L'Écho républicain

L’Écho républicain est un quotidien français de presse quotidienne régionale publié dans le département d'Eure-et-Loir et le sud du département des Yvelines. Il appartient au groupe Centre France. Le siège est basé à Chartres.

L’Écho républicain

Pays France
Zone de diffusion Eure-et-Loir, Yvelines
Langue Français
Périodicité Quotidien
Format Tabloïd
Genre Presse régionale
Diffusion 25 000 ex. (2018)
Fondateur Paul Guillon
Date de fondation 1922
Ville d’édition Chartres

Propriétaire Groupe Centre France
Directeur de publication Soizic Bouju
Rédacteur en chef Sébastien Besse
Site web lechorepublicain.fr
Supplément

Magazine du dimanche et jours fériés (12 pages)

Histoire

Le premier numéro est paru le , sous le nom de La Dépêche d'Eure-et-Loir sous la direction d'Adrien Bertholon, l'impression est entièrement manuelle.

L'Écho Républicain de la Beauce et du Perche est créé en 1922 par Paul Guillon toujours sous la direction d’Adrien Bertholon. Le premier numéro sort le samedi des presses de l'imprimerie Rouillé-Gauquelin. En 1935, l'hebdomadaire est tiré à Chartres sur les rotatives de La Dépêche qui rayonne sur 22 cantons d'Eure-et-Loir, de l'Eure et de l'Orne.

Le , L’Écho Républicain cesse sa parution du fait de la Seconde Guerre mondiale. À la Libération, l'hebdomadaire revoit le jour et devient quotidien le . En 1960, Jean Gilbert prend la direction du journal.

En 1979, l'hebdomadaire Le Point devient actionnaire majoritaire dans le capital du journal puis cède ses parts 3 ans plus tard au groupe Hachette.

Les deux sociétés La Dépêche d'Eure-et-Loir et L’Écho Républicain fusionnent en pour créer Écho Communication SA. L’Écho informatise sa rédaction et transfère ses locaux. En 1990, Écho Communication SA achète un groupe de presse gratuite Bip SA implanté en région Centre-Val de Loire, puis Inter Hebdo en 1994.

En , le groupe Amaury se porte acquéreur d’Écho Communication SA regroupant L’Écho Républicain, Cible 28, Inter Hebdo, Irco et Écho Voyages.

Le est lancé le format tabloïd et la réactualisation de cinq éditions : Rambouillet, Chartres, Dreux, Nogent-le-Rotrou et Châteaudun.

En 2004, le PDG Jacques Camus, quitte la société et laisse sa place à Richard Metzger, directeur coordinateur du groupe Amaury.

En , L’Écho Républicain devient le premier quotidien régional imprimé entièrement en couleurs. Le mois suivant, Gilles Bornais quitte L’Écho Républicain. Il est remplacé au poste de directeur général délégué et rédacteur en chef par Hugues de Lestapis. Fin 2006 est lancé le site Internet www.lechorepublicain.fr avec une place importante donnée à la vidéo. En , l’écho lance une édition dominicale et des jours fériés. Ce journal du septième jour est doté d’un cahier central « magazine » de douze pages pour répondre au désir de lecture différent en week-end.

Le , le groupe de presse Centre France se porte acquéreur d’Écho Communication SA, regroupant L’Écho Républicain, Cible 28, Inter Hebdo et Écho Voyages. Michel Habouzit devient président délégué. Un an plus tard, L’Écho Républicain change de formule et de couleur en adoptant la maquette commune à tous les quotidiens du groupe Centre France. Le bleu laisse sa place au rouge[1]. Eric Moine en assure la rédaction en chef jusqu'en .

Soizic Bouju est présidente directrice générale depuis .

Distribution

L’Écho républicain, premier quotidien d'informations en Eure-et-Loir, est diffusé à 25 000 exemplaires en 2018, avec une audience quotidienne de 106 817 lecteurs. Le journal est composé de quatre agences : Chartres, Châteaudun, Dreux, Nogent-le-Rotrou, ainsi que d'un bureau détaché à Épernon.. Il est publié en format tabloïd tout couleur.

Identité visuelle

Le logo est redessiné en 1946, 1976, 1985 et enfin 2011, hors changement de couleurs[1].

Références

  1. le journal, sur le site officiel.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la presse écrite
  • Portail d’Eure-et-Loir
  • Portail des Yvelines
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.