Les Maîtres de l'affiche

Les Maîtres de l'affiche est une publication illustrée mensuelle française, éditée entre et .

Les Maîtres de l’affiche

Affiche de Privat-Livemont

Périodicité Mensuelle
Fondateur Jules Chéret
Date de fondation décembre 1895
Date du dernier numéro novembre 1900
Éditeur Chaix
Ville d’édition Paris

Son titre complet est Les Maîtres de l'affiche : publication mensuelle contenant la reproduction des plus belles affiches illustrées des grands artistes, français et étrangers, éditée par L'Imprimerie Chaix, Paris. L'idée de départ vient de Jules Chéret, alors directeur artistique de Chaix, une imprimerie située au 20 rue Bergère.

Chaque numéro comprend quatre affiches reproduites au format cloche et en chromolithographie. Chaque tirage comprend un timbre à sec d'authentification. Le prix de vente au numéro est de 2,50 francs, l'abonnement de 27 francs ; il existe une édition de luxe sur Japon tirée à 100 exemplaires vendu 80 francs pour 12 numéros.

En , un premier volume reprenant toutes les affiches publiées l'année précédente est proposé à la vente, précédée d'une introduction signée Roger Marx, en un format album relié par Jean Engel d'après la maquette de Paul Berthon[1]. Il y eut en tout cinq volumes, jusqu'en , soit un total de 256 affiches pour 97 artistes. Chaque volume était accompagné de deux dessins spécialement conçus par un artiste et reproduits selon le procédé chromolithographique.

Affichistes publiés dans la revue

Remarques

  • Fred Hyland et Leigh Ellis, deux graphistes, le premier anglais, le deuxième américain, actifs à la fin du XIXe siècle, signent ici « Hyland Ellis » l'affiche The Gay Parisienne imprimée à Londres ; l'autre affiche, Harpers' Magazine - The Martian, également imprimée à Londres, est signée Fred Hyland.
  • Il ne faut pas confondre Georges Meunier (France, 1869-1942) et Henri Meunier (Belgique, 1873-1922).
  • James Pryde et William Nicholson formèrent un duo appelé « Beggarstaffs ».
  • Rudolf Koller est cité à tort car l'affiche en question est anonyme et concerne une rétrospective du vénérable peintre suisse à Zurich ; l'imprimeur mentionné est le « Poligraph Institut » (1898).
  • V. Guillet (?-?), qui cosigna ici avec Lorant-Heilbronn, pourrait être l'illustratrice, méconnue, Valentine Guillet, née en 1876, mentionnée comme pastelliste[3], auteure entre autres de nombreuses affiches de films[4].
  • Deux affiches d'origine tchèque et imprimées à Prague sont anonymes (non signées) : l'une pour le journal illustré Zlata Praha et l'autre pour la maison de bijouterie F. & D. Malý. Cependant, Marx et Chéret mentionnent sur le dernier portfolio le nom de « Reis[s]ner » qui semble renvoyer à l'artiste Karel Reisner[5].

Notes et références

  1. Notice sur Alfons Mucha et Les Maîtres de l'affiche, en ligne.
  2. http://data.bnf.fr/14959050/v__guillet/
  3. Cf. S. Applebaum (1990), « Artists List », index.
  4. Liste de ses affiches, Base VIAF/Bibliothèque nationale de France, en ligne.
  5. Volume V, NYPL Digital Collections, en ligne.

Annexes

Bibliographie

  • Stanley Applebaum (dir.), The Complete « Master of the Poster ». All the 256 color plates from the « Maîtres de l'Affiche », Mineola, Dover Publications, 1990, (ISBN 978-0486263090).

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de l’Art nouveau
  • Portail de la gravure et de l'estampe
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.