Jeux olympiques d'été de 1976

Les Jeux olympiques d'été de 1976, Jeux de la XXIe olympiade de l'ère moderne, ont été célébrés à Montréal, au Canada (province du Québec), du 17 juillet au .

Jeux olympiques d’été de 1976
Localisation
Pays hôte Canada
Ville hôte Montréal
Date Du 17 juillet au
Ouverture officielle par Élisabeth II
Reine du Canada
Participants
Pays 92
Athlètes 6 028
(4 781 masc. et 1 247 fém.)
Compétition
Nombre de sports 21
Épreuves 198
Symboles
Serment olympique Pierre Saint-Jean
Haltérophile canadien
Flamme olympique Stéphane Préfontaine
et Sandra Henderson
Deux athlètes âgés de 16 et 15 ans
Mascotte Amik, le castor

92 nations et 6 084 sportifs (dont 1 260 femmes) prirent part à 198 compétitions sportives dans 21 sports. L'héroïne de ces Jeux fut la gymnaste roumaine Nadia Comăneci.

Des polémiques furent engagées sur le coût des installations sportives et sur le boycott de la majorité des pays africains en raison de la présence de la Nouvelle-Zélande.

Quatre ans après la tragédie de Munich, la sécurité est renforcée. Près de 100 millions de dollars sont affectés à la protection des athlètes et des délégations étrangères. 16 000 policiers et soldats sont mobilisés.

Élection de la ville hôte

Le Comité international olympique confie l'organisation des Jeux olympiques d'été de 1976 à la ville de Montréal au cours de la 69e session du à Amsterdam.

Résultats officiels du scrutin
Villes Pays Tour 1 Tour 2
Montréal Canada 25 42
Moscou Union soviétique 28 28
Los Angeles États-Unis 17

Emblèmes

La torche olympique des Jeux de Montréal.
Amik, la mascotte des Jeux, sur une affiche.

Le logo officiel est l'œuvre du graphiste Georges Huel. Il représente les cinq anneaux olympiques surmontés d'un podium ou d'une piste d'athlétisme, lieu privilégié des jeux. On peut également deviner la lettre « M », initiale de Montréal. L'artiste a voulu donner comme signification « la fraternité universelle que propose l'idéal olympique, la gloire des vainqueurs, l'esprit chevaleresque de leurs luttes et l'accession de Montréal au rang de ville olympique »[1]. L'artiste a également conçu, avec Michel Dallaire, le flambeau olympique.

La mascotte des Jeux de 1976 se nomme « Amik », terme tiré de la langue algonquine signifiant « castor ». Cet animal a été choisi comme mascotte car il est reconnu pour sa patience et son ardeur au travail. Par ailleurs, il est un grand symbole national au Canada où on le retrouve sur certaines pièces de monnaie, et des timbres-poste.

La musique de ces Jeux de Montréal est l'œuvre du pianiste-compositeur André Mathieu. Le directeur musical et chef d’orchestre était Vic Vogel. La chanson Bienvenue à Montréal, écrite par Vogel et Mathieu sur des paroles de Claude Lacombe et chantée par René Simard (dans des versions en français[2] et en anglais[3]), a été publiée avant les jeux comme outil de promotion mais sera boudée par les stations radio, la considérant trop générique[4]. L'auteur-compositeur Stéphane Venne organise donc un concours pour trouver une nouvelle chanson et elle fut remplacée par Je t'aime écrite par Jean Robitaille et Christian Saint-Roch, interprété par Estelle Ste-Croix, ces deux derniers membres du groupe Ville Émard Blues Band[5].

Sites olympiques

Polémique sur le coût des constructions

La construction du Stade olympique de Montréal a couté un milliard de dollars[6], soit trois fois plus que la somme prévue initialement. Ce surcout est dû notamment aux retards accumulés et aux mauvaises planifications financières du comité d'organisation mais également aux nombreuses innovations techniques voulues. Pour la première fois, la piste d'athlétisme, entièrement synthétique, fut construite par la société italienne Mondo mettant fin au Tartan : une "Sportflex Super X Performance" rouge.

Une commission d'enquête présidée par le juge Albert Malouf blâma sévèrement[7] l'administration du maire Jean Drapeau, dans un rapport, rendu public en 1980. Le remboursement de l'hypothèque des installations comprenant le Village olympique, le Vélodrome et sa transformation en Biodôme, ainsi que le stade fut complété en juin 2006.

La construction de la tour du stade olympique n'était pas terminée lors de la tenue des Jeux en 1976, en particulier sa grande tour penchée de dix-huit étages longue de 168,40 m qui n'atteignit que la moitié de sa hauteur prévue. Par ailleurs, le gazon du stade fut posé le , veille des cérémonies d'ouverture. Le stade fut achevé en 1987.

Les autorités québécoises ont contracté une hypothèque de 30 ans sur une somme de 1,47 milliard de dollars pour le stade, sa tour, le vélodrome, la piscine olympique et le village olympique, vendu et transformé en appartements. Les coûts des Jeux de 1976 ont été remboursés par les contribuables québécois en 2007[8].

Sites des compétitions

Le stade olympique de Montréal. La tour n'était pas construite lors des Jeux.
Le vélodrome olympique devenu par la suite le Biodôme de Montréal, devant le stade olympique.

Parc olympique

Montréal

Sites à l'extérieur de Montréal

Cérémonie d'ouverture

Malgré toutes les polémiques autour du coût de la construction du Stade olympique, plus de 70 000 spectateurs assistent, le , à la cérémonie d'ouverture en présence de la reine Élisabeth II, en tant que Reine du Canada, de Pierre Elliott Trudeau, premier ministre canadien, et de Lord Killanin qui assiste à ses premiers Jeux en tant que Président du Comité international olympique. Par ailleurs, Jean Drapeau, maire de Montréal qui a beaucoup œuvré pour l'organisation de ces Jeux, reçoit une ovation des spectateurs de plus de cinq minutes.

Les derniers porteurs de la flamme olympique sont deux athlètes canadiens, Sandra Henderson de Toronto et Stéphane Préfontaine de Montréal. Ces jeunes athlètes symbolisent les deux peuples fondateurs. Après l'envolée de milliers de pigeons du stade olympique, la Reine Élisabeth II proclame l'ouverture officielle des Jeux de Montréal. La cérémonie se conclut par l'interprétation de l'hymne national "Ô Canada" par l'orchestre de l'ensemble olympique.

Nations boycottant les Jeux

Les nations boycottant les Jeux de Montréal sont indiquées en jaune.
Voir aussi le boycott des Jeux paralympiques de 1976 à Toronto, en raison de la participation de l'Afrique du Sud.

Ces Jeux olympiques sont marqués par le boycott de 22 nations[9] africaines qui protestent contre la présence de la Nouvelle-Zélande. Elles reprochent à cette dernière d'avoir envoyé son équipe de rugby participer à une tournée en Afrique du Sud, pays pratiquant l'apartheid.

Vingt-deux pays africains décident de quitter les Jeux quelques heures avant la cérémonie d’ouverture. L'Égypte, le Cameroun et la Tunisie participeront au début des épreuves avant de s'aligner sur les autres nations africaines et de quitter les Jeux. Le Sénégal et la Côte d'Ivoire décident de ne pas s'associer à ce boycott.

Le Comité international olympique est surpris par ce boycott. Il le conteste car l'Afrique du Sud n'est plus invitée aux Jeux depuis plus de dix ans, et que le rugby à XV n'est plus un sport olympique.

Par ailleurs, le gouvernement du Canada refuse de laisser concourir les athlètes de Taïwan sous une autre bannière que celle de la République populaire de Chine. Taïwan refuse et ne participe donc pas aux Jeux.

Ce boycott massif préfigure de nouvelles absences de nations pour motif politique aux Jeux de 1980 et de 1984.

Les 22 nations boycottant les Jeux de 1976 :
Algérie
Cameroun
République centrafricaine
Tchad
Congo
Égypte
Éthiopie
Gabon
Gambie
Ghana
Guyana
Irak
Kenya
Libye
Madagascar
Malawi
Mali
Niger
Nigeria
Soudan
Tunisie

Nations participantes

Pays participants en 1976.
  • Pays participant pour la première fois.
  • Pays ayant déjà participé.

Quatre-vingt-douze nations étaient présentes aux Jeux olympiques de 1976. Trois d'entre elles ont fait leur première apparition à Montréal : Andorre, Antigua-et-Barbuda, et les Îles Caïmans. Comme lors des Jeux précédents, le Comité international olympique décida d'exclure l'Afrique du Sud en raison de sa politique d'apartheid. La République de Chine (Taïwan) et la République populaire de Chine ne participèrent pas aux Jeux olympiques de Montréal, mais pour des raisons différentes du boycott concernant la présence de la Nouvelle-Zélande.

Les 92 délégations participantes
Afrique Amériques Asie Europe Océanie
  • Arabie Saoudite
  • Corée du Sud
  • Corée du Nord
  • Hong-Kong
  • Inde
  • Indonésie
  • Iran
  • Israël
  • Japon
  • Koweït
  • Liban
  • Malaisie
  • Mongolie
  • Népal
  • Pakistan
  • Philippines
  • Singapour
  • Thaïlande
  • Turquie
6 pays33 pays19 pays30 pays4 pays

Compétition

Sports et résultats

Comme lors des Jeux de Munich en 1972, 21 sports figurent au programme de ces Jeux de Montréal. 196 épreuves donneront lieu à 198 cérémonies de remise de médailles[11] Parmi les nouveautés, les femmes participent pour la première fois aux compétitions d'aviron, de basket-ball et de handball.

Calendrier

Calendrier des Jeux olympiques de 1976
Juillet et 17181920212223242526272829303101Spectateurs
Cérémonie d'ouverture67.050
Athlétisme23466457786.042
Aviron (sport)6855.025
Basket-ball11168.707
Boxe11128.625
Canoë-kayak6535.175
Cyclisme1112135.917
Équitation21111187.607
Escrime1111111124.517
Football1581.469
Gymnastique11246172.359
Haltérophilie11111111133.275
Handball260.483
Hockey sur gazon198.427
Judo11111168.015
Lutte101045.869
Natation24444463193.344
Pentathlon moderne217.338
Tir1111216.232
Tir à l'arc212.502
Voile62.078
Volleyball2139.348
Cérémonie de clôture68.197
Juillet et 17181920212223242526272829303101Spectateurs

Faits marquants

Athlétisme

Résultats détaillés
Le cubain Alberto Juantorena réalise le premier doublé 400 m/800m de l’histoire. Autre doublé, celui du finlandais Lasse Virén sur 5 000m et 10 000m. Il avait réalisé ce même exploit quatre ans plus tôt à Munich. Le soviétique Viktor Saneevi remporte sa troisième médaille d’or au triple saut alors que, le Français Guy Drut devient le premier européen à remporter le 110 m haies olympique.

Aviron

Résultats détaillés

Basket-ball

Résultats détaillés
L'URSS remporte le premier tournoi olympique féminin. Elle dispose des américaines en finale. Chez les hommes, les États-Unis récupèrent leur titre perdu quatre ans plus tôt.

Boxe

Résultats détaillés
Les frères Michael et Leon Spinks remportent, sous des catégories de poids différentes, une médaille d'or chacun. Avant sa grande carrière professionnelle, Sugar Ray Leonard remporte le titre olympique en super-légers.

Canoë-kayak

Résultats détaillés
Les rameurs soviétiques s'adjugent 6 des 11 épreuves au programme. Toutes les médailles reviennent à des pays européens.

Cyclisme

Résultats détaillés

Équitation

Résultats détaillés
Le cavalier Edmund Coffin et les États-Unis s'adjugent les deux titres du concours complet. L'Allemagne de l'Ouest remporte sept médailles au total, dont les titres du dressage par équipe et du saut d'obstacles individuel.

Escrime

Résultats détaillés
Viktor Krovopouskov remporte deux médailles d'or au sabre dans une discipline dominée par l'URSS.

Football

Résultats détaillés
L'Allemagne de l'Est s'impose en finale face à la Pologne. L'URSS complète le podium en disposant du Brésil dans la petite finale.

Gymnastique

Résultats détaillés
La gymnaste roumaine Nadia Comăneci réalise l'exploit de ces Jeux en remportant cinq médailles dont trois d’or. Elle s'impose au concours général, aux barres asymétriques et à la poutre. Elle monte par ailleurs à deux autres reprises sur le podium (médaille d'argent par équipe et médaille de bronze au sol). Nadia Comăneci[12], âgée alors de 14 ans et demi, obtient la note parfaite de 10 à sept reprises. Aux barres asymétriques, elle réalise une démonstration somptueuse, qui se termine par un saut périlleux avant avec demi-tour. Elle obtient un 20 sur 20, soit quatre fois la note maximale. Ses exploits sont d'autant plus retentissants qu'elle dut faire face à une concurrence relevée, notamment de la part des gymnastes soviétiques. Durant ces jeux de Montréal, la Roumaine bénéficia du soutien total du public canadien. Autre héros, le soviétique Nikolai Andrianov remporte sept médailles au total, dont quatre d'or.

Haltérophilie

Résultats détaillés

Handball

Résultats détaillés
L'URSS remporte les deux tournois olympiques de handball, face à la Roumanie chez les hommes et face à l'Allemagne de l'Est chez les femmes.

Hockey sur gazon

Résultats détaillés
La Nouvelle-Zélande remporte le tournoi olympique pratiqué pour la première fois sur gazon artificiel.

Judo

Résultats détaillés

Lutte

Résultats détaillés
Le lutteur soviétique Levan Tediashvili s’impose chez les lourds-légers quatre ans après sa victoire chez les moyens.

Natation

Résultats détaillés
L’Italien Klaus Dibiasi devient le premier plongeur à remporter trois médailles d’or consécutives. La nageuse Est-allemande Kornelia Ender remporte cinq médailles, dont quatre en or.

Pentathlon moderne

Résultats détaillés
Le médaillé d’argent Boris Onishchenko (URSS) est exclu des compétitions, pris en flagrant délit de tricherie lors de l'épreuve d'escrime du pentathlon moderne. Il provoquait l’allumage de l’ampoule témoin grâce à un interrupteur.

Tir

Résultats détaillés

Tir à l'arc

Résultats détaillés

Voile

Résultats détaillés

Volley-ball

Résultats détaillés
L'équipe de Pologne remporte le tournoi masculin en battant l'URSS en finale. Le Japon s'adjuge le titre féminin, également face aux Soviétiques.

Records de médailles

Sportifs les plus médaillés aux Jeux de Montréal en 1976
Athlète Pays Sport Total
Nikolai Andrianov Union soviétique Gymnastique 4 2 1 7
Kornelia Ender Allemagne de l'Est Natation 4 1 0 5
John Naber États-Unis Natation 4 1 0 5
Nadia Comăneci Roumanie Gymnastique 3 1 1 5
Nellie Kim Union soviétique Gymnastique 3 1 0 4
Jim Montgomery États-Unis Natation 3 0 1 4
Ulrike Richter Allemagne de l'Est Natation 3 0 0 3

Tableau des médailles

Au bilan des médailles, les athlètes d'URSS dominent la compétition avec 125 médailles, dont 49 d'or. Derrière, la RDA se classe devant les États-Unis grâce à un plus grand nombre de médailles d'or. Les Bermudes deviennent le pays le moins peuplé (53 500 habitants) à obtenir une médaille aux Jeux olympiques d'été (grâce au boxeur Clarence Hill dans la catégorie poids-lourds). Enfin, le Canada, pays hôte, n'obtient aucun titre olympique[13].

Tableau des médailles officiel[14]
Rang Pays / Équipe Total
1 Union soviétique 494135125
2 Allemagne de l'Est 40252590
3 États-Unis 34352594
4 Allemagne de l'Ouest 10121739
5 Japon 961025
6 Pologne 761326
7 Bulgarie 69722
8 Cuba 64313
9 Roumanie 491427
10 Hongrie 451322
11 Finlande 4206
12 Suède 4105
13 Royaume-Uni 35513
14 Italie 27413
15 France 2349
16 Yougoslavie 2338
17 Tchécoslovaquie 2248
18 Nouvelle-Zélande 2114
19 Corée du Sud 1146
20 Suisse 1124
21 Jamaïque 1102
Corée du Nord 1102
Norvège 1102
24 Danemark 1023
25 Mexique 1012
26 Trinité-et-Tobago 1001
27 Canada 05611
28 Belgique 0336
29 Pays-Bas 0235
30 Portugal 0202
Espagne 0202
32 Australie 0145
33 Iran 0112
34 Mongolie 0101
Venezuela 0101
36 Brésil 0022
37 Autriche 0011
Bermudes 0011
Pakistan 0011
Porto Rico 0011
Thaïlande 0011
Total198199216613

Contrôles anti-dopage

Plus de 2000 athlètes furent soumis à des contrôles anti-dopage durant ces Jeux olympiques de Montréal. Dix cas de dopage seront avérés. Les sportifs suivants furent disqualifiés et déchus de leur médaille éventuelle[15] :

  • Blagoi Blagoev (Bulgarie, haltérophilie): Stéroïde anabolisant → médaille d'argent retirée
  • Mark Cameron (États-Unis, haltérophilie) : Stéroïde anabolisant
  • Paul Cerutti (Monaco, tir) : Amphétamine
  • Dragomir Ciorosian (Roumanie, haltérophilie) : Fencanfamine
  • Philippe Grippaldi (États-Unis, haltérophilie) : Stéroïde anabolisant
  • Zbigniew Kaczmarek (Pologne, haltérophilie) : Stéroïde anabolisant → médaille d'or retirée
  • Valentin Khristov (Bulgarie, haltérophilie) : Stéroïde anabolisant → médaille d'or retirée
  • Arne Norrback (Suède, haltérophilie) : Stéroïde anabolisant
  • Peter Pavlasek (Tchécoslovaquie, haltérophilie) : Stéroïde anabolisant
  • Danuta Rosani (Pologne, athlétisme) : Stéroïde anabolisant
  • les nageuses allemandes

Droits télévisés

Attribution des droits à ABC aux États-Unis

Les jeux olympiques de Montréal ont été diffusés dans 124 pays. Après avoir sollicité les trois grands réseau de télévision américains (ABC, CBS et NBC), le Comité d'organisation reçoit le une proposition du réseau ABC s'élevant à 23 millions de dollars[16]. Cette proposition est formellement signée le et approuvée par le CIO en . Ce contrat marque une hausse de 85 % par rapport au prix payé pour la diffusion aux États-Unis des jeux de Munich (13,5 millions de dollars) 4 années plus tôt[17].

Désignation de CBC/Radio-Canada comme diffuseur hôte

CBC/Radio-Canada est désigné comme diffuseur hôte de la compétition ainsi que diffuseur exclusif au Canada de la compétition (tant en anglais qu'en français) en [17].

Autres diffuseurs

Le comité d'organisation des jeux établit de premiers contacts avec les syndicats de diffuseurs européens (UER) et japonais (NHK) en . La volonté du comité de répartir les frais globaux entre tous les diffuseurs entraîne une fronde de ces derniers. Sept diffuseurs s'associent à l'UER à l'issue de la deuxième conférence des organismes de diffusion dans un communiqué de presse pour déclarer :

« L'escalade continue et non justifiée des coûts de télévision des Jeux olympiques est tout simplement inacceptable »

 Déclaration commune des diffuseurs

L'impasse demeure jusqu'en , chaque session de négociation achoppant sur le partage des frais de production. Dans le même temps l'accord entre le comité d'organisation et le CIO est suspendu tant que le comité d'organisation ne verse pas un tiers des droits de diffusion perçus pour le Canada. Constatant l'impasse des négociations, le comité d'organisation publie en un rapport sur les 90 pays représentés par les 6 plus important syndicats de diffuseurs afin de publiciser sa position. Cette publication déclenche une forte crise : outragés, les diffuseurs menacent de boycotter la diffusion des jeux.

Un ultime sommet est organisé en entre le comité d'organisation et les syndicats de diffuseurs (hors États-Unis et Canada). Alors que les syndicats font une proposition à 8,5 millions de dollars, le comité remet son estimation (plus de deux fois plus importante) qui s'élève à 18,045 millions de dollars. La négociation échoue et les syndicats refusent de dépasser 9,5 millions et annoncent boycotter la diffusion des jeux en l'absence d'accord.

Le CIO quitte le sommet et fait pression sur le comité d'organisation pour aboutir à un accord. Ce dernier cède et attribue les droits de diffusions pour un total de 9,5 millions de dollars[17].

Notes et références

  1. Jeux de la XXIe Olympiade Montréal 1976 : Rapport officiel, p. 314.
  2. https://www.discogs.com/Ren%C3%A9-Simard-Bienvenue-A-Montreal/release/8357110
  3. https://www.discogs.com/Vic-Vogel-Ren%C3%A9-Simard-Andr%C3%A9-Mathieu-Claude-Lacombe-Bienvenue-Montr%C3%A9al-Welcome-To-Montreal/release/5508025
  4. https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/gravel-le-matin/segments/chronique/58642/chanson-olympiques-histoire-montreal-vancouver
  5. http://www.encyclopediecanadienne.ca/fr/article/jeux-olympiques-2/
  6. http://www.olympes.info/page1.htm Villes organisatrices Olympes.info
  7. Dépôt du rapport sur le coût des Jeux olympiques de Montréal
  8. http://www.rds.ca/montreal-1976-la-dette-acheve-1.270900
  9. « Africa and the XXIst Olympiad », Revue olympique, CIO,
  10. Les athlètes du Cameroun, d'Égypte, du Maroc et de la Tunisie participèrent aux compétitions du 18 au 20 juillet 1976 avant de quitter les Jeux olympiques.
  11. Les meilleures équipes du pentathlon moderne et du concours complet d’équitation sont également couronnées
  12. Nadia Comaneci, le 10 parfait
  13. Le Canada est le seul pays à ne pas avoir remporté de médaille d'or alors qu'il était l'hôte des Jeux (Montréal 1976 et Calgary 1988), jusqu'aux Jeux olympiques d'hiver de 2010
  14. Source CIO 1976
  15. Liste des sportifs dopés aux Jeux olympiques
  16. En déduisant 2 millions de dollars de dépenses pour des installations au profit exclusif d'ABC.
  17. (en) Jeux de la XXIe Olympiade Montréal 1976, Rapport officiel, Montréal (lire en ligne), p. 76-80

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des Jeux olympiques
  • Portail des années 1970
  • Portail du Canada
  • Portail de Montréal
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.