John Edwin Sandys

Sir John Edwin Sandys ('sændz), né le à Leicester et mort le à Cambridge, est un philologue classique anglais.

John Edwin Sandys
Titre de noblesse
Knight Bachelor
Biographie
Naissance
Décès
(à 78 ans)
Cambridge
Sépulture
Cimetière d'Ascension Parish (en)
Nationalité
Formation
St John's College
Repton School (en)
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions
Archives conservées par

Biographie

John Edwin Sandys est né à Leicester le , fils du révérend Timothy Sandys, membre de la Church Missionary Society, et de son épouse Rebecca (née Swain). Il a d'abord vécu avec ses parents en Inde, avant de revenir à onze ans en Angleterre, où il a étudié à l'école de la Church Missionary Society à Islington, puis à Repton School (en). En 1863, il a obtenu une bourse d'étude pour St John’s College à Cambridge[1].

Récipiendaire d'une bourse Bell, il a remporté plusieurs prix en prose grecque et latine. En 1867, il a été élu membre de son college, où il a été nommé à un poste de lecteur, puis de tuteur. Il a été élu Public Orator (en) en 1876 et a reçu le titre d'« orator emeritus » à sa retraite en 1919. Il a aussi été nommé docteur honoris causa de l'université de Dublin en 1892, de l'université d'Édimbourg en 1909, de l'université d'Athènes en 1912 et de l'université d'Oxford en 1920. En 1909, il a été fait membre de la British Academy[2] et commandeur de l'ordre du Sauveur (Grèce). Il a été fait Knight Bachelor en 1911.

Outre ses éditions de textes grecs, considérées comme remarquables, il a publié un récit, An Easter Vacation in Greece (1886), une traduction augmentée du Dictionary of Classical Antiquities (en) d'Oskar Seyffert (en) (avec Henry Nettleship (en), 1891) et The Harvard Lectures on the Revival of Learning (1905). Il est surtout connu pour son History of Classical Scholarship (volume I, seconde édition, 1906 ; volumes II et III, 1910). Il a aussi dirigé l'édition de A Companion to Latin Studies (1910 ; second édition, 1913) et contribué à la New International Encyclopedia.

Il avait épousé en 1880 Mary Grainger, fille du vicaire de l'église Saint-Paul de Cambridge, mais ils n'eurent pas d'enfants. Il est mort le à Cambridge, où il est repose au cimetière de la paroisse de l'Ascension (en).

Notes et références

Liens externes

  • Portail de la littérature
  • Portail du Royaume-Uni
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.