Kobe

Kobe (神戸市, Kōbe-shi, « Kōbe » signifiant « porte des esprits (ou des dieux) »), également orthographié Kobé, est la plus grande ville ainsi que la capitale de la préfecture de Hyōgo, située sur l'île de Honshū proche d'Osaka. La ville possède l'un des plus grands ports du Japon et fait partie du Keihanshin.

« Kobé » redirige ici. Pour les autres significations, voir Kobe (homonymie).

Kobe
神戸市

Drapeau
Administration
Pays Japon
Région Kansai
Préfecture Hyōgo
Maire Tatsuo Yada
Code postal 〒650-8570
Démographie
Population 1 536 499 hab. (mai 2015)
Densité 2 782 hab./km2
Géographie
Coordonnées 34° 41′ 29″ nord, 135° 11′ 31″ est
Altitude 14 m
Superficie 55 223 ha = 552,23 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : préfecture de Hyōgo
Kobe
Géolocalisation sur la carte : Japon
Kobe
Géolocalisation sur la carte : Japon
Kobe
Liens
Site web http://www.city.kobe.lg.jp/
    Vue de la ville de Kobe, au Japon, depuis son port. On peut voir à gauche la Kōbe Pōto Tawā (Kobe Port Tower ou tour du port de Kobe), lieu touristique achevé en 1963, l'un des éléments marquants de la ville, et plus bas à droite le musée maritime, qui retrace l'histoire maritime japonaise en général et celle du port de Kobe en particulier. Novembre 2016.

    Géographie

    Démographie

    En , la ville de Kobe comptait plus de 1,5 million d'habitants. Trois millions d'habitants peuplent Kobe et sa périphérie (Akashi, Kakogawa, etc.).

    Climat

    Le climat de Kobe est de type subtropical.

    Histoire

    L'importante ville portuaire de Kobe est située dans la préfecture de Hyōgo. Il semble que les terres occupées par l’actuelle Kobe furent habitées dès l’ère Jōmon (10 000 à 300 av. J.-C.). La première trace écrite de la présence humaine en ces lieux date de 720 dans le Nihon Shoki. Le Nihon Shoki est le second ouvrage le plus ancien du Japon. Il fait mention de la présence du sanctuaire Ikuta-jinja. Ce dernier, qui existe encore aujourd’hui, aurait été fondé en l’an 210 par l'impératrice Jingū. Le sanctuaire exerça alors une importante influence et favorisa les relations commerciales.

    Les archives portuaires de Kobe montrent qu'au XVe siècle le trafic maritime dans la mer intérieure de Seto est comparable à celui de la mer Baltique[1].

    En 1945, la ville subit des bombardements incendiaires au napalm qui détruisent une grande partie de la ville. Cet épisode sera indirectement repris dans le dessin animé Le Tombeau des lucioles.

    Le , un séisme a détruit une grande partie de la ville et officiellement provoqué la mort de 6 437 personnes.

    Urbanisme

    Arrondissements

    • Arrondissements qui constituaient Kobe avant 1888 :
      • Chūō-ku : la vieille ville de Kobe
      • Hyōgo-ku : la vieille ville de Hyōgo, à l'ouest de Chūō-ku
    • Arrondissements qui ont rejoint Kobe avant 1945 :

    Patrimoine culturel

    Kobe est connue pour son quartier européen et sa viande de bœuf, mais également pour la vue qu'elle offre à ses habitants la nuit, et son atmosphère exotique qu'elle tient de sa nature portuaire.

    On y trouve un onsen (un bain thermal) célèbre : Arima-Onsen (有馬温泉).

    Kobe est fréquemment associée aux évènements de mode. La Collection Kobe, populaire auprès de la gent féminine s'est d'ailleurs exportée dans les autres grandes villes depuis 2002, mais aussi en Chine, à Shanghai.

    On y trouve également :

    Transports

    Chemins de fer de grandes lignes

    Chemins de fer de banlieue

    Métro, tramway

    Jumelages

    Personnalités liées à la municipalité

    • Yoshinao Nanbu, maître en arts martiaux, ayant donné naissance au Nanbudo, un art martial apparenté au karaté
    • Shinji Kagawa, footballeur jouant ou ayant joué à Borussia Dortmund né en 1989
    • Rie Yasumi, poétesse née à Kobe en 1972
    • Kumi Sugaï, peintre, né à Kobe en le 13 mars 1919, mort à Kobe le 14 mai 1996
    • Nobu Jo, philanthrope chrétienne qui mena une campagne de prévention du suicide dans la ville à partir des années 1920.
    • Keiichi Okabe, compositeur de musiques de jeux-vidéo né le 26 mai 1969, fondateur du studio Monaca. A composé les musiques de Nier, Drakengard 3 et Nier Automata

    Notes et références

    1. Pierre-François Souyri, Histoire du Japon médiéval : Le monde à l'envers, Perrin, coll. « Tempus », (1re éd. 1998), 522 p. (ISBN 978-2-262-04189-2), chap. 1 (« Lever de rideau »), p. 29.
    2. ReliefWeb team・OCHA

    Lien externe

    • Portail de la préfecture de Hyōgo
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.