KNM Helge Ingstad

Le KNM Helge Ingstad (F313) est la quatrième frégate de la classe Nansen dans la Marine royale norvégienne. Elle est admise au service actif en et spécialisé dans la lutte anti-sous-marine et anti-navire. Son port d'attache est Håkonsvern, près de Bergen dans le comté de Hordaland.

KNM Helge Ingstad

Le KNM Helge Ingstad en 2010.
Type Frégate
Classe Classe Nansen
Fonction Lutte anti-sous-marine
Histoire
A servi dans Marine royale norvégienne
Constructeur Navantia
Chantier naval Ferrol, Espagne
Commandé
Quille posée
Lancement
Armé
Statut hors service depuis le
Équipage
Équipage 120
Caractéristiques techniques
Longueur 134 mètres
Maître-bau 16,8 mètres
Tirant d'eau 7,6 mètres
Déplacement 5 290 tonnes
Propulsion 2 × BAZAN BRAVO 12V 4.5 MW (croisière)

1 × turbine GE Avio-LM2500 21.5 MW (turbine)
4 × MTU 396 Serie 12V 1250 KVA (générateurs diesel)

Vitesse 27 nœuds (turbine)
Caractéristiques militaires
Armement 8 x Mk41 VLS (32 x RIM-162 ESSM)
8 x Naval Strike Missile
4 x Torpille Sting Ray
1 x Otobreda 76 mm
4 x Protector M151 (Browning M2HB 12,7 mm)
2 x LRAD
Électronique Radar SPY-1F
Sonar Captas 2
Rayon d'action 4 500 nautiques
Aéronefs 1 x NH90
Carrière
Propriétaire Marine royale norvégienne
Pavillon Norvège
Port d'attache Håkonsvern
Indicatif F313
IMO 259044000

Ce bâtiment a été victime d'une collision le , puis d'un naufrage le malgré les tentatives de préservation du naufrage par un échouage délibéré.

Caractéristiques

Le KNM Helge Ingstad dans le chenal Lerøyosen en août 2018.

Long de 134 mètres et affichant un déplacement de 5 290 tonnes en charge, le KNM Helge Ingstad est armé par 120 marins (pouvant aller jusqu'à 146) et peut atteindre la vitesse de 27 nœuds grâce à ses turbines à gaz.

Armement

La frégate est dotée de trente-deux missiles anti-aériens RIM-162 ESSM, de huit missiles anti-navire Naval Strike Missile, d'un canon Otobreda de 76 mm, de trois Sea Protector armés de mitrailleuses Browning M2, de quatre tubes lance-torpilles Sting Ray et de deux canons à son.

L’équipement électronique comprend notamment le système de combat Aegis avec un radar à quatre faces planes SPY-1F américain, un sonar de coque et un sonar remorqué (Captas 2) pour la lutte anti-sous-marine.

Elle embarque un hélicoptère NH90[1] depuis 2015.

Construction

Le navire doit son nom à l'explorateur norvégien Helge Ingstad. Les cinq navires de la classe Nansen sont construits de 2003 à 2009 à Ferrol en Espagne par la société Navantia et leur port d'attache est Håkonsvern. Les sister-ships du KNM Helge Ingstad sont le KNM Fridtjof Nansen, le KNM Roald Amundsen, le KNM Otto Sverdrup et le KNM Thor Heyerdahl.

Le coût total du « programme Nansen » est d'environ 21 milliards de couronnes norvégiennes[2] soit 4 milliards par navire[3] (ou environ 300 millions d'euros l'unité[4]).

Carrière opérationnelle

De à , le KNM Helge Ingstad a été l'un des navires d'escorte des bateaux marchands chargés du transport des armes chimiques syriennes[5]. Il est affecté au Standing NATO Maritime Group 1 (SNMG1)[1],[6].

Accident de 2018

Le vers 3 h du matin GMT, de retour de l'exercice Trident Juncture 2018 (en) mené par les forces de l'OTAN[6], le KNM Helge Ingstad est abordé par le pétrolier sous pavillon maltais Sola TS (250 mètres de long et 44 mètres de large pour 62 000 t à vide et 113 000 t en charge[1]) près du port de Sture, au nord de Bergen dans le fjord Hjeltefjorden (en) (comté de Hordaland)[7],[8] alors que la frégate entrait dans le chenal à 17 nœuds et le Sola TS sortait de celui-ci à 7 nœuds[9]. Éperonné à l'arrière tribord par l'écubier du pétrolier[10] – qui n'a pas subi de dommages majeurs[8] –, le Helge Ingstad prend rapidement et massivement l'eau sans que les pompes puissent l'évacuer, le navire devenant incontrôlable. Pour éviter son naufrage et malgré la gîte, la frégate est volontairement échouée près de la côte par l'équipage qui est entièrement évacué (137 personnes)[10]. L'accident fait huit blessés légers parmi les marins[8]. Le navire est désormais hors-service[10],[11]. Une commission d'enquête est mise en place pour déterminer les causes de l'accident[10].

À partir du , les secours immobilisent le navire à l'aide de câbles d'acier tirés depuis cinq points de fixation soudés sur la coque et reliés à des points d’ancrage à terre. Les cuves sont vidées de 385 000 litres de diesel pour limiter toute pollution et les lubrifiants et munitions sont évacués. Les autorités prévoient d'utiliser une barge et des grues de levage pour ensuite le transporter jusqu'à la base navale de Håkonsvern[12]. Cependant, les câbles rompent et le KNM Helge Ingstad sombre presque entièrement le [13]. Le renflouement de la frégate est confié aux sociétés BOA Management et DNV GL afin de récupérer ce qui peut l'être de l'armement et de l'équipement, le navire étant considéré irrécupérable[14].

Opération de renflouement le 1er mars 2019.

Les premiers éléments de l'enquête indiquent que le KNM Helge Ingstad n'aurait pas répondu aux avertissements du pétrolier, considéré moins manœuvrable, lancé sur sa course[15],[16]. Le comité d'enquête indique le , que les causes de l'accident sont dues en « en grande partie [à des] facteurs humains » mêlant plusieurs erreurs de la nouvelle équipe de quart de la frégate (confusion dans l'origine des messages, des signaux radar et des feux de navigation ainsi que vitesse excessive) auxquels se sont ajoutées des erreurs dans la conception de l'étanchéité du navire par le constructeur espagnol Navantia ayant entraîné son naufrage particulièrement rapide[17]. Les conclusions définitives du rapport d'enquête final publié en seront « dans l’exacte lignée du premier rapport[18] ».

Le , après plusieurs semaines de préparation, les opérations de renflouement du navire (par les deux barges-grues flottantes Rambiz et Gulliver[19]), commencent à la faveur d'une fenêtre météorologique favorable[20]. Elle est embarquée à bord de la barge semi-submersible le qui la transporte dans une cale sèche de la base navale de Håkonsvern[21]. Le , elle est remise à l'eau. Le coût total du renflouement est estimé à 600 à 700 millions de couronnes norvégiennes[22] et le coût d'une éventuelle remise en état est estimé à 12 à 14 milliards de couronnes (1,2 à 1,4 milliard d'euros) soit trois fois le prix du navire rendant peu probable l'entérinement de cette option[23],[24].

Notes et références

  1. Vincent Groizeleau, « Heurtée par un tanker, une frégate norvégienne chavire », sur Mer et Marine, .
  2. (no) « NRK: – Milliardfregatten var ikke forsikret » [(en) the billion (valued) frigate, was not insured], Synnøve Gjerstad sur tv2.no, consulté le 11 novembre 2018.
  3. (no) « Fregatten til 4 milliarder er laget for å jakte ubåter – i dag kolliderte den med et tankskip », Lars Barth-Heyerdahl sur tv2.no, consulté le 11 novembre 2018.
  4. (en) « See photos of Norway’s badly damaged €300 million warship », Thomas Nilsen, The Barents Observer, 10 novembre 2018.
  5. NTB, « « Helge Ingstad » i posisjon utenfor Syria », Bergens Tidende,
  6. (en) « SNMG1 ship accident at sea », communiqué de presse de l'OTAN, 8 décembre 2018.
  7. « Une frégate menace de couler après une collision en Norvège », sur La Croix,
  8. (en) « Norway warship Helge Ingstad 'warned' before collision », Soraya Auer, BBC, 9 novembre 2018.
  9. « Confusion et appels radio ont précédé la collision entre la frégate norvégienne et le pétrolier », (consulté le 12 novembre 2018).
  10. « Frégate norvégienne : le point sur l’accident », Matthias Espérandieu, Mer et Marine, 9 novembre 2018.
  11. (en) « Norwegian frigate damaged in collision with tanker, Update frigate to blame VIDEO », sur http://maritimebulletin.net/, (consulté le 8 novembre 2018).
  12. (no) Tore Stensvold, « Fregatten har 385.000 liter diesel ombord: – Dette kommer til å ta lang tid », sur Teknisk Ukeblad (en), (consulté le 10 novembre 2018).
  13. « La frégate norvégienne entrée en collision avec un pétrolier est presque entièrement immergée », Laurent Lagneau, opex360.com, 13 novembre 2018.
  14. Vincent Groizeleau, « Frégate norvégienne : Les opérations de renflouement se précisent », Mer et Marine, 15 novembre 2018.
  15. (no) Styrmann reagerer på passiv sjøtrafikksentral: Det som skjedde, skal ikke skje i det hele tatt [(en) Helmsman objects to passiveness (from) Vessel Traffic Service: What happened, should not happen at all], Verdens Gang, 11 novembre 2018.
  16. (no) «Helge Ingstad» ble flere ganger advart av «tankskipet Sola», NRK, 10 novembre 2018.
  17. Caroline Britz, « Helge Ingstad : Des erreurs de navigation et un possible défaut d'étanchéité », Mer et Marine, 30 novembre 2018.
  18. Caroline Britz, « Rapport complet et en vidéo sur l'accident de la frégate Helge Ingstad », Mer et Marine, 13 novembre 2019.
  19. Vincent Groizeleau, « Helge Ingstad : La frégate norvégienne prête à être relevée », Mer et Marine, 13 février 2019.
  20. Laurent Lagneau, « La marine norvégienne a lancé les opérations pour relever la frégate KNM Helge Insgtad », opex360.com, 26 février 2019.
  21. Caroline Britz, « La frégate norvégienne Helge Ingstad relevée », Mer et Marine, 4 mars 2019.
  22. (no) « Forsvarskomitéen krever ekstern granskning av «Helge Ingstad»-bergingen », Norsk rikskringkasting, (lire en ligne).
  23. (no) « Vil koste 12 mrd. å reparere KNM «Helge Ingstad» », Norsk rikskringkasting, (lire en ligne).
  24. Caroline Britz, « La frégate norvégienne Helge Ingstad ne devrait pas être réparée », Mer et Marine, 22 mai 2019.
  • Portail du monde maritime
  • Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la Norvège
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.