Leônidas

Leônidas da Silva, né le 6 septembre 1913 à Rio de Janeiro et mort le 24 janvier 2004 à Cotia, était un footballeur brésilien.

Pour les articles homonymes, voir Léonidas (homonymie).

Leônidas

Leônidas c. 1940
Biographie
Nom Leônidas da Silva
Nationalité Brésilien
Naissance
Lieu Rio de Janeiro (Brésil)
Décès
Lieu São Paulo (Brésil)
Taille 1,73 m (5 8)
Période pro. 19291950
Poste Attaquant
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1929 São Cristóvão29 (31)
1929-1930 Sírio e Libanês47 (50)
1931-1932 Bonsucesso51 (55)
1933 Peñarol25 (28)
1934 Vasco de Gama29 (27)
1935-1936 Botafogo33 (42)
1936-1942 Flamengo149 (153)
1943-1950 São Paulo FC211 (140)
1929-1950 Total 574 (526)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1932-1946 Brésil19 (21)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Il était surnommé le « Diamant noir ». Leônidas fut le premier à imposer ce qu'on appelle aujourd'hui la « bicyclette »[1].

Biographie

Club

Leônidas débute à São Cristóvão. Il s'exile ensuite en Uruguay au CA Peñarol. Il y reste une saison puis rentre au Brésil. Après des passages au CR Vasco da Gama et au Botafogo FR, il signe à Flamengo. Il remporte le championnat carioca avec ces trois clubs. Durant la Seconde Guerre mondiale, il est transféré au São Paulo FC où il enrichit encore son palmarès avec cinq championnats pauliste. Il débute en équipe du Brésil le dimanche lors du match Uruguay-Brésil à l'Estadio Centenario. Il ouvre le score et permet au Brésil de remporter la Copa Rio Branco (victoire finale 2-1).

Sélection

De tous les artistes brésiliens du football, c'est sûrement celui qui incarne le mieux le mythe du magicien.

Ainsi, à Strasbourg, le 9 juin 1938 en huitième de finale de la Coupe du monde, au retour des vestiaires et alors que la pelouse est détrempée, Leônidas enlève ses chaussures devenues lourdes comme des sabots. L'arbitre lui interdit de jouer pieds nus mais cela n'empêchera pas Leônidas d'inscrire trois buts contre la Pologne. En quarts de finale, il faut deux matchs aux Brésiliens pour écarter la Tchécoslovaquie grâce à Leônidas qui inscrit deux des trois buts brésiliens (1-1 après prolongation puis 2-1).

De ce fait, les joueurs sont davantage éprouvés que leurs adversaires italiens qu'ils affrontent en demi-finale. L'entraîneur brésilien Adhemar Pimenta décide alors de laisser son buteur se reposer pour la finale, mais mal lui en prit car c'est l'Italie qui se qualifie pour la finale (2-1).

Le Brésil se contente donc de la troisième place face à la Suède (4-2) et Leônidas du titre de meilleur buteur de l'épreuve (sept buts).

Après la Coupe du monde 1938, la société Lacta lança en son honneur une tablette de chocolat baptisé « diamant noir ». C'est ainsi que naquit son surnom.

Il achève sa carrière en 1950 tout en ayant espéré être sélectionné pour la Coupe du monde 1950 qui se tenait au Brésil. Il devient ensuite entraîneur en 1951 au São Paulo FC.

Technicien d'exception dans une période propice aux créateurs, Leônidas apporta sa contribution au football-spectacle en popularisant le ciseau retourné.

En 1974, Leônidas apprit qu'il souffrait de la maladie d'Alzheimer, contre laquelle il lutta pendant trente ans. Il est enterré au Cemiterio da Paz de São Paulo.

Carrière

Carrière en club

Carrière internationale

International dès 18 ans, il finit sa carrière avec 21 buts en 19 sélections dans l'équipe du Brésil[2],[3],[4]. Il a joué les coupes du monde 1934 et 1938.

Palmarès

Notes et références

  1. VIDÉO. Leônidas da Silva, le Doodle de la gloire !, Le Point, le 6 septembre 2013
  2. (pt) (en) Marcelo Leme de Arruda, « Seleção Brasileira (Brazilian National Team) 1923-1932 », sur RSSSF Brasil, (consulté le 3 novembre 2010)
  3. (pt) (en) Marcelo Leme de Arruda, « Seleção Brasileira (Brazilian National Team) 1934-1938 », sur RSSSF Brasil, (consulté le 3 novembre 2010)
  4. (pt) (en) Marcelo Leme de Arruda, « Seleção Brasileira (Brazilian National Team) 1939-1946 », sur RSSSF Brasil, (consulté le 3 novembre 2010)

Annexes

Liens externes

Bibliographie

  • « Leonidas, un diamant au paradis », France Football, no 3016, mardi , page 34.
  • Portail du football
  • Portail du Brésil
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.