Juǀʼhoan

Le juǀʼhoan (aussi appelé juǀʼhõasi, ou ǃkung sud-oriental) correspond à la variété dialectale sud du continuum linguistique ǃkung parlé par quelque 30 000 personnes en Namibie et 5 000 au Botswana[1]. Le terme « Juǀʼhoansi » souvent employé est un pluriel pour « les hommes vrais », qui désigne les locuteurs. La prononciation est /ʒuᵑ̊ǀʰõ̤̀ã̀/ voire /ʒũ̀ǀ̊̃ɦʍã̀/. Il appartient au groupe linguistique supposé mais contesté khoïsan, où il est plus spécifiquement apparenté au ǂhoan, au sein d'une branche appelée les langues kx'à (terme signifiant « terre » dans les différentes langues du groupe)[2]. C'est certainement la langue à clics du groupe khoïsan la plus documentée et pour laquelle les documents écrits et sites Internet accessibles sont les plus nombreux.[réf. nécessaire]

Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.

Juǀʼhoan
Pays Botswana, Namibie
Classification par famille

Phonétique

Une racine type est composée d'un clic initial et d'une voyelle ; plus rarement, une racine compte deux syllabes. Les clics, comme les consonnes non nasales, ne terminent jamais une syllabe. Les types de radicaux monosyllabiques possibles sont : V (voyelle), VV, CV (consonne + voyelle), CVN (consonne + voyelle + nasale)[3].

Le ju|'hoan est une langue tonale. On distingue les tons bas, moyen et haut ; Oswin Köhler distingue également les tons très bas et très haut et, même si les exemples sont rares, deux tons montants et deux tons descendants.

On distingue 5 timbres pour les voyelles, /i e a o u/. On distingue également les voyelles nasales (sauf /e/), glottales, et /a/ et /o/ peuvent être « pressées » (pharyngalisées) et nasales-pressées. Le caractère murmuré est un type de phonation lié au ton bas. Les voyelles peuvent être longues ou courtes. Sans compter les diphtongues, on peut selon l'analyse, dénombrer autour d'une trentaine de voyelles possibles.

Le juǀʼhoan distingue un nombre important de consonnes. Les consonnes suivantes sont les initiales des racines des mots. Par souci de clarté, seul le clic alvéolaire est présenté ici[4].

Labiale Alvéolaire Postalvéolaire
/Palatale
Vélaire
Clic
Glottale
Nasale sonore mnŋᵑǃ
murmurée (mʱ)ᵑǃʱ
aspirée ᵑ̊ǃʰ
Occlusive voisée bddzɡᶢǃ
tenuis pttskǃ(ʔ)
aspirée tsʰtʃʰǃʰ
voisée aspirée b͡pʰ (bʱ)d͡tʰ (dʱ)d͡tsʰ (dsʱ)d͡tʃʰ (dʃʱ)ɡ͡kʰ (ɡʱ)ᶢǃʰ (ᶢǃʱ)
glottalisée tsʼtʃʼkxʼǃˀ
voisée glottalisée d͡tsʼ (dzʼ)d͡tʃʼ (dʒʼ)
uvularisée tᵡǃᵡ
voisée uvularisée dᵡdzᵡdʒᵡᶢǃʶ
epiglottalisée tʜkʜǃʜ
voisée epiglottalisée ɡʢᶢǃʢ
Fricative voisée zʒɦ
dévoisée (f)sʃχ

La liste des consonnes pouvant s'intercaler entre deux voyelles d'une racine est plus réduite.

LabialeAlveolaireVelaireUvulaireGlottale
β̞ɾɣ
mnŋ
k, ŋkkʜ
χɦ

Les clics sont au nombre de 48.

clics "quasi-affriqués"clics "claquements"séries
dentallateralalveolairepalatal
ǀǁǃǂTenuis
ᶢǀᶢǁᶢǃᶢǂVoisé
ᵑǀᵑǁᵑǃᵑǂNasal
ǀʰǁʰǃʰǂʰAspiré
ᶢǀʱᶢǁʱᶢǃʱᶢǂʱMurmuré / pré-voisé aspiré
ᵑ̊ǀʰᵑ̊ǁʰᵑ̊ǃʰᵑ̊ǂʰAspiraté nasal
ᵑǀʱᵑǁʱᵑǃʱᵑǂʱMurmuré nasal
ǀˀǁˀǃˀǂˀGlottalisé nasal
ǀᵡǁᵡǃᵡǂᵡContour linguo-pulmonique
ᶢǀʶᶢǁʶᶢǃʶᶢǂʶVoisé linguo-pulmonique
ǀʜǁʜǃʜǂʜEpiglottalisé + contour hétéro-organique
ᶢǀʢᶢǁʢᶢǃʢᶢǂʢVoisé epiglottalisé

Grammaire

Le ju|'hoan est une langue plutôt isolante. La fonction est essentiellement rendue par l'ordre des mots : SVO (Sujet - Verbe - Objet).

Le nom

Le nom n'est pas marqué par un article. Son appartenance à l'une des quatre classes n'est visible que lors de l'utilisation des pronoms personnels, démonstratifs ou possessifs.

Le pluriel est généralement marqué par le suffixe « -sì » ; certains noms ont des pluriels irréguliers.

Le verbe

Le verbe est généralement invariable, mais de nombreux verbes connaissent des formes supplétives en fonction du nombre du sujet ou de celui de l'objet. La pluriactionnalité peut être rencontrée dans des verbes très courants. Pour les verbes changeant en fonction du nombre du sujet, il s'agit de verbes intransifs ; souvent liés aux mouvements, états et positions (s'asseoir, se coucher, être debout, se poser, se briser, mourir, etc.). Les verbes transitifs pluriactionnels changent de forme en fonction du nombre de leur objet mais appartiennent parfois aux mêmes champs sémantiques (soulever, faire tomber, tuer, etc.)[5].

Il n'y a pas de passif.

Le verbe d'une proposition principale au présent est généralement introduit par la particule, parfois assimilée au marqueur de l'imperfectif, . Lorsque l'aspect et le temps ne peuvent pas être déterminés par le seul contexte ou la particule, le ju|'hoan recourt à des adverbes.

Le pronom

Au singulier, la troisième personne peut être désignée par quatre pronoms, en fonction de la classe du nom auquel il est fait référence. Au duel, la première personne distingue les nous « inclusif » et « exclusif ». Au pluriel, outre cette distinction inclusif/exclusif, les pronoms peuvent varier en fonction du genre (pour les êtres humains) entre masculin, féminin, et commun.

À cette liste déjà rare, s'ajoutent des pronoms emphatiques ou bien l'usage de pronoms démonstratifs.

La qualification

Le ju|'hoan dispose d'un moyen original pour qualifier un nom ou un verbe. L'adjonction d'un « -a » (pour le ton, cf. plus bas) correspond à l'état construit d'un nom (cf. hébreu) ou bien à la forme applicative du verbe. Ainsi, le "-a" à la fin d'un nom lui permet d'être complété par une proposition relative (principal moyen de traduire la plupart des "adjectifs" des langues européennes) ; et ce même "-a" permet au verbe d'augmenter sa valence (rendre transitif un verbe intransitif ou bien rendre di-transitif un verbe mono-transitif) ; on parle souvent de forme applicative. Le ton est toujours bas à la suite d'un nom, mais égal à celui de la voyelle précédente dans le cas d'un verbe.

Exemple pour un nom : 1. Tjùsà o mi gasì.

tjù.s.à o mi ga.sì

(maison.PL.à - copule - Moi.elle.PL ~ *Maisons qui sont miennes)

Mes maisons

NB : Devant « à », on note l'élision des « i » ; le pronom ga est par ailleurs la marque de la classe nominale à laquelle appartient tju.

Pour les verbes, la particule applicative introduit généralement un complément de lieu ou de temps qui ne serait pas en tête de phrase, mais tout type de complément peut être introduit (e.g. instrumental, bénéfactif). Si le verbe est par ailleurs transitif, les deux compléments sont séparés par ko, souvent libellé comme MPO (multi-purpose oblique marker).

2. Mi kú ua !ú.

(Je - Particule verbale - aller.a - brousse)

Je vais dans la brousse.

3. Mi kú tania i!a ko skore.

Je - particule verbale - amener.a - vous - ko - école

Je vous accompagnerai à l'école.

Orthographe

L'orthographe du ju|'hoan a été modifiée à plusieurs reprises. Le tableau reprend ici la version du South African Department of Education (Jan Snyman, 1969, modifiée par Snyman, 1975), la version de la Bible Society of South Africa (1987), et la version de la Ju|wa Bushman Development Foundation, 1994. Les tons ne sont pas marqués ici.

Les trois orthographes du juǀʼhoan
Labiales (occ.)Alvéolaires (occ.)Vélaires (occ.)Alvéolaires (Affr.)Postalvéolaires (affr.)
IPA [b][p][bʱ][pʰ][d][t][dʱ][tʰ][ɡ][k][ɡʱ][kʰ][ts][dsʱ][tsʰ][ds’][ts’][tʃ][dʃʱ][tʃʰ][dʃ’][tʃ’][kx’]
1975 bpbhphdtdhthgkghkhtsdshtshds’ts’dšhtšhdš’tš’kx’
1994 dstztcdchtchdctjkx
1987 gh’ghds’ts’tjdjhtjhdj’tj’kg
Hétéro-organiques (affr.)Affr.NasalesSyllabiques
Nasales
Spirantes
IPA [dʶ][tᵡ][tʜ][dzʶ][tsχ][dʒʶ][tʃχ][z][s][ʒ][ʃ][χ][h][ɽ][m][n][m̩][ŋ̍][m̰][m̤][j][w]
1975 dxtxtx’dzxtsxdxtxzsžšxhrmnmangmhyw
1994 tkdjxtcxjcmq
1987 dgtgtg’-tsgdjgtjgzjsjg
Clicks DentauxClicks Alvéolaires
IPA [ᶢǀ][ǀ][ᶢǀʱ][ǀʰ][ǀˀ][ᵑ̊ǀʰ][ᵑǀ][ᵑǀʱ][ᶢǀʶ][ǀᵡ][ᶢǀʢ]ʜ][ᶢǃ][ǃ][ᶢǃʱ][ǃʰ][ǃˀ][ᵑ̊ǃʰ][ᵑǃ][ᵑǃʱ][ᶢǃʶ][ǃᵡ][ᶢǃʢ]ʜ]
1975 ǀgǀhǀhǀ’ǀ’hnǀ’hgǀxǀxgǀx’ǀx’ǃgǃhǃhǃ’ǃ’hnǃ’hgǃxǃxgǃx’ǃx’
1994 nǀhgǀkǀknǃhgǃkǃk
1987 gccdchchc’c’hncnchdcgcgdcg’cg’gqqdqhqhq’q’hnqnqhdqgqgdqg’qg’
Clicks palatauxClicks Latéraux
IPA [ᶢǂ][ǂ][ᶢǂʱ][ǂʰ][ǂˀ][ᵑ̊ǂʰ][ᵑǂ][ᵑǂʱ][ᶢǂʶ][ǂᵡ][ᶢǂʢ]ʜ][ᶢǁ][ǁ][ᶢǁʱ][ǁʰ][ǁˀ][ᵑ̊ǁʰ][ᵑǁ][ᵑǁʱ][ᶢǁʶ][ǁᵡ][ᶢǁʢ]ʜ]
1975 ǂgǂhǂhǂ’ǂ’hnǂ’hgǂxǂxgǂx’ǂx’ǁgǁhǁhǁ’ǁ’hnǁ’hgǁxǁxgǁx’ǁx’
1994 nǂhgǂkǂknǁhgǁkǁk
1987 çdçhçhç’ç’hnçhdçgçgdçg’çg’gxx—*xhx’x’hnxnxhdxgxgdxg’xg’
Voyelles modalesPressée
NasalesPressée
Nasales
IPA [i][e][a, ə][o][u][aˤ][oˤ][ĩ][ã][õ][ũ][ãˤ][õˤ]
1975 ieaouĩãõũã̭õ̭
1994 aqoqinanonunaqnoqn
1987 a, eîâôûâ̦ô̦

L'orthographe de 1994 distingue également ih, eh, ah, oh, uh pour les voyelles murmurées, et ihn, ahn, ohn, uhn pour les voyelles nasales murmurées, mais cette phonation résultant pour l'essentiel du ton bas de la syllabe concernée, elle n'a pas toujours été retenue comme pertinente dans l'orthographe.

Bibliographie

  • Patrick J. Dickens, A Concise Grammar of Juǀ’hoan With a Juǀ’hoan-English Glossary and a Subject Index, Köln, Rüdiger Köppe Verlag, (ISBN 978-3-89645-145-3)
  • Oswin Köhler, Les Langues dans le mode ancien et moderne, (ISBN 2-222-01720-3)
  • Amanda Miller-Ockhuizen, The phonetics and phonology of gutturals: case study from Juǀ’hoansi, Psychology Press,
  • Jan W. Snyman, Žuǀʼhõasi Fonologie en Woordeboek, Cape Town, AA Balkema,
  • Jan W. Snyman, « Žuǀʼhõasi, a Khoisan Dialect of South West Africa/Namibia », dans Dihoff, Ivan R. (éd.), Current Approaches to African Linguistics Vol 1, , 115‒125 p.
  • Jan W. Snyman, « A preliminary classification of the ǃXũũ and Zuǀʼhõasi Dialects », dans Haacke, W.H.G. & Elderkin, E.D. (éds.), Namibian Languages: Reports and Papers, Köln, Rüdiger Köppe, coll. « Namibian African Studies, 4 », , 21‒106 p.
  • Jan W. Snyman, An Official Orthography for Žuǀ’hõasi Kokx’oi, Pretoria, (n.d.)

Films

Notes et références

  1. (en) Fiche langue[ktz]dans la base de données linguistique Ethnologue. (16th ed., 2009)
  2. Heine, B. and Honken, H. 2010. « The Kx'a Family: A New Khoisan Genealogy ». Journal of Asian and African Studies (Tokyo), 79, p. 5–36.
  3. Köhler, Oswin (1981). L'occlusive glottale n'est pas considérée comme une consonne à part entière dans cette analyse, qui envisage dans ce cas une voyelle glottalisée, ce qui n'est pas l'option choisie dans l'orthographe du ju|'hoan.
  4. Les tableaux sont repris de la version anglaise de cette page ; pour plus d'informations sur la phonétique de la langue, s'y référer
  5. Pour plus d'éléments, voir aussi Pluriactionnalité

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des langues
  • Portail de la Namibie
  • Portail du Botswana
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.