Jupiter (radar)

Les Jupiter sont une série de radars navals de surveillance aérienne conçus par la Compagnie française pour l'exploitation des procédés Thomson Houston (CFTH), Thomson-CSF puis Thales et déployés par la Marine nationale française à partir de 1961. Ils sont issus du radar DRBV-22 et connaissent sept variantes et dérivés.

Pour les articles homonymes, voir Jupiter.
Jupiter, Jupiter II, Jupiter IIS, Jupiter 08

Pays d'origine France
Mise en opération 1956
Type Surveillance aérienne et navale
Transmetteur tube à ondes progressives/Semi-conducteurs
Fréquence L (D)
Autres noms DRBV-23 ; DRBV-26

Origines

DRBV-22

Le radar Thomson DRBV-22 (Détection Radioélectrique emBarquée de Veille)[1] est développé au début des années 1950 sur les bases techniques du modèle SPS-6B utilisé par l'US Navy. Il connaît deux évolutions principales, la série DRBV-22A puis les DRBV-22C/D/E.

DRBV-22A

La version -22A émet en bande L (D), est dotée d'une antenne grillagée de forme pentagonale[2] et constitue le radar de surveillance aérienne le plus répandu dans la marine nationale française durant les décennies 1960 et 1970[3].

Caractéristiques techniques[3]
CaractéristiquesDonnées
RPM6 / 12
Portée130 km[2]
Puissance crête400 kW

Ce radar est mis en service en 1956 et installé à la construction ou au cours d'une refonte sur plusieurs classes de navires dont quarante-deux unités sont recensées ci-dessous :

Radar DRBV-22A de l'escorteur rapide Le Gascon
  • Les escorteurs rapides[5]:
    • Le type E50 : le navire Le Brestois (F 762) est équipé de ce modèle en refonte avec une modification de la mature.
    • le type E 52 : les quatre dernières unités de cette sous-classe sont dotées d'origine du radar, soit à partir du Le Breton (F 772) en 1957, suivi du Le Basque (F 773), L'Agenais (F 774) et Le Béarnais (F 775). Les sept premières unités sont modifiées en refonte au cours des années 1960, les Le Normand (F 765), Le Picard (F 766), Le Gascon (F 767), Le Lorrain (F 768), Le Bourguignon (F 769), Le Champenois (F 770) et Le Savoyard (F 771).
    • le type E 52B : les trois unités de cette sous-classe les reçoivent d'origine, L'Alsacien (F 776), Le Provencal (F 777) et Le Vendéen (F 778).
Radar DRBV-22A de l'escorteur d'Escadre Tartu
Radar DRBV-22A de l'aviso-escorteur Commandant Bourdais
  • Les aviso-escorteurs sont équipés d'un DRBV-22A à la construction :
    • La classe Commandant Rivière[14] de la Marine nationale à partir de 1962 avec les neuf unités Victor Schœlcher (F725), Commandant Bory (F726), Amiral Charner (F727), Doudart de Lagrée (F728), Balny (F729), Commandant Rivière (F733), Commandant Bourdais (F740), Protet (F748) et Enseigne de vaisseau Henry (F749).
    • La classe Comandante João Belo[15] de la Marine portugaise à partir de 1967 avec les quatre unités Comandante João Belo (F 480), Comandante Hermenegildo Capelo (F 481), Comandante Roberto Ivens (F 482) et Comandante Sacadura Cabral (F 483).
  • La classe Oslo de la marine norvégienne reçoivent ce modèle à partir de 1967[16], avec les cinq navires Oslo (F 300), Bergen (F 301), Trondheim (F 302), Stavanger (F 304) et Narvik (F 305).
  • Le porte-avions Arromanches (R95) est modernisé en 1969 et perçoit à ce moment un DRBV-22A[17].
  • La corvette Aconit (D609) en est dotée en 1970[18].

DRBV-22C/D/E

Radar DRBV-22D du croiseur porte-hélicoptère Jeanne d'Arc

Les versions -22C, -22D et -22E sont modifiées par l'addition d'une antenne elliptique stabilisée et d'un émetteur plus puissant, avec une portée de 220 km[2]. Produites à peu d'exemplaires, elles sont mises en service à partir de 1958 et servent de banc d'essai pour la série des radars DRBV-23.

Quatre navires sont équipés :

Les radars Jupiter

DRBV-23

Radar DRBV-23C du croiseur anti-aérien Colbert

Le radar Thomson Jupiter/DRBV-23/THD-1077 dérive des dernières versions du DRBV-22. Ce nouveau modèle est baptisée Jupiter. Son antenne de forme elliptique et stabilisée est équipée d'un émetteur en bande L (D) de plus forte puissance, ce qui engendre une portée de 300 km[23].

Caractéristiques techniques[24]
CaractéristiquesDonnées
Fréquence de répétition des impulsions radar450 pps (600 or 200 pps)
FaisceauX° (2,5), Y° (50)
Longueur d'impulsion2,5 microsecondes
RPM7,5 / 15
Portée~ 300 km
Puissance crête2000 kW
Gain26 dB
Dimensions7,5 m par m
Radar DRBV-23B du porte-avions Foch

Il est déployé sur les plus importantes unités de surface de la Marine nationale française.

DRBV-23B

Ce modèle dans sa variante DRBV-23B est mis en service en 1961 sur le porte-avions Clemenceau (R98), puis en 1963 sur son sister-ship, le Foch (R99)[25].

DRBV-23C

Les croiseurs anti-aériens De Grasse (C610) en 1966[26] et le Colbert (C611) en 1972[27] sont équipés d'un radar DRBV 23C en remplacement d'un DRBV-22A dans le cadre de travaux de modernisation[28].

DRBV-26A

Radar DRBV-26A de la frégate De Grasse

Le radar Thomson-CSF Jupiter II / DRBV-26A / TRS-3010 débute son développement en 1972 sur la base du DRBV-23. Une plus grande fiabilité de fonctionnement et une meilleure résistance aux contre-mesures sont recherchées[23]. Ce radar cohérent reçoit un émetteur à tube à ondes progressives, et des modes CFAR et MTI[29].

Caractéristiques techniques [30]
CaractéristiquesDonnées
Fréquence de répétition des impulsions radar450 pp
FaisceauX° (2,5), Y° (50)
Longueur d'impulsion2,5 microsecondes
RPM7,5 / 15
Portée280 km
Puissance crête2000 kW
Gain29 dB
Dimensions7,535 m par 3,05 m
Masse1 450 kg,
Radar DRBV-26A de la frégate Dupleix

Deux classes de navires de la Marine nationale française sont équipées :

DRBV-26C

Radar DRBV-26C de la frégate Jean Bart

Le radar Thomson-CSF Jupiter IIS / DRBV-26C / TRS-3011 reçoit un nouvel émetteur à compression d'impulsion et état solide formé de seize modules, avec une capacité d'antibrouillage[23]. La fréquence d'émission est stabilisée par un synthétiseur, ce qui permet des traitements de signaux plus élaborés dont des filtrages Doppler par transformation de Fourier rapide. Un système IFF est intégré à l'antenne. Le radar peut suivre soixante-quatre pistes et transmettre les données à un système tactique de type TAVITAC. Il présente une portée de 360 km[33] .

La fiabilité de l'ensemble est améliorée avec une durée de fonctionnement sans défaut de 6060 heures pour les modules émetteurs et un temps moyen entre pannes de 2180 heures pour l'ensemble émetteur. Les modules peuvent être réparés sans éteindre l'équipement, avec un temps de travail de quelques minutes.

Le système entre en service en sur la frégate anti-aérienne Jean-Bart et équipe cette classe de navires[34] :

DRBV-26D

Radar DRBV-26D du porte-avions Charles De Gaulle à gauche

Le radar Thomson-CSF Jupiter 08 / DRBV-26D combine l'installation électronique, l'émetteur état solide du DRBV-26C avec un traitement de signal de nouvelle génération et l'antenne réseau à commande de phase du radar Signaal LW.08, dotée de plus grandes capacités électriques et d'élévation[23]. Il présente une portée de 500 km[33].

Ce radar est mis en service sur trois classes de navires pour un total de dix unités[23] :

Radar DRBV-26D de la frégate ROCN Si Ning (PFG-1203)
  • La Classe Kang Ding en 1996[36]
    • Kang Ding (FFG-1202)
    • Si Ning (FFG-1203)
    • Kun Ming (FFG-1205)
    • Di Hua (FFG-1206)
    • Wu Chang (FFG-1207)
    • Chen De (FFG-1208)
  • La Classe F 3000 S en 2002[37]
    • Al Riyadh (812)
    • Al Makkah (814)
    • Al Damman (816)

Dérivés

DRBV-21A

Radar DRBV-21A de la frégate F734 Vendémiaire à Vladivostok

Le radar Thomson-CSF Mars / DRBV-21A / TRS-3015[38] est constitué de l'antenne d'un DRBV-22A et deux sous-ensembles modifiés du DRBV-26C, son émetteur état solide porté de 16 à 32 éléments et son installation électronique au volume réduit. Le modèle Mars 05 est une variante où l'antenne du DRBV-22A est remplacée par celle du radar Signaal DA.05[39].

Caractéristiques techniques[23],[37]
CaractéristiquesDonnées
RPM12
Portée300 km
Gain26 dB
Masse600 kg

Une base navale de l'océan Pacifique, un centre d'entraînement et deux classes de navires de la Marine nationale française reçoivent ce radar[23] :

Radar DRBV-21A du Siroco

DRBV-27

Le radar Astral / DRBV-27 / TRS-3505[43] est un radar tridimensionnel à antenne planaire et compression d'impulsion numérique. Il combine les installations électroniques du DRBV-26C et une nouvelle antenne planaire pesant 3 500 kg, où l'élévation du faisceau est réalisée électroniquement jusqu'à 45°.

Cet équipement est conçu pour répondre aux fonctions de veille aérienne à longue portée dans le cadre du programme de frégate classe Horizon. Il échoue face au radar S1850M dérivé du SMART-L (Thales Nederland) et ne connaît pas de mise en production.

À voir

Liens internes

Liens externes

Notes et références

  1. Jordan, Dumas 2009, p. 220
  2. Jordan, Dent 2008, p. 131.
  3. Dumas, Moulin 2012, p. 61.
  4. Jordan, Moulin 2013, p. 156
  5. MacGregor 1989, p. 39-40
  6. Escorteur d'Escadre Dupetit-Thouars : Caractéristiques principales
  7. Escorteur d'Escadre Du Chayla : Caractéristiques principales
  8. Escorteur d'Escadre Duperré : Caractéristiques principales
  9. Escorteur d'Escadre La Bourdonnais : Caractéristiques principales
  10. Escorteur d'Escadre Forbin : Caractéristiques principales
  11. Escorteur d'Escadre Tartu : Caractéristiques principales
  12. Escorteur d'Escadre Jauréguiberry : Caractéristiques principales
  13. Escorteur d'Escadre La Galissonnière : Caractéristiques principales
  14. Aviso-escorteur Commandant Rivière
  15. Herrou 1997, p. 83-84.
  16. Chant 2014, p. Class FFG Oslo.
  17. MacGregor 1989, p. 220.
  18. Herrou 1997, p. 50-51.
  19. Herrou 1997, p. 191.
  20. Herrou 1997, p. 36.
  21. Watts 1987, p. 623 ; BEM Henri Poincaré : Caractéristiques principales.
  22. Herrou 1997, p. 188-189.
  23. Forecast 2001, p. 3.
  24. Friedman 1989, p. 122.
  25. Watts 1987, p. 648 ; Herrou 1997, p. 32.
  26. MacGregor 1989, p. 32.
  27. Jane 1991, p. 191.
  28. MacGregor 1989, p. 648.
  29. Interavia 1982, p. 966.
  30. Friedman 1989, p. 123 ; Prézelin 2012, p. 146
  31. Herrou 1997, p. 39-40.
  32. Herrou 1997, p. 46-47.
  33. Prézelin 2012, p. 5.
  34. Herrou 1997, p. 45-46.
  35. Prézelin 2012, p. 22.
  36. Prézelin 2012, p. 1310.
  37. Prézelin 2012, p. 146.
  38. Forecast 2001, p. 3-4.
  39. Jane 1992, p. 39.
  40. Herrou 1997, p. 128-129.
  41. Prézelin 2012, p. 45.
  42. Herrou 1997, p. 76-77.
  43. Forecast 2001, p. 3;Wertheim 2005, p. 190

Bibliographie

  • « Interavia », Interavia, no volume 37,
  • F. Watts, Jane's Weapon Systems, Jane's Information Group, .
  • Norman Friedman, The Naval Institute guide to world naval weapons systems, Naval Institute Press, , 511 p. (ISBN 0870217933).
  • David Roy MacGregor, Merchant sailing ships, 1775-1815: sovereignty of sail, Naval Institute Press, , 224 p. (ISBN 0870214187).
  • Jane, Jane's Defence Weekly, volume 18, Jane's Publishing Company, .
  • Christian Herrou, Warships - Navires de guerre : L'Union Européenne - European Union, Marines Editions, , 256 p. (ISBN 2-909675-30-0).
  • Forecast, Jupiter - Archived 02/2002, www.forecastinternational.com, , 5 p..
  • Éric Wertheim, The Naval Institute Guide to Combat Fleets of the World, Naval Institute Press Press, .
  • John Jordan et Stephen Dent, Warships, Conway Maritime Press, .
  • John Jordan et Robert Dumas, French Battleships 1922-1956, Seaforth Publishing, , 224 p. (ISBN 1848320345).
  • Robert Dumas et Jean Moulin, Escorteurs d’Escadre, Infomer, , 280 p. (ISBN 9782357431096).
  • Bernard Prézelin, Flottes de combat 2012, combats fleets of the world, Éditions maritimes & et d'outre-mer, Édilarge S.A., (ISBN 978-2-7373-5021-4)
  • John Jordan et Jean Moulin, French Cruisers: 1922-1956, Seaforth Publishing, , 232 p. (ISBN 1848321333).
  • Christopher Chant, A Compendium of Armaments and Military Hardware (Routledge Revivals), Routledge, , 568 p. (ISBN 1134646755).
  • Portail de l’électricité et de l’électronique
  • Portail de l’histoire militaire


Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.