Ligne de Lérouville à Metz-Ville

La ligne de Lérouville à Metz-Ville est une ligne de chemin de fer française à écartement standard et à double voie électrifié qui relie les gares de Lérouville (sur la ligne de Paris-Est à Strasbourg-Ville) et de Metz-Ville, en passant par Pagny-sur-Moselle.

Ligne 11 (partie Ouest) de
Lérouville à Metz-Ville
Pays France
Villes desservies Metz
Historique
Mise en service 1850 1932
Électrification 1959
Concessionnaires Paris-Strasbourg (1845 1853)
Est (1853 1871)
EL (1871 1919)
AL (1919 1930)
Est (1873 1937)
SNCF (1938 1997)
RFF (1997 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 089 000
Longueur 65 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 25 kV – 50 Hz
Pente maximale
Nombre de voies Double voie
Signalisation BAL
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TGV, TER Lorraine
Fret
Schéma de la ligne

Cette ligne constitue la ligne 089 000[1] du réseau ferré national.

La ligne fait partie du Corridor européen C (Anvers - Bâle / Lyon) et devrait être équipée de l'ETCS niveau 1 à l'horizon 2018[2].

Histoire

Construction

La ligne a été construite en trois étapes.

De Pagny-sur-Moselle à Metz

L'adjudication de l'embranchement de la ligne de Paris à Strasbourg vers Metz à la frontière de Prusse vers Sarrebruck, dont fait partie la section de Pagny-sur-Moselle à Metz, est autorisée par une loi le [3]. La ligne est adjugée le à Messieurs Despans de Cubières, de Pellapra, duc de Galliera et Blacque-Belair. L'adjudication est approuvée par une ordonnance le suivant[4]. La Compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg est constituée dès le , mais c'est l'homologation de ses statuts par ordonnance royale le qui autorise sa substitution aux concessionnaires initiaux[5].

Inaugurée le , la ligne Nancy-Metz est la plus ancienne ligne de chemin de fer à usage général de Lorraine[6].

Après l'annexion de l'Alsace-Lorraine à l'Empire allemand, la frontière est fixée, sur cette ligne, entre Pagny-sur-Moselle et Nouvéant. Ces deux localités se voient doter d'une gare frontière (Pagny pour l'Est et Nouvéant pour l'A.L.) et la portion Pagny - Metz passe sous le contrôle de la Direction générale impériale des chemins de fer d'Alsace-Lorraine.

De Pagny-sur-Moselle à Thiaucourt

Après la guerre de 1870, la perte de l'Alsace-Lorraine rendit impossible la desserte directe entre la Moselle et le nord du pays via la ligne de Mohon à Thionville et Metz, il fallut donc construire de nouvelles lignes à la fois pour rétablir cette desserte mais aussi pour désenclaver la ville de Nancy ainsi que plusieurs régions proches de la nouvelle frontière et dépourvues de chemin de fer.

La section de ligne entre Thiaucourt et Pagny-sur-Moselle est concédée à la Compagnie des chemins de fer de l'Est par une convention signée le entre le ministre des Travaux publics et la Compagnie. Cette convention est approuvée à la même date par une loi qui déclare la ligne d'utilité publique[7]. Le tracé était très approximatif puisque la loi parlait d'une ligne d'un point à déterminer de la frontière belge à un point à déterminer de la vallée de la Moselle, passant ou desservant par embranchement les terrains miniers d'Hussigny et de Villerupt ainsi que la vallée de l'Orne, ainsi que les villes de Briey et Thiaucourt.

Il fut finalement décidé d'édifier la ligne entre la frontière belge et la Moselle sans passer par une seule des villes intermédiaires citées ci-dessus (elle part de Pagny-sur-Moselle et aboutit à Longuyon en passant par Conflans-Jarny et Baroncourt) et de réaliser des embranchements sur le réseau existant, ou cette ligne, pour desservir les villes précitées. La nouvelle ligne, construite en 1877[8], évite ainsi de passer trop près de la frontière, pour des raisons stratégiques.

La ligne vers Thiaucourt fut quant à elle construite en 1882[8], Elle se détache de cette ligne à Onville et est alors vue comme un simple embranchement à voie unique dans une région dépourvue de chemin de fer. Les gares de cette ligne étaient de simples haltes avec un bâtiment de la taille d'une maisonnette de passage à niveau et celle de Thiaucourt était un petit bâtiment standard.

De Lérouville à Thiaucourt

Après 1918, l'Alsace et la Lorraine faisaient à nouveau partie du territoire français. Les relations directes entre Metz et Paris n'avaient jamais bénéficié d'un itinéraire direct (il fallait soit emprunter la ligne historique vers Nancy puis la ligne Paris - Strasbourg, soit passer par Verdun via une ligne plus sinueuse). Il fut donc décidé de construire une ligne directe en passant par la Woëvre et en prolongeant la petite ligne Onville - Thiaucourt.

La section entre Lérouville et Thiaucourt est concédée à la Compagnie des chemins de fer de l'Est par une convention signée le entre le ministre des Travaux publics et la Compagnie. Cette convention est approuvée par une loi le qui déclare la ligne d'utilité publique ainsi que la reconstruction de la ligne entre Thiaucourt et Pagny-sur-Moselle[9].

La reconstruction toucha l'infrastructure (mise à double voie, adaptation du tracé près de Pagny[8] et déplacement du site de la gare de Thiaucourt) mais aussi les bâtiments de gare, qui furent construits dans le même style que les gares édifiées pour la reconstruction des gares sinistrées durant la Guerre (ce nouveau style architectural était déjà d'application juste avant le conflit).

À cause des difficultés rencontrées, la nature des sols, les travaux prirent plus de temps que prévu et la ligne ne fut pas inaugurée avant 1931[8].

Dans le cadre d'un ajustement des limites entre les réseaux de la Compagnie des chemins de fer de l'Est et de l'Administration des chemins de fer d'Alsace et de Lorraine, par une convention signée le entre le ministre des Travaux publics, la compagnie et l'administration, l'État attribue à la Compagnie des chemins de fer de l'Est la concession de la section de ligne entre l'ancienne frontière et Metz. Cette convention est approuvée par une loi le [10].

Exploitation

Caractéristiques

Exploitation

Vitesses limites

De (PK) À (PK) Limite (km/h)
Lérouville (PK 288,718) PK 292,632 140
PK 292,632 PK 316,178 160
PK 316,178 PK 323,160 140
PK 323,160 PK 338,938 (Bifurcation de Novéant) 120
PK 338,938 (Bifurcation de Novéant) Metz-Ville (PK 353,700) 125

Notes et références

  1. Arrêté préfectoral n° 2002-1880 du 22 juillet 2002, page 5 (classement des infrastructures de transports terrestres dans le département de la Meuse) arrêté
  2. ETCS : RFF prépare le réseau de demain
  3. « N° 12131 - Loi relative aux chemins de fer de Tours à Nantes et de Paris à Strasbourg : 19 juillet 1845 », Bulletin des lois du Royaume de France, Paris, Imprimerie Royale, série IX, vol. 31, no 1226, , p. 329 - 368 (lire en ligne).
  4. « N° 12424 - Ordonnance du roi qui approuve l'adjudication, passée le 25 novembre 1845, pour la concession du chemin de fer de Paris à Strasbourg : 27 novembre 1845 », Bulletin des lois du Royaume de France, Paris, Imprimerie Royale, série IX, vol. 31, no 1259, , p. 1092 - 1094 (lire en ligne).
  5. « N° 20167 - Ordonnance du roi portant autorisation de la société anonyme formée à Paris sous la dénomination de compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg : 17 décembre 1845 », Bulletin des lois du Royaume de France, Paris, Imprimerie Royale, série IX, vol. 28 « Partie supplémentaire », no 818, , p. 761 - 776.
  6. Gares et Tortillards de Lorraine, Jean-Marc Dupuy
  7. « N° 2118 - Loi qui déclare d'utilité publique l'établissement de nouvelles lignes de chemin de fer concédées à la Compagnie de l'Est, et approuve une convention passée avec cette compagnie : 17 juin 1873 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 6, no 139, , p. 813 - 818 (lire en ligne).
  8. La ligne de Lérouville à Metz L. Gallois, Annales de Géographie année 1931 no 227 p. 573-576
  9. « Loi déclarant d'utilité publique les lignes de Lérouville à Noévant et de Chaligny à Blainville et approuvant une convention passée avec la Compagnie de l'Est pour la concession de diverses lignes : 28 février 1923 », Journal officiel de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, no 60, , p. 2031 - 2032 (lire en ligne).
  10. « Loi approuvant une convention relative à la fixation de nouvelles limites entre les réseaux de l'Est et d'Alsace et de Lorraine : 8 juillet 1933 », Journal officiel de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, no 171, , p. 7672 - 7673 (lire en ligne).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du chemin de fer
  • Portail de Metz
  • Portail de la Lorraine
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.