Ligne 50 (Infrabel)

La ligne 50 est une ligne de chemin de fer belge de 55,6 km de long qui relie Bruxelles à Gand.

Pour les articles homonymes, voir Ligne 50.

Ligne 50
Ligne de Bruxelles à Gand
via Alost

Carte de la ligne
Pays Belgique
Villes desservies Bruxelles, Gand, Alost
Historique
Mise en service 1837 1856
Concessionnaires Cie de l'Etat Belge (1837 1837)
Infrabel (SNCB) (depuis 1837)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 50
Longueur 55,6 km
Vitesse de référence 120 km/h
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 3000 V continu
Nombre de voies 2 (4 voies entre Merelbeek et Gand)
Signalisation Lumineuse latérale SNCB + TBL1+
Trafic
Propriétaire Infrabel
Exploitant(s) SNCB
Trafic Voyageurs (Omnibus, Suburbain, InterCity)
Schéma de la ligne

Historique

En 1837, l'État belge progresse dans la mise en œuvre de son premier groupe de lignes de chemin de fer  disposées en étoile à quatre branches autour de la ville de Malines  notamment la branche ouest vers Gand et Ostende. Le , Wetteren est atteinte, suivie deux semaines plus tard par Gand (Gare du Sud, aujourd'hui disparue). Le tronçon entre ces deux villes est donc le premier maillon de la ligne 50 à avoir été mis en service, même si à l'époque il faisait partie d'une autre ligne.

L'État avait investi massivement dans la construction des premières lignes de chemin de fer, et prouvé leur rentabilité. Pour poursuivre le développement, le secteur privé fut sollicité. Ce furent essentiellement les capitaux anglais qui prirent la balle au bond, ce qui n'est pas étonnant vu que ce pays était le précurseur en matière ferroviaire. Toutefois, en 1852 naquit une société à capitaux belges (proche de la société générale de Belgique)  : la Société anonyme du Chemin de Fer de Dendre et Waes et de Bruxelles vers Gand. Le 1er décembre 1855, cette compagnie inaugure une relation Grammont - Alost dont le tronçon Denderleeuw - Alost fait actuellement partie de la ligne 50. Le , cette compagnie inaugure enfin l'intégralité de sa liaison Bruxelles - Gand et reliant Alost à Schellebelle près de Wetteren et la gare de Bruxelles-Nord à Denderleeuw.

En 1923, une première portion de la ligne 50A sera inaugurée entre Gand et Denderleeuw suivie en 1933 par une seconde portion reliant Denderleeuw à Bruxelles-Midi. Cette ligne permit aux trains directs de ne plus utiliser la ligne 50, qui comportait un grand nombre de gares, bifurcations et autres ralentissements. De nouvelles dessertes vers Bruxelles-Midi au lieu de Bruxelles-Nord sont désormais possibles.

Fin 1954, le tronçon Denderleeuw - Alost est électrifié, dans la foulée de la ligne 50A. Le , le reste de la ligne est électrifié à son tour.

Le , un train de marchandises transportant des produits chimiques inflammables déraille entre Schellebelle et Wetteren. Plusieurs wagons explosent et prennent feu. On dénombre un mort et une centaine de personnes intoxiquées par les émanations de gaz. Près de deux mille personnes sont relogées temporairement par précaution.

Document

La Bibliothèque royale de Belgique conserve sous la cote Ms. II10 un manuscrit adressé au roi Léopold Ier titré Chemin de fer de Bruxelles par Alost et Wetteren et sous-titré Mémoire sur la nécessité de rattacher la ville d'Alost à la grande artère des chemins de fer daté du et signé par les autorités de la ville d'Alost. Ce document faisait partie de la bibliothèque particulière du roi et est un des documents offerts à la bibliothèque par Philippe de Belgique, comte de Flandre.

Notes et références

    Voir aussi

    Articles connexes

    Liens externes

    • Portail du chemin de fer
    • Portail de la Belgique
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.