Lescouët-Gouarec

Lescouët-Gouarec [lɛskwɛt gwaʁɛk] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Lescouët-Gouarec

La mairie.
Administration
Pays France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Canton Rostrenen
Intercommunalité Communauté de communes du Kreiz-Breizh
Maire
Mandat
Marie-Claude Le Tanno-Guégan
2014-2020
Code postal 22570
Code commune 22124
Démographie
Gentilé Lescouëtais, Lescouëtaise
Population
municipale
223 hab. (2017 )
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 09′ 39″ nord, 3° 14′ 36″ ouest
Altitude 227 m
Min. 169 m
Max. 270 m
Superficie 18,73 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Lescouët-Gouarec
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Lescouët-Gouarec
Géolocalisation sur la carte : France
Lescouët-Gouarec
Géolocalisation sur la carte : France
Lescouët-Gouarec

    Géographie

    La commune de Lescouët-Gouarec est formée des villages : Cavarn, Kerjouan, Saint-Roch, le Budi, Keroc'h, Goëzergolen, Manéguénac'h, Kerguiou, Crenard-Bras, Pen-Coat, Restermen, Keresto, Trougarecat, Kerbrien, Kerallec, Kerlan, Quinquizo, Kerivon, Kerdrouhanvet, Poul-Brohet, Kermoëlesse, Kerjégou, le Boterff, Prat Ar Mel etc. dans le pays Pourlet.

    Ce territoire est borné au nord par Plélauff, à l'ouest par Mellionnec, au sud par Langoëlan et Silfiac, et à l'est par Perret, dans le pays du Kost ar c'hoad.

    Sa superficie est de 1 872 hectares, dont 800 environ sous culture, 700 sous landes, et le reste en prés, bois...

    Toponymie

    Le nom de la localité est attesté sous les formes Lesquoat en 1233[1],Parrochia de Lesquoat en 1283, Lesquoet vers 1330, 1377 et en 1427, Lescoet en 1448, 1477, 1481 et en 1514, Lescouet en 1464 et en 1536[2].
    On trouve l’appellation Lescouët-Gouarec dès 1891 afin de la distinguer de Lescouët-Jugon (décret du )[2].

    Lescouët vient du breton lez « château » et de coët (cf. koad) « forêt », qui signifient « la Cour du bois », souvenir d'un ancien manoir situé près d'un bois. Il s'agit, semble-t-il, d'une résidence seigneuriale ayant appartenu à un seigneur du nom d'Alfred qui est mentionné en 833 et 871[2].

    Histoire

    En 871, un acte de délimitation du petit monastère de Saint-Ducocan mentionne deux ou trois localités de Lescat, à savoir : Crénart, Kerguion et Saint-Serge (Saint-Roch ?) (voir Cartulaire de l'abbaye de Redon).

    Au XIe siècle, Lescoët entra dans la grande seigneurie de Guémené, et en fit partie jusqu'à la Révolution (Joseph-Marie Le Mené - 1891).

    Sous le règne de Louis Philippe (1830-1848), deux enfants de la commune se trouvent engagés au sein de l'armée française. Marie Louis et Pierre Le Louëdec sont les fils de Jean et d'Anne Marie Cargouët qui vivent sur le territoire de la commune.

    Marie Louis, l'aîné naît vers 1800 à Lescouët. Tiré au sort lors de la conscription, il est dirigé vers l'Est de la France pour intégrer le 3e Régiment de Cuirassiers d'Haguenau (Bas Rhin). Au bout de ses 7 ans de service, il signe un nouvel engagement pour son Régiment. Resté célibataire, il décédera à Haguenau le , à l'âge de 38 ans.

    Son jeune frère Pierre naît le à Lescouët. Il s'engage comme soldat au 41e Régiment d'Infanterie de Ligne basé à Chateaulin (Finistère). Son Régiment est désigné pour faire partie de l'Armée d'Algérie- Une guerre pour la colonisation de cette terre a commencé en 1830 et devant la résistance que leur opposent certaines tribus maghrébines, la France décide d'envoyer de nouveaux régiments en Afrique du Nord. Le 41e R.I, embarque à Brest à la fin du mois de et arrive à Alger au mois d' octobre. Les troupes bretonnes prennent leurs quartiers à Oran. Pierre Le Louëdec exerce la fonction de Fusiller au sein de la 2e Compagnie du 3e Bataillon. Notre soldat participe avec son unité à différents combats dans la région orannaise. Entré à l'hôpital militaire d'Oran le , pour soigner des colites chroniques, il ne guérira pas de ce mal. Il décédera dans ce lieu le à 3 heures du soir et sera inhumé en terre algérienne, loin de sa région natale.

    En 1891, sa population est de 705 habitants.

    Deux danses bretonnes en sont originaires :

    - la gavotte de Lescouët (dansée parfois en fest-noz, et notamment par les cercles celtiques du Croisty et de l'Abbaye de Langonnet sur une version collectée par le cercle de Langonnet « War hent Hon tadoù » dans les années 1960) ;

    - une variante du Kost ar c'hoad (Kost er c'hoed en vannetais), encore dansé par le Cercle Celtique "Seiz Avel" de Trappes. Lescouët-Gouarec se situe entre les « pays » Kost er c'hoed et pourleth, ce qui expliquerait les levés de pied par mimétisme des danses de ces pays.

    Politique et administration

    Liste des maires successifs
    Période Identité Étiquette Qualité
    ? 1998 Pierre Morvan DVG  
    octobre 1999 mars 2014 Lionel Gainon DVG Agriculteur
    Mars 2014 En cours Marie-Claude Le Tanno-Guégan DVG Infirmière

    Démographie

    Évolution de la population  [modifier]
    1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
    1 0211 0031 0417661 108998889946788
    1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
    705738527718744798817802821
    1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
    884858875926875838807777651
    1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
    560437320261211189219206215
    2017 - - - - - - - -
    223--------
    De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
    (Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
    Histogramme de l'évolution démographique

    Lieux et monuments

    • Église Saint-Gwenaël.
    L'église Saint-Gwenaël.

    Aux alentours de la commune

    • Manoir ou château : château de Trégarantec à 6,7 km, château de Boblaye à 28,4 km, château de Lescréan à 29,5 km.
    • Forêt et bois : forêt de Quénécan à 12,4 km, bois de Conveau à 21.1 km, forêt du Pont Calleck à 22,8 km, forêt de Duault à 25 km, bois d’Organà 27,1 km.
    • Ferme : Prat-Mérien à 14.9 km.
    • Colline : Mont Noir à 20,3 km, roc de la Madeleine à 22,3 km.
    • Sommet : roc de Toulaëron à 29 km.

    Personnalités liées à la commune

    En 1382, un seigneur de Lescouët était au nombre des Bretons qui firent la campagne de Flandres, au service du roi de France.

    Mathurin de Lescouët était au nombre des défenseurs, en 1435, de Saint-Denis, près de Paris.

    Voir aussi

    Notes et références

    1. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis »
    2. infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Lescouët-Gouarec »
    3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
    4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.

    Liens externes

    • Portail des communes de France
    • Portail des Côtes-d’Armor
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.