Larnax

Le larnax[1] (en grec ancien Λαρναξ) est, dans la Grèce antique, un petit cercueil, boîte ou récipient fréquemment utilisé pour recueillir des restes humains, soit une dépouille repliée sur elle-même, soit des cendres de crémation.

Le larnax et la couronne en or de Philippe II de Macédoine (musée de Vergina, Grèce).

Les premiers larnakes sont apparus pendant la civilisation minoenne, datant de l'âge du bronze grec. Ils prenaient alors la forme d'un coffre de céramique imitant un coffre en bois, peut-être inspiré du modèle des coffres en lin égyptiens. Ils étaient richement décorés de motifs abstraits, de pieuvres et de scènes de chasse ou de culte[2].

Durant l'époque hellénistique, quelque huit siècles plus tard, les larnakes en forme de petit sarcophage de terracotta sont à la mode et entrent dans les coutumes ; plusieurs d'entre eux étaient peints dans le même style que les vases de la même époque. Dans de rares cas particuliers, des larnakes de matériaux précieux ont été fabriqués, tel que celui en or datant du IVe siècle av. J.-C. (époque classique) retrouvé à Vergina au nord de la Grèce. Il comporte un motif de soleil sur le couvercle (soleil de Vergina) : on pense que la tombe dans laquelle il a été découvert est celle du roi Philippe II de Macédoine, père d'Alexandre le Grand.

La tombe dite « de Philippe II »

Aigai[3] fut la première capitale du royaume de Macédoine, avant d'être supplantée par Pella. À Aigéai fut découverte une tombe à deux chambres : un vestibule et la chambre funéraire proprement dite. Elle est couverte d'une voûte en berceau et présente une façade uniquement décorative et sans lien structurel avec le reste du bâtiment. Dans le vestibule, on a trouvé un larnax abritant les restes d'une femme. Dans la chambre principale, un autre larnax contenait les restes d'un homme dont le crâne présente une blessure similaire à celle que Philippe II reçut à l'arcade sourcilière droite en 354 av. J.-C. Des nombreux bijoux et objets précieux ont été découverts : outre les larnax en or ornés de l'étoile ou du symbole solaire dit « Soleil de Vergina », des armes (cuirasse, bouclier, cnémides, gorytos), une œnochoé en or, une couronne de feuilles de chêne en or, une couronne de myrte dorée, un diadème et des figurines sculptées en ivoire. Il convient de signaler que l'identification du défunt comme étant Philippe II a été contestée par certains chercheurs, qui préféraient y voir Philippe Arrhidée, le demi-frère d'Alexandre le Grand, qui lui succéda en 323 av. J.-C. Cependant, la trace de blessure à l'arcade sourcilière, le fait que les cnémides trouvées dans l'antichambre sont de longueurs inégales semblent confirmer l'identification de Philippe II. Sur la façade, à la place du fronton, se déploie une frise de 1,1 m de haut à fond blanc (leukomenos pinax), caractéristique de l'art funéraire. Elle représente une scène de chasse royale dont le thème est récurrent dans toute l'Antiquité (Ninive) : dix chasseurs, dont trois à cheval, s'attaquent à quatre animaux (un lion, un sanglier, un ours, un cerf). On identifie le premier cavalier comme Philippe II et le deuxième comme son fils Alexandre, pour qui c'est une manière de revendiquer ses prétentions au trône. La composition paratactique de la scène alterne des lignes obliques, tantôt convergentes, tantôt divergentes, et des verticales, ce qui a pour effet d'élargir la scène, tout en concentrant le regard sur la scène centrale de la chasse au lion, gibier royal par excellence. La décoration de cette tombe, datée de 336 av. J.-C. (année de la mort de Philippe II), serait une œuvre de jeunesse de Philoxène d'Érétrie.

Le monastère Saint-Gerasimos

Il est situé à l’est d’Argostoli, dans la vallée d'Omala qu'on appelle aussi la vallée des 40 puits. Sa nouvelle église est la plus grande église de l'île. Elle a été construite après le séisme de 1953 dans un endroit magnifique, entouré de vignobles. Elle possède une iconostase en marbre sculpté monumentale. La dépouille du saint est conservée dans la petite église à l’intérieur du monastère. À l’intérieur de cette ancienne église se trouve l’entrée de la grotte où le saint a vécu. L’accès à cette grotte se fait par l’intermédiaire d’un trou de petite taille. Le visiteur peut constater deux phénomènes étranges qui sont interprétés par certains comme des signes divins, bien que le trou soit très étroit, tout le monde parvient à pénétrer dans la grotte (et à en sortir !), même les plus opulents, et on prétend que les âmes pures ne se salissent pas en visitant la grotte alors qu'il faut ramper sur la terre battue. Les habitants de l'île honorent le saint-patron par deux processions annuelles. La première se déroule le 16 août, au lendemain de la date de sa mort, et la seconde le 20 octobre, date du transfert de sa dépouille dans l'église. Durant son transfert on s’est aperçu que son corps n’était pas décomposé et qu’il sentait le parfum. Depuis lors, la relique reste intacte et parfumée et s'affiche dans une vitrine qui est incorporée dans un larnax en argent placé sur le tombeau du saint.

Références

  1. larnakes, au pluriel ; ou en grec moderne Larnaka : reliques
  2. Un larnax minoen au Metropolitan Muséum de New-York
  3. en grec ancien Αἰγαί

4. à propos des sépultures de l'époque mycénienne : https://www.cairn.info/revue-archeologique-2005-2-page-227.htm

  • Portail de la Grèce antique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.