L'Essor (cercle artistique)

L'Essor est une association d'artistes en arts visuels, active à Bruxelles de 1876 à 1891.

Pour les articles homonymes, voir L'Essor.

Historique

Fondation de L'Essor

L'Essor est la continuité du « Cercle des anciens élèves et élèves des académies des beaux-arts de Bruxelles », créé en 1876. Le Cercle modifie son nom en L'Essor en et n'a plus aucun lien avec l'Académie. La devise de L'Essor est « un art unique, une vie unique » et met donc l’accent sur le lien qui doit unir l’Art à la Vie. Les fondateurs sont perçus comme progressistes et veulent se rebeller contre le Cercle artistique et littéraire de Bruxelles, bourgeois et conservateur.

Les membres de L'Essor

Louis Cambier, Léon Herbo, Henry Permeke (le père de Constant Permeke), Louis Pion et Franz Seghers figurent parmi les fondateurs du Cercle et, curieusement, ce sont tous des artistes qui n'ont jamais eu l'étiquette de progressistes.

Lors de la modification du nom en L'Essor, Édouard Duyck, Émile Hoeterickx, Julien Dillens, Amédée Lynen et Auguste-Ernest Sembach rejoignent le groupe. Peu à peu, d'autres artistes adhèrent à L'Essor comme Fernand Khnopff (qui participe pour la première fois à une exposition de L'Essor en 1881), Albert Ciamberlani, Frantz Charlet, James Ensor, Darío de Regoyos, Albert Baertsoen, Jean Mayne, Théo Van Rysselberghe, Willy Schlobach, Guillaume Vogels, Léon Frédéric, François Halkett, George Pierre, Adolphe Hamesse, Alexandre Hannotiau, Léon Houyoux, Antoine Lacroix, Charles Samuel et bien d'autres artistes encore.

Scission et création du groupe Les XX et de Pour l'art

En 1883, quelques artistes quittent le mouvement à la suite d'un désaccord afin de créer un nouveau groupe artistique, Les XX. Ce mécontentement est venu principalement du fait que L'Essor n'avait pas vraiment de programme et accueillait aussi bien des artistes réalistes traditionnels que d'avant-garde.

Le cercle artistique L'Essor a été officiellement dissous en 1891.

L'association d'artistes Pour l'art a également vu le jour en raison de l'insatisfaction des jeunes vis-à-vis des anciens membres de L'Essor, et cela en 1892.

Objectifs

L'objectif principal était d'organiser des expositions où les membres du groupe pouvaient présenter leurs œuvres. L'Essor a ainsi exposé à Bruxelles, Anvers, Ostende et Londres. Ensuite, l'association était aussi une sorte de coopérative d'achat qui négociait afin d'obtenir des prix avantageux auprès des fournisseurs de matériel artistique. L'Essor organisait aussi de nombreux voyages, des fêtes et soirées pour lesquelles il y avait un véritable comité social. La société était structurée de façon rigide avec un président et un conseil d'administration élargi qui servait de jury pour les expositions.

Expositions

L'Essor organisait annuellement une exposition où étaient présentés les travaux de ses membres. Il y a eu quinze expositions connues entre 1876 et 1891. Lors des expositions, une tombola était tirée où les prix étaient des d'œuvres d'art.

En 1885 et 1887 furent organisées des « Zwanze expositions » qui présentaient des œuvres allant du burlesque au non-sens le plus complet.

La zwanze (du brabançon "radotage") est un humour typiquement gouailleur de Bruxelles mais aussi un art de vivre bruxellois.

Les autres sociétés artistiques

L'Essor a fonctionné simultanément avec une autre association, La Chrysalide, mais lui a survécu. L'Union des Arts et Les XX ont été fondés pendant l'existence de L'Essor. Peu après la dissolution de L'Essor en 1891, le cercle artistique Pour l'Art fut créé en 1892.

Concerts

L'Essor organisait également des concerts en coopération avec L'Union Instrumentale, une association de jeunes musiciens.

Bibliographie

  • L'Essor : Règlement et liste des membres, Bruxelles, Imp. Lambert-Stevelinck
  • Catalogue de la Grande Zwans Exhibition organisée au profit de l'œuvre de la presse (ouvriers sans travail), 1885

Articles connexes

  • Portail de la peinture
  • Portail du XIXe siècle
  • Portail de Bruxelles
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.