Le Grand Retour (film)

Le Grand Retour (Miracle of the White Stallions) est un long métrage réalisé par Arthur Hiller, produit par Walt Disney Pictures, distribué par Buena Vista Distribution et sorti en 1963. Cette histoire est adaptée de l'histoire d'Aloïs Podhajsky et l'évacuation des chevaux Lipizzans de l'École espagnole d'équitation de Vienne durant la Seconde Guerre mondiale.

Pour les articles homonymes, voir Le Grand Retour.
Le Grand Retour
Titre original Miracle of the White Stallions
Réalisation Arthur Hiller
Scénario A. J. Carothers
Sociétés de production Walt Disney Pictures
Pays d’origine États-Unis
Durée 93 min
Sortie 1963

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Synopsis

Durant la Seconde Guerre mondiale en Autriche, le Colonel Aloïs Podhajsky a l'intention de protéger ses bien-aimés étalons Lipizzan - des chevaux de race d'un gris si pâle qu'il semble blanc, ayant une tradition séculaire - de réfugiés affamés et de l'Armée soviétique qui pourraient les voir comme une source de viande et s'assurer qu'ils seront évacués sous bonne garde.

Fiche technique

Portrait du Colonel Aloïs Podhajsky

Sauf mention contraire, les informations proviennent des sources concordantes suivantes : Leonard Maltin[1] et IMDb[2]

Distribution

Sauf mention contraire, les informations proviennent des sources suivantes : Leonard Maltin[1], Dave Smith[3] et IMDb[2]

Sorties cinéma

Sauf mention contraire, les informations suivantes sont issues de l'Internet Movie Database[4].

Origine et production

Le film est une adaptation d'une histoire réelle qui débute en 1945 à Vienne alors que l'occupation allemande s'achève[5] mais avant l'occupation des alliés. Le Colonel Aloïs Podhajsky cherche à fuir la menace soviétique. L'histoire prend fin en 1955 avec l'anniversaire de l'École espagnole d'équitation[6]. Il écrit par la suite un livre intitulé The Dancing White Horses of Vienna[3]. Le film a été principalement tourné à Vienne, avec les intérieurs dans l'Atelier Rosenhügel et dans l'École espagnole d'équitation, et les exterieurs à la Villa Hermès et dans la campagne autrichienne autour de Vienne[2].

Le film est le premier long métrage réalisé par Arthur Hiller qui travaillait auparavant sur des séries B[6].

Sortie et accueil

Le film est sorti le [3]. Malgré son nom, le film n'a pas reçu un bon accueil ni des critiques ni des spectateurs[6].

Variety qualifie le film d'« inepte... malgré une histoire très profonde le film ne parvient pas à la matérialiser[6]. » Le magazine poursuit en décrivant le film comme « confus, laborieux et généralement sans aucune dramatisation rendant l'histoire confuse et sans émotion sans compter sur le rythme de tortue d'Arthur Hiller[6]. » Robert Salmaggi dans le Herald Tribune écrit que le film tombe « entre deux chaises, l'une des pas assez à l'eau de rose pour les enfants et l'autre des trop fade pour les adultes[6]. » Pour le Time les chevaux sont plus intelligents que la plupart des personnes impliquées dans le film[6].

Le film sort en vidéo en 1987[3].

Analyse

Portrait de Curd Jürgens en 1980

Pour Leonard Maltin, Le Grand Retour est l'un des films les plus inhabituels de Disney car la production, l'histoire, la distribution et l'atmosphère du film ne permettent pas de savoir que c'est un « Disney »[5]. Le film est d'un côté trop compliqué pour le jeune public avec des tenants et des aboutissants qui les dépassent, ainsi que trop long pour retenir leur attention, le film approchant les deux heures[6]. D'un autre côté, il manque d'éléments intéressants pour les adultes avec des dialogues et des personnages souvent trop simplistes[6]. Le film possède pourtant des images de qualité[6]. Maltin écrit que le personnage d'Aloïs Podhajsky, interprété par Robert Taylor est trop sérieux, trop obnubilé par les chevaux au point de devenir froid et distant, n'attirant aucune empathie du public, le général allemand interprété par Curd Jürgens semble même plus amical[6]. L'équipe d'acteurs fait de son mieux mais avec un personnage central tel que celui donné à Taylor, le film tombe à plat[6].

Maltin ajoute que le script du film pose problème en étant trop verbeux et ne laissant pas assez de place à l'action[6]. Les lieux et différents protagonistes ne sont pas assez clairs pour savoir où l'action se déroule, dans quel camp et de quoi l'on parle[6]. Pour Maltin, le principal problème du film est son script que les acteurs n'ont pas réussi à compenser[6].

Notes et références

  1. (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 208-209.
  2. (en) Le Grand Retour sur l’Internet Movie Database
  3. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 376
  4. (en) Le Grand Retour sur l’Internet Movie Database
  5. (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 209.
  6. (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 210.

Liens externes

  • Portail des années 1960
  • Portail sur Disney
  • Portail équestre
  • Portail du cinéma américain
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.