Josiah Child

Sir Josiah Child (Londres, 1630-1699), 1er baronnet Child de Wanstead, fut un commerçant et économiste anglais. Il accumula rapidement une grande fortune et devint en 1674 Directeur à la Compagnie anglaise des Indes orientales, où il travailla jusqu'à sa mort.

Pour les articles homonymes, voir Child.
Josiah Child
Sir Josiah Child
Fonction
Membre du Parlement du Royaume d'Angleterre
Titre de noblesse
Baronnet
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Wanstead (St. Mary) Churchyard (d)
Activités
Fratrie
John Child (en)
Enfant
Richard Child (en)
Autres informations
Membre de
Distinction

Il a publié en 1668 un ouvrage qui eut une influence certaine New discourse of trade, dans la tradition du Mercantilisme anglais. Il prône l'imposition par la loi de taux d'intérêt très bas (4 % au lieu de 6 %) comme un moyen d'assurer la prospérité générale, et présente les Actes de Navigation comme plus adaptés aux besoins de la défense qu'aux intérêts du commerce. Il fut avec William Petty et Dudley North l’un des représentants de l'école anglaise des précurseurs de l'économie, formée par le commerce international.

Biographie

Josiah Child est né à Londres en 1630, deuxième fils d'une vieille famille de commerçants londoniens. À l'âge de 25 ans, ayant accompli avec succès son temps d'apprentissage dans le commerce familial, il s'établit à son compte à Portsmouth, comme avitailleur, * puis trésorier adjoint de la marine royale. Il accumula une confortable fortune, et devint actionnaire majeur de la compagnie des Indes Orientales. Élu maire de Portsmouth en 1658, il devint membre du Parlement en 1659 représentant Petersfield, puis Dartmouth (1673-1678) et enfin Ludlow (1685-1687). Il fut fait baronnet en 1678. Sa défense, par oral comme par écrit en usant du pseudonyme Philopatris, de la revendication par la « East India Company » d'un pouvoir politique, comme de son droit à restreindre la compétition dans ses affaires commerciales, le firent remarquer par ses actionnaires. Il en devint l'un des directeurs en 1677, puis, successivement son gouverneur adjoint et gouverneur.

Dans cette position il fut pendant longtemps pratiquement la seule autorité dans la compagnie au point qu'il la dirigeait comme si elle était sa propre affaire personnelle. Il employa tous les moyens pour maintenir son monopole commercial et pour éliminer ses rivaux, y compris lorsque la Révolution de 1688 l'eut privé, avec les Stuart, de son principal soutien politique. C'est seulement en 1698 que la « Nouvelle compagnie » put être instituée. Il fut crédité de sa transformation en compagnie armée; mais la renonciation réelle à la doctrine du trafic pacifique fut adoptée en , sous le Gouverneur Sir Joseph Ash, lorsque Child fut temporairement éloigné de la compagnie. Il est mort le .

Œuvres

Child donna plusieurs contributions importantes à la littérature économique; en particulier avec son Brief Observations concerning Trade and the Interest of Money (1668), et surtout A New Discourse of Trade (probablement écrit en 1665, avec des éditions sous différents titres notamment en 1668 et 1690). Il était considéré comme un modéré dans ses temps de domination de la pensée mercantiliste, et a été parfois considéré comme une sorte de pionnier du développement des doctrines de libre-échange qui allait dominer le XVIIe siècle. Il fit diverses propositions pour améliorer le commerce britannique en suivant l'exemple hollandais, et se fit l'avocat de l'importance des bas taux d'intérêt comme cause première de toutes les raisons qui ont fait la richesse des Hollandais. Il pensait que ces taux d'intérêt devaient être mis en place et maintenus par les autorités.

Child, bien que souscrivant à la doctrine de l'équilibre commercial, observait qu'un peuple ne pouvait toujours vendre à un autre sans lui acheter des marchandises, et refusait de croire que l'exportation des métaux précieux put être nécessairement négatif. Il avait l'attirance mercantiliste en faveur d'une population nombreuse et devint l'ardent avocat d'un nouveau dispositif de secours et d'emploi des pauvres. Il est aussi à noter son plaidoyer en faveur du monopole de la mère patrie sur le commerce avec les colonies.

Voir aussi

Bibliographie

  • W G Gates, History of Portsmouth, from a Hampshire Telegraph centenary edition, published 1900
  • Macaulay, History of England, vol. iv.;
  • R Grant, Sketch of the History of the East India Company (1813) ;
  • W. W. Hunter, History of British India, II (1900) ;
  • D Macpherson, Annals of Commerce (1805) ;
  • B Willson, Ledger and Sword (1903).

Liens externes

  • Portail de l’économie
  • Portail de l'époque moderne
  • Portail de l’Angleterre
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.