Les Boules

Les Boules est un village canadien de 400 habitants fondé en 1952 situé dans la région administrative du Bas-Saint-Laurent dans l'Est du Québec. Le village fait partie, depuis le , de la municipalité de Métis-sur-Mer[1].

Les Boules


Localisation de Les Boules dans la MRC de La Mitis
Administration
Pays Canada
Province  Québec
Région Bas-Saint-Laurent
Subdivision régionale La Mitis
Statut municipal Hameau de Métis-sur-Mer (municipalité dissoute)
Maire
Mandat
Raymond Tremblay (maire de Métis-sur-Mer)
2005 - 2009
Constitution
Démographie
Population 400 hab. (2006)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ nord, 67° 57′ ouest
Superficie 3 408 ha = 34,08 km2
Divers
Fuseau horaire UTC-5
Indicatif +1 418
Code géographique 24 09045
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bas-Saint-Laurent
Les Boules
Géolocalisation sur la carte : Québec
Les Boules
Géolocalisation sur la carte : Québec
Les Boules

    Toponymie

    Le toponyme de Les Boules vient de la forme arrondie des rochers qui se trouvent dans le fleuve Saint-Laurent à cette hauteur. La paroisse de Les Boules se nomme Notre-Dame-de-la-Compassion[1]. Sur d'anciennes cartes géographiques, on peut aussi lire le toponyme de La Boule pour identifier cet endroit[2].

    Géographie

    Le village de Les Boules est situé sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent à 370 km au nord-est de Québec et à 330 km à l'ouest de Gaspé. Les villes importantes près de Les Boules sont Mont-Joli à 30 km et Rimouski à 55 km au sud-ouest ainsi que Matane à 40 km au nord-est. Le village forme depuis 2002 la partie nord-est de Métis-sur-Mer et est bordé à l'est par Baie-des-Sables.

    Le territoire de Les Boules couvre une superficie de 34 km2. Le sous-sol de ce territoire date de l'époque du Cambrien et de l'Ordovicien. Il est composé d'un mélange, nommé le mélange de Cap-Chat, de grès, de mudrock et de calcaire[3].

    La municipalité de Métis-sur-Mer dont fait partie le village de Les Boules est située dans la municipalité régionale de comté de La Mitis dans la région administrative du Bas-Saint-Laurent dans la province de Québec. Le village de Les Boules est situé à l'extrémité nord-ouest de La Mitis. Le village de Les Boules fait partie de la circonscription provinciale de Matapédia et de la circonscription fédérale de Haute-Gaspésie—La Mitis—Matane—Matapédia.

    La paroisse de Les Boules, Notre-Dame-de-la-Compassion, fait partie de l'Archidiocèse de Rimouski, plus précisément, dans la région pastorale de La Mitis. Le village de Les Boules fait partie de la région touristique de la Gaspésie.

    Démographie

    Population de Les Boules
    Année Nombre d'habitants[4]
    1991 397
    1996 410
    2001 412
    2006 400

    La population du village était de 400 habitants en 2006 et de 412 habitants en 2001. Ce qui correspond à une décroissance de 2,9 %[5]. Toute la population de Les Boules a le français en tant que langue maternelle et 2,7 % ont aussi l'anglais en tant que langue maternelle[5]. De plus, 26 % de la population maitrise les deux langues officielles du Canada[5].

    Distribution de l'âge en 2006

    30,8 % de la population âgée de 15 ans et plus de Les Boules n'a aucun diplôme d'éducation. 30,9 % de cette population n'ont que le diplôme d'études secondaires ou professionnelles. De plus, 10,3 % de cette population a un diplôme d'études universitaires[5]. Toute la population de Les Boules a effectué ses études à l'intérieur du Canada.

    Histoire

    Le village fut fondé en 1952. En 1954, le gouvernement provincial de Québec a fait installer quatre câbles électriques dans le fleuve Saint-Laurent afin de transporter l'électricité à partir de la Péninsule de Manicouagan sur la Côte-Nord jusqu'à Murdochville en passant par Les Boules[2]. Le plus gros navire Câblier au monde, le Monarch de la Royal Mail, nolisé par Hydro-Québec, installe 4 câbles de 8.25 centimètres (3.25 pouces) de diamètre distancés latéralement de 6.5km (4 miles), pesant au total 2000 tonnes à une profondeur de 370 mètres. L'opération est compliquée par des vents violents et de hautes vagues, endommageant deux câbles. Une première tentative de mise sous tension est réalisée en , mais le circuit n'est entré en service qu'un an plus tard, en . Le réseau est connecté à la Compagnie de Pouvoir du Bas-Saint-Laurent. Les câbles d'une longueur de 55 km amenèrent l'électricité sur la région de la Gaspésie et au sud jusqu'à Levis. Lors des études du projet de liaison électrique France-Angleterre; il est mentionné que sur le continent américain, des liaisons semblables existent: Puget Sound (Etats-Unis) 12 km. en 25 kV (1951), Mississipi à St-Louis 600 m. en 33 kV (1951), Fleuve Saint-Laurent (Canada) 51 km. en 69 kV (non achevé)[6], en 1951 mais connecté en 1954. Mais quatre ans plus tard, des infiltrations d'eau dans la gaine de plomb provoquées par l'action des glaces et la corrosion provoquent des pannes répétées, ce qui conduit éventuellement l'entreprise à désaffecter la ligne en 1962[7]. Hydro-Québec abandonne le projet et construit à la place une centrale thermique au gaz de 38.7 MW, soit 6 groupes de 6000 kW en attendant la construction d'une ligne de 230 kV entre Lévis et Les Boules, un projet de 30 millions de dollars, qui sera construit en 1962 et 1963. Le , le village a été intégré à la municipalité de Métis-sur-Mer[1].

    Trois des pylônes de 175 mètres de hauteur portant des lignes de 735 kV qui traversent le fleuve Saint-Laurent à Lévis près de Québec.

    Tourisme

    À l'est du village, il y a une chute. De plus, une plage est présente le long du fleuve Saint-Laurent sur le territoire de Les Boules et de Métis-sur-Mer. Plusieurs activités nautiques sont pratiquées sur le fleuve Saint-Laurent.

    Municipalités limitrophes

    Références

    1. Commission de toponymie du Québec
    2. Les Boules sur Info-Gaspésie
    3. Carte géologique du Québec
    4. Statistiques Canada
    5. Les Boules sur Statistiques Canada
    6. Bulletin de l'Association de géographes français Le projet de liaison électrique France-Angleterre M. Lantier Citer ce document / Cite this document : Lantier M. Le projet de liaison électrique France-Angleterre. In: Bulletin de l'Association de géographes français, N°261-262, 33e année, Novembre-décembre 1956. pp. 202-209 ;
    7. ST LAWRENCE SAGA: THE CLARKE STEAMSHIP STORY. chap 10, section Hydro-Québec

    Annexes

    Articles connexes

    Sources en ligne

    • Portail du Bas-Saint-Laurent
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.