Joseph Carlebach

Joseph Hirsch (Tzvi) Carlebach (, Lübeck, Schleswig-Holstein, Allemagne-, forêt de Biķerniecki, près de Riga) est un rabbin orthodoxe allemand, rabbin de Lübeck (1919–1922), Altona (1927–1936) et de Hamburg (1936–1941). Il meurt victime de la Shoah.

Pour les articles homonymes, voir Carlebach.
Joseph Carlebach
Biographie
Naissance
Décès
(à 59 ans)
Wald von Biķernieki (d) ou camp d'extermination nazi
Nationalité
Activité
Père
Salomon Carlebach (d)
Mère
Esther Carlebach (d)
Fratrie
Enfants
Miryam Gilis-Ḳarlebakh (d)
Julius Carlebach (en)
Autres informations
Religion
Conflit

Biographie

Joseph Carlebach est né le à Lübeck , Schleswig-Holstein, Allemagne.

Il est un des sept fils du rabbin Salomon (Shlomo) Carlebach[1] et de Esther Adler, Son père, Salomon Carlebach, né le à Bruchsal, Karlsruhe, Bade-Wurtemberg, Allemagne et mort le à Lübeck, est le rabbin de Lübeck[2]. Sa mère, Esther Adler, est née le à Lübeck, fille de l'ancien rabbin de Lübeck, rabbi Alexander Adler Sussmann (de) (1816-1869), et est morte dans cette ville le [3]. Quatre de ses frères deviennent aussi rabbins : Emmanuel Carlebach (1874-1927), Ephraim Carlebach (1879-1936), David Carlebach (1885-1913) et Hartwig Naftali Carlebach (1889-1967). Ses autres frères sont: Alexander Carlebach (1872-1925), Shimshon Carlebach (1875-1942), Moshe Carlebach (1881-1939) et ses sœurs sont Bella Carlebach (1876-1961), Sara Carlebach (1880-1928), Cilly Carlebach (1884-1968) et Miriam Carlebach (1888-1962)[4].

Études

Joseph Carlebach est d'abord éduqué par son père et par un élève du rabbin Jacob Ettlinger, le rabbin Mordechai Gumpel, qui est un tuteur pour les enfants Carlebach[5].

Famille

Joseph Carlebach épouse en 1918 Charlotte (Lotte) Elisheva Chana Carlebach (Preuss), née le à Berlin (Allemagne). Elle est la fille du Dr. Julius Preuss (-Groß Schönebeck, Schorfheide, Brandenburg, Allemagne-, Berlin[6]) et de Martha Rachel Preuss (Halberstadt) (, Hambourg-, Jérusalem, Israël[7])[8].

Joseph Carlebac a 18 ans de plus que Lotte Preuss, lorsqu'il l'épouse. Elle a alors 18 ans, orpheline de son père.

Ils ont 9 enfants[9]dont: Eva Chava Shulamis Shulamit Heinemann (, Hambourg-1966, Jérusalem, Israël[10]), Esther Helene Hackenbrock (, Lübeck-)[11]), Julius Yitzchak Buli Carlebach (, Altona, aujourd'hui Hambourg, Allemagne-, Brighton, Royaume-Uni[12]) et Judith Yehudis Heymann (1924, Altona, aujourd'hui Hambourg, Allemagne-1970, Cardiff, Pays-de-Galles, Royaume-Uni[13])[8], Salomon (Shlomo) Peter Carlebach (né le à Hambourg), Ruth Carlebach, Noemi Carlebach et Sara Carlebach.

Arrestations et déportations

Lotte Carlebach réussit à envoyer au Royaume-Uni ses enfants les plus âgés, ils survivent ainsi à la Shoah.

En , Joseph Carlebach, son épouse, ses quatre plus jeunes enfants et environ 800 Juifs d'Hambourg sont déportés.

Joseph Carlebach, Lotte Carlbach, Ruth Carlebach (15 ans), Noemi Carlebach (14 ans) et Sara Carlebach sont fusillés le au camp de concentration Jungfernhof/Jumpravmuiža près de Riga.

Leur fils Salomon (Shlomo) Carlebach (il porte le même prénom que son cousin le chanteur-compositeur et rabbin Shlomo Carlebach) survit à 9 camps de concentration et devient le mashgiach ruchani (directeur spirituel) des étudiants de la Yechiva Rabbi Chaim Berlin de Brooklyn, à New York, après la guerre[14].

Leur fils, le rabbin Julius Carlebach arrive d'Allemagne au Royaume-Uni, à l'âge de 16 ans. Il meurt à Brighton, le , à l'âge de 79 ans[15].

Bibliographie

  • (en) Rabbi Shlomo Carlebach, Ish Yehudi: The Life and the Legacy of a Torah Great, Rav Joseph Tzvi Carlebach. Shearith Joseph Publications, New York, 2008[16]
  • Joseph Carlebach & Miriam Gillis-Carlebach. Jewish Everyday Life As Human Resistance 1939-1941: Chief Rabbi Dr. Joseph Zvi Carlebach and the Hamburg-Altona Jewish Communities. Translated by Binyamin Hoffman, Struan Robertson. Peter Lang, 2009. (ISBN 3631575610), (ISBN 9783631575611)[17]
  • (en) Miriam Gillis-Carlebach. Each Child Is My Only One: Lotte Carlebach-Preuss, the Portrait of a Mother and Rabbi’s Wife. Peter Lang Inc., International Academic Publishers; Translation edition. 2014. (ISBN 9781433125744), (ISBN 978-1433125744)[18],[19]

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. (en) E. Magnus Oppenheim. Tender Reminiscences: Chief Rabbi Carlebach And My Family. The Jewish Press, June 9, 2010.
  2. (en)Shlomo (Salomon) Carlebach. geni.com.
  3. (en) Esther Carlebach (Adler.geni.com.
  4. (en) M Emmanuel Carlebach. gw.geneanet.org.
  5. (en) Dr. Yitzchok Levine. A Renaissance Rabbi.
  6. (en) Dr. Julius Preuss. geni.com.
  7. (en) Martha Rachel Preuss (Halberstadt). geni.com.
  8. (en) « Charlotte (Lotte) Elisheva Chana Carlebach (Preuss) », sur geni.com.
  9. (en) Beverley Chalmers. Gillis-Carlebach, Miriam. “Each Child is My Only One: Lotte Carlebach-Preuss, The Portrait of a Mother and Rabbi’s wife.” Translated by Dorothea Shefer Vanson. New York: Peter Lang Publishing, 2014.
  10. (en) Eva Chava Shulamis Shulamit Heinemann. geni.com.
  11. (en) Esther Helene Hackenbrock (Carlebach). geni.com.
  12. (en) Julius Yitzchak Buli Carlebach. geni.com.
  13. (en) Judith Yehudis Heymann (Carlebach). geni.com.
  14. (en) Das Hohelied, R. Joseph Carlebach, Frankfurt am Main 1920's, virtualjudaica.com.
  15. (en) RICHARD ALLEN GREENE. Leading Jewish scholar dead at 79. jta.org. APRIL 24, 2001.
  16. (en) Ish Yehudi: The Life and the Legacy of a Torah Great, Rav Joseph Tzvi Carlebach. REVIEWED BY JUDITH BLEICH. Jewish Action Spring 2010.
  17. (en) Joseph Carlebach & Miriam Gillis-Carlebach. Jewish Everyday Life As Human Resistance 1939-1941: Chief Rabbi Dr. Joseph Zvi Carlebach and the Hamburg-Altona Jewish Communities, 2009, p. 131.
  18. (en) Miriam Gillis-Carlebach. Each Child Is My Only One: Lotte Carlebach-Preuss, the Portrait of a Mother and Rabbi’s Wife, 2014.
  19. (en) Carlebach-Preuss, Lotte 1900-1942. WorldCat Identities.
  • Portail de la culture juive et du judaïsme
  • Portail de l’Allemagne
  • Portail du Schleswig-Holstein
  • Portail de Hambourg
  • Portail de la Première Guerre mondiale
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale
  • Portail du XIXe siècle
  • Portail du XXe siècle
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.