Lampassé

En héraldique, lampassé s'utilise pour qualifier la couleur de la langue d'un animal, quand celle-ci est d'une couleur différente de l'animal : lion d'azur lampassé de gueules.
Le terme langué est utilisé dans le même sens. La différence entre les deux réside uniquement dans leur emploi spécifique selon l'animal concerné.

Usage de « lampassé » (et de « langué »)

Le bestiaire héraldique ne présente pas une catégorie spéciale d'animaux montrant leur langue par défaut, et donc susceptibles d'être lampassés (ou langués). Selon Veyrin-Forrer[1], les animaux, même la bouche ouverte, ont été présentés sans langue jusqu'au XIVe siècle. Cela reste la règle pour la majorité des animaux, sauf pour une liste réduite (voir ci-dessous).

On trouve parfois « lampassé du même » ou « langué du même », ce qui semble constituer un pléonasme, et l'est quand il s'agit d'un animal montrant habituellement sa langue. Toutefois cette expression prend tout son sens pour un animal dont la langue est d'ordinaire cachée, ou même quand l'usage à ce sujet n'est pas bien établi.

Différences d'emploi entre « lampassé » et « langué »

La majorité des auteurs s'accorde à dire que « lampassé » peut s'appliquer à tous les animaux, mais que « langué » est préférable pour certains. Cependant, chaque auteur semble avoir son idée personnelle sur les animaux concernés par l'un ou l'autre de ces termes :

Emploi de lampassé et langué selon différents auteurs
Date Auteur Titre Lampassé Langué
1600P. PalliotLa Vraye et parfaite science des armoiriestous animauxsynonyme moins fréquent
1694Dictionnaire AcadémiqueLion uniquementnon défini
1772Diderot - d'AlembertL'Encyclopédietous animaux.usage inutile
1780P. MenestrierDictionnaire universel des termes du Blasontous animauxAigle uniquement
1798Dictionnaire AcadémiqueLion uniquementoiseaux
1816N. Vitton de Saint AllaisDictionnaire Encyclopedique Noblesse de FrancequadrupèdesOiseaux + reptiles
1843Borel d'HauteriveAnnuaire 1843 - Dictionnaire de Blason ou Petit manuel Héraldiquequadrupèdesoiseaux
1861C. GranmaisonDictionnaire héraldiquetousAigle uniquement
1864A. de la PorteTrésor Héraldiquetous animauxoiseaux
1872J. GuignardNouvel Armorial du Bibliophiletous animauxusage inutile
1885Jouffroy d'EschavannesTraité complet de la Science du Blasontous animauxoiseaux
1885E. Simon de BoncourtGrammaire du blasontousAigle uniquement
1887J.B. RietstapDictionnaire des termes du Blason.animaux sauvagesoiseaux et animaux domestiques
1889H. Gourdon de GenouillacL'Art HéraldiqueDictionnaire des termes du Blason.Quadrupèdes + Aigleoiseaux (sauf aigle) et griffon
1899L.A. Duhoux d'ArgicourtAlphabet et Figures de tous les termes du Blasontous animaux sauf oiseauxoiseaux mais règle non absolue.
1901Cte Alph. O'Kelly de GalwayDictionnaire archéologique et explicatif de la Science du Blasonquadrupèdesoiseaux
1904Dr Félix LobligeoisPetit abrégé d'art héraldique.tous animauxusage inutile
1905Larousse Dictionnaire encyclopédique en 7 volumes.tous animaux sauf oiseauxoiseaux
1942D.L. GalbreathManuel du Blason (révisé Jequier 1977)Lion. (autre ?)Aigle (autre ?)
1949G.D'Haucourt-G.DurivaultQue sais-je le blason.tous animauxusage inutile
1951T. Veyrin-ForrerPrecis d'héraldiqueLion, Léopard, Griffon, Aigleles autres
1976O. NeubeckerLe grand livre de l'héraldique.non défininon défini
1979Michel PastoureauTraité d'héraldiquequadrupèdesnon défini
1984P JoubertL'héraldiquequadrupèdesoiseaux
1985G. de CrayencourtDictionnaire héraldiquetousne se dit pas
1989G. EysenbachHistoire du blason et science des armoiriesLion uniquementAigle uniquement
1994J.M. ThiebaudDict. des termes du blasonmammifères, surtout fauvesoiseaux et reptiles
1998Ch-M de Sainte-MelainePrécis de science héraldique.Lion uniquementAigle uniquement
2002C. WenzlerGuide de l'héraldique.tous sauf oiseauxoiseaux sauf aigle (lampassée)
2006G. AudoinL'art héraldique.tous.usage inutile

En conclusion, à part le lion, et son alter ego le léopard, qui relèvent unanimement du « lampassé », les règles d'emploi sont on ne peut plus floues. L'usage recommandé de « langué » pour les oiseaux a une portée insignifiante (leur langue étant très rarement figurée), sauf pour l'aigle (seul oiseau à langue quasiment toujours apparente). Peut-on donner le conseil d'utiliser systématiquement « lampassé » pour tous, ce qui, outre la simplification, rassemble un maximum de consensus ?

  • Seule l'héraldique française et celle italienne utilisent deux termes distincts, ce que ne fait pas même l'héraldique anglaise, pourtant proche de la française.

Fréquence de la présence d'une langue selon les animaux

Mammifères sauvages

Mammifères domestiques

Oiseaux

Autres, dont reptiles, etc

Animaux imaginaires

Les animaux imaginaires sont des recompositions à partir d'éléments empruntés à des animaux les plus divers. Pas d'invention de forme, sauf la tête du dragon peut-être. L'état de la langue sera identique à ce qu'il est pour celui qui a fourni le modèle de tête...

Les animaux imaginaires se répartissent en deux groupes : les chimériques (ou fabuleux) et les monstrueux.

Un animal chimérique n'utilise pas d'éléments humains.

Un animal monstrueux par contre utilise (au moins) une tête humaine. Or l'humain ne montre pas sa langue, donc l'animal monstrueux non plus, selon le principe exposé ci-dessus.

À l'étranger

Le terme lampassé (et son comparse le terme langué) sont tous deux traduits par les mêmes mots dans les lexiques héraldiques étrangers : langued pour l'anglais, gezungt pour l'allemand, linguada en espagnol, lampassato (et son comparse l'attribut linguato) en italien, lampassado en portugais et getongd en néérlandais[2].

Références

  1. Veyrin-Forrer, Précis d'héraldique, Larousse, 1951/2004
  2. « Auréolage et lampassage », sur heraldica.org
  • Portail de l’héraldique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.