Le Jeune (canton)

Le canton Le Jeune est situé dans le MRC de Mékinac, en Mauricie, en la province de Québec, au Canada.

Pour les articles homonymes, voir Le Jeune.

Le Jeune
Administration
Pays Canada
Province  Québec
Région Mauricie
MRC canton Mékinac
Type Canton
Proclamation
Officialisation
Géographie
Coordonnées 46° 55′ 00″ nord, 72° 35′ 00″ ouest
Superficie 16 000 ha = 160 km2
Divers
Municipalité(s) Sainte-Thècle, Lac-Masketsi
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Canada
Le Jeune
Géolocalisation sur la carte : Québec
Le Jeune
Géolocalisation sur la carte : Mauricie
Le Jeune
Géolocalisation sur la carte : Mauricie
Le Jeune

    Géographie

    Situé au sud du canton Mékinac et à l'ouest du canton Marmier, le canton Le Jeune chevauche deux territoires municipaux:

    Hydrographie

    Le territoire du Canton Le Jeune est tributaire de deux bassins versant:

    Le canton Le jeune est surtout un territoire forestier. La coupe du bois a été le moteur de l'économie de la région. Aujourd'hui, les activités récréo-touristiques y sont fort populaires, dont la villégiature, la chasse, la pêche, les sports nautiques, les VTT, les autoneiges, les excursions à pied en forêt et l'escalade sur certaines falaises.

    Les principaux chemins d'accès sont:

    Toponymie

    Déjà baptisé en 1873, le Canton Le Jeune a été proclamé le dans la Gazette officielle du Québec, en même temps que le Marmier (canton), situé à l'Est. Dans ce canton, plusieurs lacs évoquent le missionnaire jésuite Paul Le Jeune: du Missionnaire, du Jésuite et Lac Le Jeune[2].

    Paul Le Jeune est né en 1591 de parents calvinistes à Châlons-sur-Marne, en Champagne (Vitry-le-François, France). Il se convertit au catholicisme à l'âge de 16 ans. En 1632, Paul Le Jeune a été nommé supérieur de la mission jésuite au Canada. Il était assigné à Québec au moment où les frères Kirke cèdent la ville qu'ils occupaient depuis 1629. Dès son arrivée en Nouvelle-France, il apprend les langues amérindiennes et effectue plusieurs excursions d'exploration du territoire. Dans l'exercice de son ministère sacerdotal, il se consacre à la rédaction d'une Relation annuelle, laquelle sera expédiée en France. Les relations des Jésuites en Nouvelle-France constituent l'une des sources essentielles de l'histoire. De retour en France en 1649, on le nomme procureur de la mission Jésuite du Canada. Il décéda à Paris en 1664.

    Le toponyme "Canton Le Jeune" a officiellement été inscrit le à la Banque des noms de lieux de la Commission de toponymie du Québec[3].

    Notes et références

    1. Le toponyme "lac Vlimeux" a été reconnu en 1980 par la Commission de toponymie du Québec, en remplacement du toponyme "Lac Venimeux" qui avait été établi en 1959 par la Commission de géographie du Québec
    2. Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie du Québec paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.
    3. « Commission de toponymie du Québec, Banque des noms de lieux - Canton Le Jeune »

    Annexes

    Articles connexes

    Liens externes

    • Portail de la Mauricie
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.