Jolo

Jolo est une île volcanique du sud-sud-ouest des Philippines. Elle est située dans l'archipel des Sulu, entre Mindanao et Bornéo. L'île comprend de nombreux cônes et cratère volcanique dont l'actif Bud Dajo. L'île est bordée par la mer de Sulu au nord-ouest, à l'ouest et au sud-ouest, et par la mer de Célèbes à l'est et au sud-est.

Jolo

Carte de Jolo.
Géographie
Pays Philippines
Archipel Sulu
Localisation Mer de Célèbes et mer de Sulu (océan Pacifique)
Coordonnées 5° 59′ 00″ N, 121° 08′ 00″ E
Superficie 869 km2
Point culminant 811 m
Géologie Île volcanique
Administration
Région Mindanao musulmane
Province Sulu
Municipalités Indanan, Jolo, Kalingalan Caluang, Luuk, Maimbung, Old Panamao, Panglima Estino, Parang (en), Patikul, Talipao
Démographie
Population 447 700 hab. (2000)
Densité 515,19 hab./km2
Plus grande ville Jolo
Autres informations
Fuseau horaire UTC+8
Géolocalisation sur la carte : Philippines
Jolo
Îles aux Philippines
Pour la ville principale de l'île, voir Jolo (ville).

Jolo est aussi le nom de la ville principale, la capitale et la plus grande ville de la province de Sulu, où vit un tiers de la population de l'île. Elle était autrefois le centre de gouvernement du sultanat de Sulu.

Géographie

Située entre la mer de Sulu au nord et au sud-ouest, et la mer des Célèbes à l'est, au sud-est et au sud, Jolo est entourée de toute une série d'îles moins importantes. À l'est se trouve la province de Basilan et à l'ouest celle de Tawi-Tawi.

Transports

Jolo est desservi par l'aéroport de Jolo (Code AITA : JOL, Code OACI : RPMJ).

Langages et dialectes

La majorité des Joloanos parlent la langue locale, le tasug. L'anglais et le tagalog (philippin) sont aussi utilisés dans les écoles et l'administration. D'autres langues utilisées sont le samal et le badjao.

Histoire contemporaine

L'île fut le théâtre de la bataille de Jolo en 1945. Le vicaire apostolique de Jolo, Mgr Benjamin de Jesús o.m.i., est assassiné à Jolo le par un islamiste.

Elle connaît en des troubles opposant plusieurs milliers de soldats philippins et environ 800 activistes islamiques du groupe Abou Sayyaf[1].

Notes et références

  1. « Un otage suisse tue son gardien et s'échappe aux Philippines », RTS Info, Radio télévision suisse, (lire en ligne [[html] & [vidéo]])
    « Dernier otage suisse dans le monde, un Suisse enlevé en 2012 aux Philippines et détenu sur l'île de Jolo par le groupe Abou Sayyaf est libre, a indiqué samedi le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). L'homme a pu s'échapper après avoir tué son gardien. »
  • Portail des Philippines
  • Portail du monde insulaire
  • Portail du volcanisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.