Kóstas Várnalis

Kóstas Várnalis (en grec : Κώστας Βάρναλης), né à Bourgas en Bulgarie le et mort à Athènes le , est un écrivain et un poète grec auteur de poèmes, de critiques, d'œuvres narratives et de traductions.

Kóstas Várnalis
Biographie
Naissance
Décès
(à 90 ans)
Athènes
Sépulture
Période d'activité
À partir de
Pseudonyme
Димос Таналиас
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Genres artistiques
Distinction
signature
plaque commémorative

En 1959, il a été honoré du Prix Lénine pour la paix.

Biographie

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2019). 
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Son nom "Várnalis" montre qu'il était originaire de Varna en Bulgarie, où un grand nombre de Grecs habitaient -le nom de famille de son père Jean était Boubous[1]. Il a reçu son éducation de base à l'école normale de Zarifeia à Philippopolis.

Avec le soutien du Métropolite d'Aghialos, Várnalis est venu à Athènes pour étudier la philologie grecque. En 1908, il a reçu son diplôme et il a commencé à travailler dans le domaine de l'éducation, au début à l'école normale grecque à Bourgas et après en Grèce, entre autres, à l'Académie Pédagogique Supérieure d'Athènes. En 1919 il est allé à Paris comme boursier et il a suivi des cours de philosophie, philologie et sociologie. C'est là qu'il s'est rallié au marxisme et au matérialisme dialectique. Toute son œuvre littéraire subit dès lors l'influence de ces théories marxistes. Durant ces années, il a changé son point de vue sur la poésie théorique et pratique. Pendant plusieurs années il a travaillé comme professeur dans les écoles et comme journaliste. Il a collaboré à plusieurs magazines[Lesquels ?] et encyclopédies et notamment à la Grande Encyclopédie grecque.

Il est mort à Athènes le .

Œuvre

Son œuvre est écrite en grec moderne. Les caractéristiques de son œuvre sont la fantaisie lyrique et la satire, avec un intérêt pour l'homme moderne.

Compositions poétiques

  • Le pèlerin (1919)
  • La lumière qui brûle (1922) sous le pseudonyme de Dimos Tanalias.
  • Les esclaves assiégés (1927)

Collections poétiques

  • Les gaufres (1905)
  • Poétiques (1956)
  • Le monde libre (1965)
  • Colère populaire (1975)

Œuvres prosaïques et critiques

  • Le monde des eunuques (sous le pseudonyme de Dimos Tanalias) (1923)
  • Solomos sans métaphysique (1925) : Várnalis y applique de manière savante et militante, les théories du matérialisme historique, en s'appuyant sur l'interprétation de Solomós donnée par Yánnis Apostolákis.
  • La véritable apologie de Socrate (1931)
  • Vrais gens (1938)
  • Le journal de Pénélope (1947)
  • Prose (1957)
  • Solomika (1957)
  • Esthétiques critiques I et II (1958)
  • Gens. Vivants - Réels (1958)
  • Les dictateurs (1965)
  • Mémoires philologiques (1980)

Théâtre

Traductions

Notes et références

  1. (el) Georges D. Boubous, « Varnalis, Kostas », Encyclopédie de la presse grecque, tome 1, Fondation nationale hellénique pour la recherche: Athènes, 2008.

Annexes

Article connexe

Liens externes

  • Portail de la littérature
  • Portail de la poésie
  • Portail du monde contemporain
  • Portail de la Grèce
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.