • Buenos Aires (Argentine) du au
  • Salvador ( Brésil) au
  • Santa Cruz de Ténériffe (Espagne) du au
  • Alger (Algérie) du au
  • Arrivée à Brest le
Campagne 1975 - 1976 avec le Forbin 
  • Départ de Brest le
  • Tunis (Tunisie) du au
  • Athènes (Grèce) du au
  • Canal de Suez (Égypte) du au
  • Djibouti (République de Djibouti) du au
  • La Réunion du au
  • Ile Maurice (République de Maurice) du au
  • Jakarta (Indonésie) du au
  • Bali (Indonésie) du au
  • Singapour (Singapour) du au
  • Bombay (Inde) du au
  • Bandar Abbas (Iran) du au
  • Djibouti (République de Djibouti) du au
  • Les Seychelles (République des Seychelles) du au
  • Le Cap (Afrique du Sud) du au
  • Abidjan (Côte d'Ivoire) du au
  • Dakar (Sénégal) du au
  • Toulon (Jeanne-d'Arc) du au
  • Brest (Forbin) le
  • Brest (Jeanne-d'Arc) le
Campagne 1977 - 1978 avec le Forbin 
  • Départ de Brest le
  • Alexandrie (Égypte) du au
  • Djibouti (République de Djibouti) du au
  • Les Seychelles (République des Seychelles) du au
  • Mombasa (Kenya) du au
  • Mayotte du au
  • La Réunion du au
  • Maurice (Maurice) du au
  • Crozet le
  • Kerguelen du au
  • Fremantle (Australie) du au
  • Melbourne (Australie) du au
  • Port Moresby (Papouasie-Nouvelle-Guinée) du au
  • Darwin (Australie) le
  • Bali (Indonésie) du au
  • Singapour (Singapour) du au
  • Madras (Inde) du au
  • Colombo (Sri Lanka) du au
  • Djibouti (République de Djibouti) le
  • Port Soudan (Soudan) du au
  • Tunis (Tunisie) du au
  • Brest le

Campagne 1978 - 1979 avec le Forbin

NOUADI BOU 19.11 19/11 Forbin
DAKAR 20.11 24.11
MONROVIA 27.11 30 .11
RIO DE JANEIRO 08 .12 14 .12
BAHIA 19 12 19 .12
KOUROU 23 12 23.12
CARACAS 28 12 02 .01.79
LIMA 10 .01 1 5 01
MURUROA 26 .01 26 .01
PAPEETE 29 .01 04 .02
R AIATEA 04 .02 11 .02
BORA- BORA 07 .02 09 .02 Forbin
HONOLULU 19 02 22 .02
VANCOUVER 02.03 06 .03
SAN FRANCISCO 09.03 15 .03
MANZANILLO 20 03 21 .03
ACAPULCO 22 03 27 .03
C LI PPERTON 29.03 29 .03
PANAMA 04.04 06.04
POINTE A PITRE 12 .04 16 .04
ST BARTHELEMY 10 .04 13 .04 Forbin,
LES SAINTES 13 .04 16.0 Forbin
FORT DE FRANCE 16 .04 20.04
MADERE 27 .04 27.04
CASABLANCA 30 .04 04 05
BREST 09.05
Campagne 1995 - 1996 « Mers de feu, Mers de glace » avec le Germinal 
  • Départ de Brest le mardi
  • Casablanca (Maroc) le lundi
  • Ponta Delgada (Açores) le lundi
  • New York (États-Unis) le
  • Miami (États-Unis) le
  • La Guaira (Venezuela) le
  • La Guadeloupe le
  • Sainte-Lucie le
  • Recife (Brésil) le
  • Santa Cruz de Tenerife (Espagne) le
  • Tunis (Tunisie) le
  • Istanbul (Turquie) le
  • Haïfa (Israel) le
  • Lisbonne (Portugal) le
  • Portsmouth (Angleterre) le
  • Gdynia (Pologne) le
  • Retour Brest le

44e et dernière campagne

La Jeanne d'Arc à Québec

Au cours de sa dernière mission, la Jeanne d'Arc a fait escale en Martinique à Fort-de-France pendant une semaine en , à Saint-Pierre-et-Miquelon et à Québec en [5]. Elle était aussi présente lors de l'anniversaire du port de Hambourg en aux côtés de navires de lutte anti-sous-marine allemands. Le , le porte-hélicoptères a fait son avant-dernière escale à Rouen, sa ville marraine, en compagnie du Belem, puis a fait son ultime retour à Brest le au quai Malbert, après sa 44e campagne.

Désarmement

2010 : la Jeanne d'Arc désarmée le long de l'épi porte-avions no 4 de la base navale de Brest.

La Jeanne d'Arc a été retirée du service actif le . Il fut un temps évoqué qu'elle serve d'hélisurface près de Saint-Tropez[6], mais le navire sera finalement détruit. Le matériel de rechange a été débarqué puis un certain nombre d'équipements et de matériels utilisables sur d'autres navires ont été démontés comme certains éléments de machine qui serviront pour les frégates De Grasse et Tourville. Certaines pièces symboliques seront remises aux villes de Brest, de Rouen, sa ville marraine, et de Domrémy-la-Pucelle ou à des musées. Les archives et des éléments du patrimoine du navire ont eux été transmis au Service historique de la Marine. Les superstructures les plus importantes du navire ont été démontées et toutes les inscriptions permettant d'identifier le navire effacées. Un inventaire de produits polluants a été effectué.

En , la flamme de guerre de 60 mètres de long de la Jeanne d'Arc a été remise au Tonnerre qui reprend la mission de formation des Officiers de Marine.

Depuis le , le navire ne porte plus officiellement le nom de Jeanne d'Arc et s'est vu attribuer le numéro de coque Q860. Il a fait l'objet d'un appel d'offres pour son démantèlement avec recyclage des métaux[7]. Le , son ancre est installée à l'extrémité de l'île Lacroix à Rouen. Amarrée à Brest le long de la digue de la rade abri côté port militaire, la coque était visible depuis la route de la corniche qui longe le port militaire. Elle a quitté Brest pour Bassens le , pour y être démantelée par les sociétés Bartin Recycling et Petrofer Société Nouvelle, le Colbert[8] subira le même sort en 2016. Fin mars 2016, avec 6 mois de retard le désamiantage de la Jeanne est achevé, elle a rejoint la forme fin mai pour être découpée. Fin 2016, la coque de la Jeanne a complètement disparu du port girondin, l'acier est transféré au Pays basque pour être recyclé[réf. nécessaire].

Le navire école des élèves-officiers de marine n'est pas remplacé.

Caractéristiques

Caractéristiques techniques

La Jeanne d'Arc mesure 181,38 m de long, 24 m de large et son tirant d'air est de 52 m. Son déplacement est compris entre 10 575 t et 13 270 t selon qu'il est lège ou à pleine charge. Quatre chaudières multitubulaires de type dissymétrique[9] fournissent en énergie le navire et ses quatre turbines Rateau-Bretagne. Ainsi le navire dispose d'une puissance électrique de 4 400 kW et d'une puissance de 40 000 ch (29 420 kW) pour faire tourner deux hélices[10]. À feux poussés, le porte-hélicoptères pouvait atteindre 30 nœuds soit 55 km/h[11]. En 2008, en raison de son âge, la Jeanne d'Arc file à une vitesse de croisière de 12 nœuds et peut monter à 20 nœuds pour des pointes de plusieurs heures.

Caractéristiques militaires

Gros plan des superstructures : les conteneurs Exocet, une tourelle de 100 mm et les embarcations côté bâbord (en 1999)

Armement d'origine :

Armement avant son retrait du service :

Une rampe double de missiles Masurca était prévue à l'origine sur la plage avant, mais n'a jamais été installée.

Les 6 missiles mer-mer Exocet MM 38 ont été installés en 1975 soit 11 ans après son armement et les 2 tourelles arrière débarquées en 2000.

Les canons de 100 mm Mle 53 assurent la défense anti-aérienne du navire avec une portée pratique de km contre une cible aérienne.

La Jeanne d'Arc a des capacités d'emport d'une dizaine d'hélicoptères lourds et légers. Elle peut mettre en œuvre simultanément (décollage et appontage) 3 hélicoptères.

Record de vitesse

Le mercredi à 2 h du matin, dans un baroud d'honneur, les mécaniciens ont poussé les machines de la « vieille dame » à la vitesse sur le fond de 30,9 nœuds [12] (soit près de 57 km/h). Cette vitesse a pu être atteinte grâce au courant du raz Blanchard, qui l’a légèrement aidée. La vitesse alors affichée au loch était de 29,4 nœuds, dépassant ainsi l'ancien record de 27 nœuds (50 km/h) établi peu de temps après son lancement.

Liste des commandants

La Jeanne d'arc aura eu 25 commandants. Le capitaine de vaisseau Clotteau est, en fonction des sources, compté ou non dans cette liste car il l'a commandée alors qu'elle s'appelait encore La Résolue et cela avant son admission au service actif[13].

Grade à la nomination Nom Date de prise de commandement
0 Capitaine de vaisseau Pierre Clotteau (La Résolue)
1 Capitaine de vaisseau Alfred Postec
2 Capitaine de vaisseau Christian Claverie
3 Capitaine de vaisseau André Gélinet
4 Capitaine de vaisseau François Flohic
5 Capitaine de vaisseau Gérard de Castelbajac
6 Capitaine de vaisseau Christian Brac de la Perrière
7 Capitaine de vaisseau Stéphane Beaussant
8 Capitaine de vaisseau Bertrand Bonavita
9 Capitaine de vaisseau Jean-Pierre Fourquet
10 Capitaine de vaisseau Régis Merveilleux du Vignaux
11 Capitaine de vaisseau Pierre Bonnot
12 Capitaine de vaisseau Xavier de Lussy
13 Capitaine de vaisseau Christian Rouyer
14 Capitaine de vaisseau Jean-Marie Viriot
15 Capitaine de vaisseau Michel Olhagaray
16 Capitaine de vaisseau Alain Dumontet
17 Capitaine de vaisseau Bruno Sifantus
18 Capitaine de vaisseau Pierrick Blairon
19 Capitaine de vaisseau Philippe Combes
20 Capitaine de vaisseau Jérôme Régnier
21 Capitaine de vaisseau Marc de Briançon
22 Capitaine de vaisseau Gilles Tillette de Mautort
23 Capitaine de vaisseau Hervé Bléjean
24 Capitaine de vaisseau Patrick Augier
25 Lieutenant de vaisseau Pascal Guerriau

D'autres navires appelés Jeanne d'Arc

Depuis 1820, avec une interruption entre 1885 et 1901, la Marine nationale a toujours disposé d’un bâtiment portant le nom de Jeanne d’Arc. L'école d'application était accueillie à bord d’un navire portant ce nom depuis 1912. Depuis 2010, les élèves officiers ne disposent plus de navire dédié.

Hommage

  • En 2010, pour la collection Des bateaux et des hommes créée par Cristel Éditeur d'Art, le peintre officiel de la Marine Michel Bez réalise la lithographie « La Jeanne d'Arc, Ambassadrice de France » présentée dans un portfolio. Tiré à 290 exemplaires, celui-ci rassemble cette lithographie originale et un texte de Christophe Penot numérotés et signés à la main par l’artiste et l'auteur.
  • En 2010, le peintre officiel de la Marine Michel Bez réalise la lithographie du portfolio « Inoubliable Jeanne d'Arc » créé par Cristel Éditeur d'Art. Tiré à 45 exemplaires pour saluer les 45 campagnes du « mythe amiral de la Marine française », ce portfolio rassemble cette lithographie originale et un texte inédit de Didier Decoin, tous deux numérotés et signés à la main par l’artiste et l'auteur.

Bibliographie

  • Axel Duroux et Jean-Marie Chourgnoz, La Jeanne, Ouest-France, (ISBN 978-2737302145)
  • Jean Meyer et Martine Acerra, Histoire de la marine française, Rennes, éditions Ouest-France, , 428 p. (ISBN 2-7373-1129-2)
  • Michel Vergé-Franceschi (dir.), Dictionnaire d’Histoire maritime, Paris, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1508 p. (ISBN 2-221-08751-8 et 2-221-09744-0).
  • Alain Boulaire, La Marine française : De la Royale de Richelieu aux missions d'aujourd'hui, Quimper, éditions Palantines, , 383 p. (ISBN 978-2-35678-056-0)
  • Rémi Monaque, Une histoire de la marine de guerre française, Paris, éditions Perrin, , 526 p. (ISBN 978-2-262-03715-4)
  • Jean-Michel Roche, Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, t. II : 1870-2006, Millau, Rezotel-Maury, (ISBN 2-9525917-1-7, lire en ligne)
  • Michel Bez et Yann Le Pichon, La Jeanne d'Arc, Lavauzelle, 1994.
  • « Adieu, Jeanne, Adieu ! », texte de Christophe Penot, tirage à 690 exemplaires numérotés, 48 p., 2009, Cristel Éditeur d'Art

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


  • Portail de la Marine française
  • Portail des hélicoptères
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.