L'Étranger (Baudelaire)

L'Étranger de Charles Baudelaire est le poème liminaire de son recueil Petits Poèmes en prose publié en 1869.

Pour les articles homonymes, voir L'Étranger (homonymie).

Ce poème a été mis en musique et interprété par Léo Ferré en 1967 sur son album Léo Ferré chante Baudelaire.

Texte

Le poème est écrit en prose, comprend 12 vers et constitue un dialogue entre deux personnes.

— Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis ? ton père, ta mère, ta sœur ou ton frère ?
— Je n’ai ni père, ni mère, ni sœur, ni frère.
— Tes amis ?
— Vous vous servez là d’une parole dont le sens m’est resté jusqu’à ce jour inconnu.
— Ta patrie ?
— J’ignore sous quelle latitude elle est située.
— La beauté ?
— Je l’aimerais volontiers, déesse et immortelle.
— L’or ?
— Je le hais comme vous haïssez Dieu.
— Eh ! qu’aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?
— J’aime les nuages… les nuages qui passent… là-bas… là-bas… les merveilleux nuages !

  • Portail de la poésie
  • Portail de la France au XIXe siècle
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.