Lac Memphrémagog

Le lac Memphrémagog est un lac traversé par la frontière entre le Canada et les États-Unis. Côté canadien, il est situé dans la région de Magog en Estrie, au Québec. Côté américain, il dépend de l'État du Vermont (comté d'Orleans).

Pour les articles homonymes, voir Memphrémagog (homonymie).

Lac Memphrémagog

Le lac Memphrémagog vu de la ville de Magog
Administration
Pays Canada ( Québec)
États-Unis ( Vermont)
Subdivision Québec et Vermont
Géographie
Coordonnées 45° 00′ 00″ nord, 72° 14′ 06″ ouest
Type Naturel
Superficie 102 km2
Altitude 208 m
Profondeur
 · Maximale
 · Moyenne

107 m
15,5 m
Volume 1,7 km3
Hydrographie
Bassin versant 1 764 km2
Alimentation Rivière-aux-cerises
Tributaires Rivière aux Cerises, rivière Barton, Black River, rivière Clyde et rivière Johns
Émissaire(s) Rivière Magog
Durée de rétention 1.7
Îles
Nombre d’îles 20
Île(s) principale(s) Trois Sœurs, Lords, Molson, Longue, Ronde, Province et Whetstone.
Géolocalisation sur la carte : Vermont
Géolocalisation sur la carte : Québec
Géolocalisation sur la carte : Canada
Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Long de 42 kilomètres, ce lac était chaque année l'hôte d'une compétition de nage (La Traversée internationale du Lac Memphémagog) dont la dernière édition fut en 2015. Une vieille légende amérindienne rapporte aussi la présence d'un monstre mythique dans ses eaux, le célèbre monstre Memphré. Il y a également plusieurs gros poissons comme le brochet et plusieurs petits poissons comme la perchaude et le crapet soleil.[réf. nécessaire]

Géographie

Les principaux affluents du lac Memphrémagog sont :

Environnement

Une étude réalisée par le Memphremagog Conservation Inc (MCI) en 2004-2005 montre que le lac Memphrémagog présente plusieurs signes de détérioration. Parmi ceux-ci, on retrouve : les blooms de cyanobactéries, la prolifération des plantes aquatiques et des algues, la diminution de la qualité de l'eau par une perte de transparence, une diminution de l'oxygène et l'augmentation des sédiments[1].

Le lac Memphrémagog en hiver

La cause première de la détérioration du lac est l'apport excessif de phosphore. Les experts s'entendent pour dire que les sources de ce surplus de phosphore sont multiples et proviennent des activités humaines, notamment de l'agriculture, du déboisement et de l'urbanisation. Afin de réduire l'apport excessif de sédiments et de nutriments, une attention particulière est recommandée pour la protection et la renaturalisation des rives, la gestion des fossés, la gestion des eaux usées ainsi que l’utilisation des fertilisants à proximité du lac et de ses tributaires[1].

Liens externes

Voir aussi

Notes et références

  • Portail des lacs et cours d’eau
  • Portail du Vermont
  • Portail du Québec
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.