Le HuffPost

Le HuffPost (précédemment « Le Huffington Post ») est un site d'actualité français lancé le .

Pour les articles homonymes, voir HuffPost.


Adresse www.huffingtonpost.fr
Type de site Actualité
Langue Français
Siège social Paris
France
Propriétaire Oath, Groupe Le Monde, Les Nouvelles Éditions indépendantes
Directeur de la publication Louis Dreyfus
Créé par Anne Sinclair
Lancement 23 janvier 2012
Classement Alexa 71 (France, mai 2017)

Histoire

Le , le groupe Le Monde annonce qu'il a signé un accord avec The Huffington Post pour créer une version française du journal américain en ligne cofondé par Arianna Huffington. Le nouveau site, entièrement en français, doit fusionner avec Le Post, site participatif contrôlé par Le Monde[1],[2]. Prévue pour [3], l'ouverture du site a lieu avec trois mois de retard, le [4]. Il s’agit du premier site non-anglophone du média américain[5]. Anne Sinclair est alors la directrice éditoriale de cette version française ; Paul Ackermann, ancien du figaro.fr, en est le rédacteur en chef. Lors de son lancement l'équipe compte huit journalistes[6]. Il est détenu à 51 % par la maison-mère américaine, à 34 % par Le Monde et à 15 % par Les Nouvelles Éditions indépendantes. Certains journalistes du Monde craignent que l'image de leur journal soit dégradée au cas où le logo du Monde serait utilisé sur le site du Huff Post[4].

Le mardi , le groupe AOL, propriétaire du Huffington Post depuis , est racheté par Verizon pour 3,9 milliards d'euros[7].

Le HuffPost clôt son premier exercice bénéficiaire fin 2015.

En , le média change de design, de logo et de nom et devient le « HuffPost »[8]. Ce changement est pour la direction un moyen d'annoncer un nouveau cap suite au rachat de Aol par le groupe Verizon en [7].

Croissance

Dès le , Le Post s'arrête et la page d'accueil du site redirige vers Le Huffington Post[9].

Au bout d'un an, l'audience est de 2,5 millions de visiteurs uniques pour le mois de [5].

En , soit cinq ans après sa création, l'audience du site passe le cap des dix millions de visiteurs uniques selon le classement Médiamétrie//NetRatings.

En , Le HuffPost a été classé huitième dans la catégorie Actu / Information Généraliste de l'ACPM[10].

Contenu

Le HuffPost est un média d’actualité en ligne qui couvre l'ensemble de l'actualité nationale et internationale.

En 2015, Le HuffPost lance Le HuffPlay[11]. Les vidéos sont simples et courtes. Il peut s'agir d'expliquer des problématiques à travers des séries TV, de mettre en avant des événements marquants ou des contradictions de discours le plus souvent politique, ou encore des vidéos « lifestyle ».

En 2017, Le HuffPlay comptabilise chaque mois des millions de vidéos vues[réf. nécessaire].

Les recettes du site ne proviennent que de la publicité. La version française suit l'approche de son modèle américain, le Huffington Post. L'approche éditoriale est critiquée pour son style sensationnaliste et pour l'utilisation de clickbaits, consistant à s'appuyer sur des éléments sensationnels au détriment de la qualité ou de l'exactitude dans le but d'augmenter la viralité et les revenus publicitaires du site[12],[13].

Sexisme du « RBF »

Un groupe d'environ 15 des 20 journalistes hommes que compte la rédaction du Huffington Post fonde une conversation privée exclusivement masculine et hébergée sur la messagerie professionnelle Slack baptisée « RBF » pour « Radio Bière Foot ». Les membres de ce groupe se livrent à des commentaires sexistes, parfois racistes et homophobes, essentiellement sur leurs collègues femmes tout en divulguant parfois des informations à caractère personnel sur ces dernières. Seuls le chef du service politique, ainsi que les deux directeurs de la rédaction et les deux hommes dont l’homosexualité n’est un secret pour personne, n’y ont jamais été ajoutés. En plus de ce sexisme dans un cadre privé se déroulait aussi un sexisme public dont souffrait les femmes. L'affaire est ébruitée lorsque les victimes découvrent avec effarement l'existence du canal « RBF » sur un ordinateur laissé ouvert par un utilisateur et se solde par le licenciement de trois journalistes mis en cause à la fin 2018[14],[15].

Identité visuelle

Notes et références

  1. Xavier Ternisien, « Le Monde et le Huffington Post vont lancer ensemble le « HuffPost » français », Le Monde, .
  2. « Le journal en ligne Huffington Post en français avec Le Monde », RTBF, (consulté le 9 novembre 2018)
  3. Pierre Haski, « Anne Sinclair pressentie pour diriger le Huffington Post français », Rue89, .
  4. Anaëlle Grondin, « Lancement du « Huffington Post » en France : Des journalistes du « Monde » se disent inquiets », 20 minutes, .
  5. Hélène Reitzaum, « Anne Sinclair : « Le Huff Post sera à l'équilibre en 2014 » », Le Figaro, .
  6. « Cinq ans de Huff », Le Huffington Post, .
  7. Stéphane Lauer, « Verizon rachète AOL pour plus de 4 milliards de dollars », Le Monde, (consulté le 24 mai 2017).
  8. « Le nouveau "HuffPost" », Le Huffington Post (consulté le 31 mai 2017)
  9. Du Post au HuffingtonPost - Le Post, 20 janvier 2012
  10. « Mon classement unifié – Chiffres – #ACPM », acpm.fr (consulté le 31 mai 2017)
  11. Anne Sinclair, « Le HuffPlay, tout sauf de la télé », Le Huffington Post, (lire en ligne)
  12. « Les “pure players” ou le pari de la presse en ligne », sur telerama.fr,
  13. « Le Huffington Post, ce n’est pas du journalisme sophistiqué », sur france-amerique.com,
  14. « Après la « Ligue du LOL », des révélations sur le harcèlement au Huffington Post et chez Vice France », sur L'Obs (consulté le 12 février 2019)
  15. « «Huffpost» : 3 journalistes licenciés pour avoir insulté des collègues femmes dans un groupe privé », sur Libération.fr, (consulté le 12 février 2019)

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe

  • Portail d’Internet
  • Portail de la presse écrite
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.