Le Perche (hebdomadaire)

Le Perche est un journal local de la presse écrite française qui parait une fois par semaine, le mercredi.

Le Perche
Pays France
Langue Français
Périodicité Hebdomadaire
Genre Presse locale
Prix au numéro 1,20 €[1]
Diffusion 11 158 ex. (2012[2])
Date de fondation 1883
Éditeur Laurent Rebours[1]
Ville d’édition Mortagne-au-Perche

Rédacteur en chef Luc Moriceau[1]
Site web www.le-perche.fr

Il traite l'information à un niveau local, et couvre la région correspondant approximativement à l'ancien comté du Perche :

Histoire

Le Perche est fondé en 1883 par Gilbert Bravy et Émile Bigot, ouvriers typographes et militants républicains[3].

Le journaliste Albert Danguy reprend le titre en 1897 en lui conservant une ligne éditoriale républicaine de gauche. Son sous égide, la diffusion du journal passe de 1 000 à 5 000 exemplaires à la veille de la Première Guerre mondiale. Il meurt en 1925, laissant l'entreprise à son fils, Raymond[3].

Le Perche paraît sous l'occupation, mais n'est pas touché par l'ordonnance de 1944 en prouvant ne par avoir collaboré avec les Allemands. Ainsi, Raymond Danguy a-t-il échappé à la déportation de peu, puisqu'arrêté par la Gestapo en faute d'avoir obéi à la Propagandastafel, puis emprisonné 4 mois à Alençon puis à Compiègne, le train qui le conduit vers un camp est arrêté à Péronne par les bombardements alliés[3].

Le Perche libéré est donc redonné à ses propriétaires, et le fils, Yves Danguy, en prend les commandes en 1985[4]. Face aux développements des nouvelles méthodes d'imprimerie, le journal sous-traite dans les années 1980 son impression. Affaibli par des pertes, le journal est cédé en 1992 par les Danguy au groupe Ouest-France qui l'intègre dans sa filiale Publihebdos[3].

À la suite de ce rachat, la diffusion augmente, passant de 11 650 exemplaires en 1988 à près de 13 500 en 1998[3].

Après avoir ouvert un bureau à Nogent en 1997, le titre propose à partir de septembre 1999, deux éditions, l'une pour Mortagne/Mamers, l'autre pour Nogent-le-Rotrou/La Ferté-Bernard. À cette époque, le journal emploie 15 salariés (5 journalistes, 2 commerciaux, 3 administratifs et 5 personnes chargées de la composition et de la saisie) et s'appuie sur une vingtaine de correspondants[3].

La diffusion

La diffusion moyenne de l'hebdomadaire Le Perche s'établit officiellement comme suit, selon l'OJD[5] :

Année 2007 2008 2009 2010 2011 2012
Diffusion 12 133 12 204 11 923 11 621 11 482 11 158

Notes et références

  1. Le Perche sur http://www.publihebdos.com
  2. ODJ
  3. Alain Cartel, Les Médias et l'identité régionale : réalités et perspectives, Conseil économique et social régional de Basse-Normandie, avril 2000.
  4. "Décès de l'ancien directeur du journal Le Perche", mis en ligne par Luc Moriceau le lundi 23 décembre, mis à jour le 30 décembre, sur http://www.le-perche.fr.
  5. Tirage et diffusion hebdomadaire du journal Le Perche d'après l'OJD

Voir aussi

Articles connexes

  • Portail de la presse écrite
  • Portail de l’Orne
  • Portail d’Eure-et-Loir
  • Portail de la Sarthe
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.