Koror

Koror est l'un des seize États qui forment les Palaos. D'une superficie de 65 km2, il est peuplé de 12 676 habitants. La plus grande ville de l'État et des Palaos, Koror, était la capitale du pays avant le déménagement du gouvernement à Melekeok dans l'État du même nom[2],[3].

Pour les articles homonymes, voir Koror (homonymie).

État de Koror

Drapeau

Carte de l’État de Koror.
Administration
Pays Palaos
Capitale Koror
Gouverneur Yoshitaka Adachi[1]
Démographie
Population 11 444 hab. (2015)
Densité 176 hab./km2
Groupes ethniques Miconésiens, asiatiques
Géographie
Altitude Min. 0 m
Superficie 6 500 ha = 65 km2
Divers
Date de création 1983
Langues paluan, anglais
Localisation

Carte de Koror dans les Palaos.

    Géographie

    Géographie physique

    L'État de Koror est composé de nombreuses îles dont la principale (où se trouve la capitale), Koror, a donné son nom à l’État. L'île, située sur la partie est du lagon, est séparée de l'île principale des Palaos, Babeldaob, par le chenal Babeldaob-Koror et la passe de Toachel Mid. De l'île de Koror, en partant vers l'ouest, se trouve l'île de Ngerekebesang et directement au sud-ouest, les îles de Ulebsechel, Ngermalk, Malakal et Ngerchaol. Au sud de ce deuxième ensemble se trouvent d'autres îles dont la principale est Ngeruktabel puis les Îles Chelbacheb (dont la principale est Mecherchar) et enfin l'île de Ngerechong.

    Sur la partie ouest du lagon se trouve les îles Ulong, Ngerekeuid et Ngemelis. Ces dernières îles, ainsi que les rochers Ngereklim, sont situées à la frontière avec l’État de Peleliu.

    Géographie administrative

    L’État est subdivisé en douze hameaux, lesquels n'occupent que quatre îles aux nord Koror, Ngerekebesang, Ngermalk et Malakal. Les hameaux sont les suivants[4] :

    • Ngermid
    • Ngerchemai
    • Ngerkesoaol
    • Idid
    • Iyebukel
    • Meketii
    • Dngeronger
    • Ikelau
    • Ngerbeched
    • Medalaii
    • Meyuns
    • Ngerkebesang

    Histoire

    Avant l'arrivée des Européens

    Découverte et établissement des Européens

    Le premier contact notable entre Européens et les habitants de Koror eut lieu en 1783 quand l’Antelope, commandé par le capitaine anglais Henry Wilson, s'échoua près de l'île d'Ulong. Le chef de Koror d'alors, Ibedul, prêta assistance aux marins, leur permettant de rester trois mois afin de reconstruire leur navire. Retournant en Angleterre, Wilson fut accompagné par le prince Lee Boo qui y attrapa la variole. Il y mourut et fut enterré dans l'église St Mary de Rotherhithe[5].

    Période espagnole (1885-1899)

    En 1885, le pape Léon XIII confirma les droits espagnols sur les îles Carolines, dont les îles correspondant à l'actuel archipel des Palaos[5]. Cette étape marque le début de l'évangélisation des îles paluanes, avec l'établissement de deux églises, mais également de l'alphabétisation[5]. En , le navire espagnol Velasco s'arrêta à Koror dont le port était l'un des meilleurs de la région selon la cartographie de l'époque[6].

    Période allemande (1899-1919)

    La Prusse acheta les îles Carolines à l'Espagne en 1899 et entama les projets visant à en exploiter les ressources[5].

    Période japonaise et Seconde Guerre mondiale (1919-1945)

    Koror en 1930.

    Le traité de Versailles transféra l'administration des Carolines au Japon en 1919[5]. La période marqua le début du développent économique de Koror qui devint le centre administratif des possessions japonaises du Pacifique en 1922[5].

    Période américaine (1945-1994)

    En , les Palaos votent pour leur indépendance[7]. Koror devient donc membre de ce qui sera la République des Palaos avec l'adoption de la Constitution du . Un traité de libre association est signé avec les États-Unis en 1982, la constitution est modifiée huit fois et entre en vigueur le , marquant la fin de la tutelle et l'indépendance effective du pays.

    Depuis l'indépendance des Palaos

    Vue de Koror, plus grande ville des Palaos et ancienne capitale du pays, dans l’État de Koror.

    Politique

    Sceau du gouvernement de Koror.

    Le système politique kororais, à l'instar des autres États paluans, se compose de trois branches constitutionnelle : l'exécutif, le législatif et le coutumier.

    Le pouvoir exécutif est confié au gouverneur de Koror, ayant un mandat de 4 ans[8]. Le gouverneur actuel est Franco B. Gibbons[9],[10],[11]. Le précédent gouverneur était Yositaka Adachi dont le mandat prit fin en [9].

    Le pouvoir législatif est confié à la Législature de Koror, composée de dix-sept membres (12 représentants chacun des villages de Koror et le reste élu par tous l’État) élus pour 4 ans[12].

    Le pouvoir coutumier est incarné par l'institution appelée Chambre des chefs traditionnels, de compétence générale, auquel s'ajoute la chambre de Kerengab, dont les compétences sont réservées dont le rôle est d'émettre un avis sur les sujets concernant les femmes[13].

    La constitution de Koror ne fait pas mention du pouvoir judiciaire, celui-ci étant unifié à celui des Palaos conformément aux dispositions de la Constitution des Palaos[14].

    Population et société

    Démographie

    Évolution de la population

    Évolution démographique de l’État de Koror
    1920 1925 1930 1935 1946 1947 1958 1967 1970
    9721 2551 2771 2146581 0943 5855 6675 431
    1973 1980 1986 1990 1995 2000 2005 2015 -
    7 6697 5859 44210 50112 29913 30312 67611 444-
    (Sources : Gorenflo 1996, p. 15 ; 1995, 2000 et 2005 : Census Monograph Report 2005, p. 23 ; 2015 : Census of Population 2015, p. 10.)

    Habitations

    Éducation

    L’État compte plusieurs écoles et centres éducatifs : la Koror Elementary School (école élémentaire de Koror), la Meyuns Elementary School, la George B. Harris Elementary School, la Maris Stella School, le Palau Community College[15],[16], la Palau High School, la Mindszenty High School et la Emmaus-Bethania High School.

    Transports

    Culte

    Culture et patrimoine

    Drapeau

    Le drapeau de l'État de Koror a été adopté par une loi de la législature en [17].

    Sources

    Références

    1. (en) Republic of Palau national Government - Koror State
    2. (en) « Palau » (consulté le 29 janvier 2012)
    3. (fr) « République des Palaos », Ministère français des Affaires étrangères (consulté le 29 janvier 2013)
    4. http://www.kororstategov.com/hamlets.html
    5. « History of Palau », sur consulat général des Palaos en Belgique (consulté le 16 juillet 2019)
    6. « Faits divers », Le Rappel, (lire en ligne)
    7. Müller 2005
    8. Article VII, section 2 de la Constitution
    9. Worldstatesmen - Koror
    10. Reklai 2017
    11. Page officielle du gouvernement de Koror - Facebook
    12. Article VIII, section 1 de la Constitution
    13. Article VI, section 1 de la Constitution
    14. Constitution de Koror
    15. « Accueil », sur Palau Community College
    16. Étude d'impact environnemental - 1998, p. 34
    17. http://www.kororstategov.com/pdf/laws/K5-81-97%20Koror%20State%20Flag.pdf

    Bibliographie

    Documents officiels

    • (en) Koror State Constitution, (lire en ligne)
    • (en) Bureau du budget de la planification, Census Monograph Report, Ministère des Finances, (lire en ligne)
    • (en) Bureau du budget de la planification, Census of population, housing, agriculture, Ministère des Finances, (lire en ligne)
    • « Koror State Hamlets », sur le site du gouvernement de Koror (consulté le 2 juin 2018)
    • Construction of the Palau Compact Road, Babeldaob Island, Republic of Palau : Environmental Impact Statement, (lire en ligne)

    Ouvrages et articles

    • (en) L. J. Gorenflo, « Demographic Change in the Republic of Palau », Pacific Studies, Washington, Argonne National Laboratory, vol. 9, no 3, (lire en ligne)
    • L.N. Reklai, « Gibbons wins Koror State governorship », The Island Times, (lire en ligne)

    Sites internet

    Compléments

    Articles connexes

    Liens externes

    • Portail des Palaos
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.