Joseph de Riquet de Caraman-Chimay (1808-1886)

Joseph de Riquet de Caraman, 17e prince de Chimay, est un diplomate et industriel belge né à Paris le et mort à Londres le .

Pour les articles homonymes, voir Joseph de Riquet de Caraman et Riquet.
Joseph de Riquet de Caraman
Fonction
Député
Titre de noblesse
Prince
Biographie
Naissance
Décès
(à 77 ans)
Londres
Nationalité
Activités
Famille
Père
Mère
Fratrie
Édouard de Cabarrus (d)
Conjointe
Enfants

Biographie

Origines et famille

Joseph est le fils ainé François Joseph de Riquet de Caraman, prince de Chimay et de Thérésa Cabarrus (Madame Tallien).

Le , il épouse à Paris Émilie Pellapra (1806-1871), veuve en premières noces du comte de Brigode. Ils ont quatre enfants :

Diplomate et homme d'affaires

Il mène la négociation qui aboutit au traité d'amitié entre les Pays-Bas et la Belgique à la suite de l'abjuration du prince d'Orange garantissant l'indépendance de la Belgique. Il contribue à établir les relations diplomatiques entre le jeune royaume de Belgique et les cours de Toscane et de Naples, les États pontificaux et la Confédération germanique.

En 1852, il fait l'acquisition de l'Hôtel de la Pagerie, situé 17 quai Malaquais, dans le 6e arrondissement de Paris. Le bâtiment prend alors son nom actuel l'Hôtel de Chimay. Construit par François Mansart, mais fortement remanié au XVIIIe siècle, cet hôtel a été racheté en 1883 par l'État français pour l'École des beaux-arts.

Il finance la fondation de l'abbaye de Scourmont, sur ses terres de Chimay. En 1858, il prend la tête d'un consortium d'actionnaires qui fondent la Compagnie de Chimay, une des premières compagnies de chemin de fer belges reliant Chimay à Anor, en France, et Mariembourg[1].

En Belgique, il possède le château de Chimay. En 1863, il y fait construire par les architectes Hector-Martin Lefuel et Cambon le théâtre, inspiré du théâtre Louis XV de Fontainebleau[1].

Notes et références

  1. (en) Joseph de Riquet, sur odis.be.
  • Portail de la Belgique
  • Portail des relations internationales
  • Portail du XIXe siècle
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.