Ligne 119 (Infrabel)

La ligne 119, était une ligne de chemin de fer belge qui reliaient les gares de Luttre et de Châtelet de 1880 à 1953. Elle était utilisée par des trains de voyageurs et de marchandises. Le dernier tronçon est fermé en 1992 et démonté en 1995.

Ligne
119
Ligne de Luttre à Châtelet

Carte de la ligne
Pays Belgique
Villes desservies Luttre, Viesville, Thiméon, Gosselies, Jumet, Gilly, Châtelet
Historique
Mise en service 1876 1880
Fermeture 1953 1992
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 119
Longueur 21,0 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Nombre de voies Anciennement à voie unique

Depuis 1998, l'ancienne ligne ferroviaire est progressivement aménagée en « voie lente » du Réseau RAVeL de la Région wallonne.

Histoire

Un premier projet de chemin de fer partant de Luttre et desservant Thiméon et Gosselies est esquissé par l’État belge dans les années 1830. Il s'agit de la ligne destinée à relier Bruxelles à Namur ; dans ce projet, elle devait se séparer de la ligne de Braine-le-Comte à Charleroi au sud de « l'Hutte » (Luttre), desservir Viesville, Thiméon et Gosselies[1] avant de se diriger vers Fleurus et Namur.

Le tracé définitif de la ligne de Bruxelles à Namur et Charleroi, inaugurée en 1843, s'écarte complètement de ce premier projet et prévoit un chemin remanié entre Braine-le-Comte et Luttre ainsi qu'une ligne de Charleroi à Namur par la vallée de la Sambre.

Il faudra attendre plusieurs décennies avant la construction d'une ligne desservant Viesville, Thiméon et Gosselies.

Une demande de concession pour un chemin de fer de Luttre à Châtelineau par Gosselies est déposée le par Messieurs Leborgne, Pickering et Cnie[2].

Le Chemin de fer de Luttre à Châtelineau est concédé par l'arrêté royal du à la Compagnie des chemins de fer des bassins houillers du Hainaut, fondée à l'initiative de Simon Philippart. Le tracé passe par Luttre, Gosselies, Jumet, Gilly et Châtelineau. Le cahier des charges prévoit notamment : une mise en service au plus tard le , et la construction d'une nouvelle station à la gare de bifurcation de Luttre située sur la ligne de Bruxelles à Charleroi[3]. En 1868, le traité d'affermage conclu avec la Société générale d'exploitation de chemins de fer est approuvé par l'assemblée générale de la compagnie concessionnaire[4]. Les difficultés financières de ces sociétés amènent à la reprise de la ligne par les chemins de fer de l’État belge par la loi du . À cette date, les travaux n'avaient pas été réalisés.

Toutefois, le cette loi, relative à la reprise des lignes concédées aux compagnies constituant la Société générale d'exploitation, le « chemin de Luttre à Châtelineau » figure dans la liste des nouvelles concessions accordées à cette occasion à la Compagnie des chemins de fer des bassins houillers du Hainaut, qui doit construire ces lignes puis les livrer à l’État[5]. .

La ligne ouvre par sections entre 1876 et 1880 : de Luttre à Gosselies le ; de Châtelineau à Gilly-Sart-Allet le ; Gilly-Sart-Allet à Jumet le et l'ouverture de Jumet à Gosselies le permet la mise en service de la totalité de la ligne[6].

L'ensemble de la ligne est fermée au trafic voyageurs le [6].

La fermeture du trafic marchandises intervient par sections : de Luttre à Thiméon le (déferrée en 1957) ; de Jumet à Thiméon le (déferrée en 1988) ; de Gilly-Sart-Allet à Jumet le (déferrée en 1990) ; de Gilly-Sart-Allet à Châtelet le (déferrée en 1995)[6].

Infrastructure

Nœuds ferroviaires

À la gare de Luttre avec les lignes : 118, 122 et 124. Gare de Jumet : ligne 121. Embranchement de Noir-Dieu (BK 16,5) ligne 131. Gare de Châtelet : avec les lignes : 130, 138 et 140A[6].

Gares et haltes

Outre les gares d'origine et d'aboutissement (Luttre (BK 0,0) et Châtelet (BK 21,0)), la ligne comportait six gares : Viesville (BK 3,6), Thiméon (BK 5,6), Gosselies (BK 6,9), Jumet (BK 10,9), Hamendes (BK 13,9), Gilly-Sart-Culpart (BK 17,3) et Gilly-Sart-Allet (BK 18,1), et quatre haltes : La Carosse (BK 8,1), Chef-Lieu (BK 9,2), Malavée (BK 10,1) et Houbois (BK 12,0)[6].

Après le chemin de fer

En 1997 la Région wallonne fait une priorité de l'aménagement d'une « voie lente » de son Réseau RAVeL sur la plateforme de la ligne 119[7].

Galerie de photos vestiges de la ligne

Notes et références

  1. Jean-Baptiste Vifquin, Français : Carte générale du canal de Charleroy à Bruxelles et de ses embranchements en canaux et chemins de fer - 1839 - Jean-Baptiste Vifquain ; 1 feuille en couleur ; 55 x 104 cm., (lire en ligne)
  2. Site DIGMAP Record from KBR lire (consulté le 5 avril 2012).
  3. Annuaire spécial des chemins de fer Belges, V. Devaux et Cie, 1869, p. 111 intégral (consulté le 5 avril 2012).
  4. Belgique, Moniteur belge : journal officiel, 1969 p. 832 intégral (consulté le 5 avril 2012).
  5. Ministère des travaux publics « Loi approuvant une convention relative à divers chemins de fer concédés » Moniteur belge: journal officiel. 1870,6, Bruxelles, (lire en ligne), p. 2070-2077
  6. Archive, Chemins de fer belges : 119 Luttre - Gosselies - Châtelet lire (consulté le 5 avril 2012).
  7. Site lesoir.be Guy Ittelet, Une percée urbaine pour le réseau Ravel Les priorités hennuyères définies, article du 11 avril 1998 lire (consulté le 5 avril 2012).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du chemin de fer
  • Portail du Hainaut
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.