John Wilmot (2e comte de Rochester)

John Wilmot, deuxième comte de Rochester (né le - mort le ) est un poète, dramaturge et libertin anglais. Ami proche du roi Charles II d'Angleterre, il est l'auteur de nombreuses satires, de poèmes soit lyriques soit philosophiques et de quelques pièces licencieuses.

Pour les articles homonymes, voir Wilmot et Rochester.
John Wilmot, 2e comte de Rochester
John Wilmot, 2e comte de Rochester
Fonction
Membre de la Chambre des lords
Titre de noblesse
Vicomte
Biographie
Naissance

Ditchley (en)
Décès
Domiciles
Ditchley (en) (-), Paris (-), Ditchley (en) (depuis )
Formation
Activités
Père
Henry Wilmot (en)
Mère
Anne St John (d)
Conjointe
Elizabeth Wilmot (en)
Enfants
Charles Wilmot, 3rd Earl of Rochester (d)
Lady Elizabeth Wilmot (d)
Anne Wilmot of Rochester (d)
Lady Malet Wilmot (d)
Autres informations
Arme

Biographie

Rochester est né à Ditchley, dans l'Oxfordshire. La mère de Rochester, Anne John St. John, protestante, fut une partisane des parlementaires au cours de la Première révolution anglaise, et inclinait à un certain puritanisme. Son père Henry Wilmot, royaliste d'origine anglo-irlandaise et alcoolique notoire, avait été fait comte de Rochester en 1652 en récompense des services militaires accomplis au nom de Charles II pendant l'exil de ce dernier, sous Oliver Cromwell. Henry Wilmot mourut en 1658, deux ans avant la Restauration anglaise.

John Wilmot, après avoir obtenu le titre de Master of Arts au Wadham College d'Oxford et accompli, comme plusieurs aristocrates britanniques, son Grand Tour en Europe de 1662 à 1664, il s’engagea à deux reprises comme volontaire dans la marine pour participer à la seconde guerre des Flandres pendant l’été 1665. Il épousa le à la chapelle royale de Whitehall une héritière dénommée Elizabeth Malet, mais eut de nombreuses maîtresses, dont l'actrice Elizabeth Barry qu'il rencontra vers 1673 et dont il prit en charge la carrière. Rochester fut un personnage incontournable du monde littéraire et de la cour royale sous la Restauration anglaise. Proche de Charles II, il fut un grand protecteur des arts et des lettres. Il fut notamment le protecteur du poète John Dryden et du dramaturge Elkanah Settle. Peu avant de mourir à l'âge de 33 ans, de maladies vénériennes combinées à l'alcoolisme selon les récits traditionnels, d’insuffisance rénale selon d'autres, la légende veut que le comte libertin se soit réconcilié avec la foi religieuse, grâce aux efforts de l'évêque Gilbert Burnet.

Œuvres

C'est en 1999 qu'a lieu la publication aux Presses Universitaires d’Oxford du premier corpus fiable de l’œuvre complète de ce poète de la Restauration anglaise. Le Professeur Harold Love de l'université de Monash en Australie et son équipe établissent une édition variorum qui devient presque immédiatement la nouvelle édition de référence des œuvres du poète, The Works of John Wilmot, Earl of Rochester. L'œuvre apparaît ainsi beaucoup moins licencieuse, expurgée de bien des pièces dont on attribua trop longtemps, pour des raisons mercantiles, la paternité à Rochester. La pièce Sodom ou la quintessence de la débauche, n'est pas, selon toute vraisemblance, de Rochester. La légende, en partie fantasmée, du grand débauché se prolonge jusqu'à nos jours. Le , un exemplaire de Sodome (considéré comme la première œuvre imprimée pornographique au monde) est vendue à Sotheby's pour 45 600 livres sterling. En 2004, Johnny Depp campe un Rochester plus hollywoodien que réel, dans le film Rochester, le dernier des libertins.

C'est en 2009 que paraît la première traduction française des œuvres complètes de Rochester dans une édition bilingue et critique : Florence Lautel-Ribstein, John Wilmot, comte de Rochester (1647-1680) : Œuvres, Oxford : Peter Lang.

Rochester excelle dans la veine satirique. Les satires les plus célèbres de Rochester sont A Letter from Artemiza in the Towne to Chloe in the Country et A Satyre against Reason and Mankind. Toutes deux dénoncent la folie humaine sous des formes variées. On lui doit aussi des libelles et une tragédie fustigeant l'absolutisme, Lucina’s Rape Or The Tragedy of Vallentiniann, représentée devant le Roi pour la première fois en 1684.

Mais c'est surtout comme poète qu'il reste à la postérité : auteur de dialogues d'amour, d'élégies d'amour, de chansons d'amour et de chansons libertines, son œuvre s'inscrit essentiellement dans une veine lyrique et pastorale teintée de scepticisme et d'interrogations sur la fuite inexorable du temps ("All my past Life is mine no more..." dans le poème Love and Life), et sur la mort ("After death nothing is and nothing death" dans Nothing. Certains poèmes ou chansons, à coloration baroque de par leur recherche stylistique expérimentale du discontinu, sont de véritables tours de force de rhétorique néo-classique, tout en restant empreints de poéticité :

My dear Mistris has a heart, Soft as those kind looks she gave me, When with Love’s resistless Art, And her eyes she did inslave me; But her Constancy’s so weak, She’s so wild and apt to wander, That my Jealous heart wou’d break, Should we live one day asunder.

Ma chère maîtresse au tendre cœur, Comme ses regards étaient amènes Quand par l’amour et tous ses leurres, Ses yeux me soumirent à la chaîne. Mais sa constance est si ténue, Elle si volage, prompte à s’égarer, Mon cœur jaloux serait rompu D’en être, fût-ce un jour, séparé. (Florence Lautel-Ribstein trad.)

Critiques

Rochester n'a pas manqué d'admirateurs prestigieux. Daniel Defoe, notamment, le citait souvent et en abondance. Voltaire appréciait quant à lui les satires du comte pour « l'énergie et le feu » qui s'en dégagent, et en traduisit quelques extraits en français pour « montrer l'imagination brillante dont seule sa seigneurie pouvait s'enorgueillir ». Goethe cita parfois Rochester, en anglais dans le texte. William Hazlitt estime enfin que « ses vers coupent et scintillent comme du diamant », et que « son mépris pour tout ce que les autres respectent tient du sublime ».

Éditions

  • John Hayward (dir.), The Collected Works of John Wilmot, Earl of Rochester, The Nonesuch Press, 1926.
  • Quilter Johns (dir.), The Poetical Works of John Wilmot, Earl of Rochester, The Nonesuch Press, 1933.
  • Harry Levin (dir.), A Satire against Mankind and Other Poems by John Wilmot, Earl of Rochester, New Directions, 1942.
  • Ronald Duncan (dir.), Selected Lyrics and Satires of John Wilmot, 2nd Earl of Rochester, Forge Press, 1948
    • réédition : Edward Hulton (dir.), 1959.
  • James E. Thorpe, Rochester’s Poems on Several Occasions, Princeton : Princeton University Press, 1950 (facsimilé de l’édition de 1680).
  • Vivian de Sola Pinto (dir.) Poems by John Wilmot, Earl of Rochester, Routledge and Kegan Paul, 1953
    • Harvard University Press, 1964.
  • David M. Vieth (dir.) The Complete Poems of John Wilmot, Earl of Rochester, Yale University Press, 1968.
  • David Brooks (dir.), Lyrics and Satires of John Wilmot, Earl of Rochester, Hale and Iremonger, 1980.
  • Paul Hammond (dir.), Selected Poems : John Wilmot, Earl of Rochester, Classical Press, 1982.
  • Keith Walker (dir.), The Poems of John Wilmot, Earl of Rochester , Basil Blackwell, 1984.
  • Paddy Lyons, Complete Poems and Plays, J. M. Dent, 1993.
  • Frank H. Ellis (dir.), John Wilmot, Earl of Rochester : The Complete Works, Penguin Books, 1994.
  • Harold Love (dir.), The Works of John Wilmot, Earl of Rochester, Oxford : Oxford University Press, 1999.
  • Florence Lautel-Ribstein (dir. et trad.), John Wilmot, comte de Rochester (1647-1680) : Œuvres, Oxford : Peter Lang, 2009.

Dans la culture

Annexes

Bibliographie

  • Edward Burns (dir.), Reading Rochester. Liverpool : UP, 1995.
  • Kirk Combe, A Martyr for Sin’s : Critique of Polity, Sexuality, ans Society.  : Associated University Presses, 1998.
  • David Farley-Hills, The Critical Heritage, Routledge and Kegan Paul, 1972.
  • ——, Rochester’s Poetry, Hyman, 1978.
  • Nicholas Fisher (dir.) That Second Bottle : Essays on John Wilmot, Earl of , UP, 2000.
  • Germaine Greer, John Wilmot, Earl of Rochester, Horndon : Northcote House Publishers, 2000.
  • H. Dustin H. Satires against Man, 1973.
  • John F. Moehlmann, A Concordance to the Complete Poems of John Wilmot, Earl of, The Whitston Publishing Company, 1979.
  • Mark Notzon, Noise of Reason : Scepticism and the Art of John Wilmot, Eastern Press, 1992.
  • Vivian de Sola Pinto, Portrait of a Restoration Poet, The Bodley Head, 1935.
  • —— Enthusiast in Wit : A Portrait of John Wilmot Earl of 1647-1680, Routledge and Kegan Paul, 1962.
  • Johannes Prinz, John Wilmot Earl of, His Life and Writings, Palestra, 154, Mayer & Müller, 1927.
  • Marianne Thormählen, The Poems in Context, UP, 1993.
  • Jeremy Treglown (dir.), Spirit of Wit : Reconsiderations of John Wilmot, Hamdem : Archon Books, 1982.
  • David M. Vieth, Attribution in Restoration Poetry : A Study of John Wilmot’s ‘Poems’ of 1680, Yale and UP, 1963. 
  • —— John Wilmot, Earl of : Critical Essays, 1988.
  • —— and Dustin Griffin, John Wilmot and Court Poetry, 1988. 

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du XVIIe siècle
  • Portail de la littérature britannique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.