Joseph Magnin

Joseph Pierre dit Joseph Magnin, né à Dijon le et mort à Paris le , est un maître de forges et homme politique français.

Pour les articles homonymes, voir Magnin.

Joseph Magnin
Fonctions
Vice-président du Sénat
Gouverneur de la Banque de France

(16 ans)
Prédécesseur Ernest Denormandie
Successeur Georges Pallain
Sénateur inamovible

(35 ans)
Ministre des Finances

(1 an, 10 mois et 16 jours)
Président Jules Grévy
Gouvernement Freycinet I, Ferry I
Prédécesseur Léon Say
Successeur François Allain-Targé
Ministre du Commerce et de l'Agriculture

(1 an et 15 jours)
Gouvernement Gouvernement de la Défense nationale
Prédécesseur Clément Duvernois
Successeur Félix Lambrecht
Député de la Côte-d'Or

(12 ans, 2 mois et 23 jours)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Dijon (France)
Date de décès
Lieu de décès Paris (France)
Nationalité Française

Biographie

Fils de Jean Hugues Magnin-Philippon, il lui succède comme maître de forges. Il devient membre de la chambre de commerce et d'industrie de Dijon et président du tribunal de commerce de Dijon.

Conseiller général de la Côte-d'Or en 1861 et conseiller municipal de Dijon en 1865, il est député de la Côte-d'Or de 1863 à 1876.

Membre du gouvernement de la Défense nationale au lendemain de la proclamation de la république, il y accepte le portefeuille de l'Agriculture et du Commerce, et la charge de pourvoir à l'approvisionnement de Paris. Charles Rochat, dans le journal communard Le Cri du Peuple, l'accusera le d'avoir toléré que des approvisionnements soient vendus aux Prussiens en plein siège de Paris[alpha 1].

Le , l'Assemblée nationale l'élit sénateur inamovible. Il devient directeur politique du Siècle.

Le , il devient ministre des Finances dans le premier cabinet Freycinet. Il tombe avec le ministère le , mais reprit son portefeuille, le lendemain, dans le premier cabinet Jules Ferry. Il quitte le ministère des Finances à la chute du cabinet, le .

Il est nommé gouverneur de la Banque de France le .

Il devient vice-président du Sénat en 1884, président de la commission de l'armée en 1889, puis de la commission des finances en 1890.

Ses enfants Jeanne et Maurice constituent une collection d’œuvres d'art qu'ils installent dans l'hôtel Lantin, leur maison à Dijon, et qu'ils lèguent à l'État en 1938. Elle devient le musée Magnin, présentée comme un cabinet d'amateur.

Mandats et fonctions

Sources

Notes et références

Notes

  1. Cette information, incertaine en l'état, mériterait examen plus approfondi.

Références

  1. « Site du musée Magnin », sur musee-magnin.fr
  • Portail de la politique française
  • Portail de la finance
  • Portail de la Côte-d’Or
  • Portail de la France au XIXe siècle
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.