Ligne de Mohon à Thionville

La ligne de Mohon à Thionville est une ligne ferroviaire française à écartement standard et à double voie. Elle constitue un maillon de l'ancienne relation voyageurs Calais - Bâle aujourd'hui disparue (dans la mesure où plus aucun train de voyageurs ne relie ces deux villes sans changement). Elle connaît une activité fret soutenue correspondant aux échanges entre le nord de la France (port de Dunkerque en particulier) et le bassin industriel lorrain.

Ligne de
Mohon à Thionville

La ligne entre le pont sur la Thonne et le tunnel de Montmédy
Pays France
Villes desservies Sedan, Longuyon, Hayange
Historique
Mise en service 1858 1863
Électrification 1954 1955
Concessionnaires Ardennes et Oise (1853 1857)
Ardennes (1857 1864)
Est (1864 1937)
AL (Non concédée) (1933 1937)
SNCF (1938 1997)
RFF (1997 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 204 000
Longueur 137 km
Vitesse maximale
commerciale
100 - 120 km/h
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 25 kV – 50 Hz
Pente maximale 11,5 
Nombre de voies Double voie
Signalisation BAL
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF & divers nouveaux entrants
Trafic Voyageurs et fret
Schéma de la ligne

Elle constitue la ligne 204 000[1] du réseau ferré national.

Elle constituait une partie de la ligne 2 (Paris - Trilport - Reims - Charleville-Mézières - Longuyon - Longwy), ainsi que la ligne 7 (Longuyon - Thionville) dans l'ancienne numérotation SNCF des lignes de la région Est.

Histoire

La section de Mohon à Sedan fait partie d'un ensemble de lignes concédé pour 99 ans par une convention signée le entre le ministre des Travaux Publics et une société représentée par MM. le comte Siméon, le duc de Mouchy, le baron de Ladoucette, le député J. Riché, le baron Seillière. Cette convention est approuvée par décret impérial le lendemain[2].

La section de Sedan à Thionville est concédée à la Compagnie du chemin de fer des Ardennes et de l'Oise par une convention signée le entre le ministre des Travaux publics et la compagnie. Cette convention est approuvée par un décret à la même date[3]. Le , la Compagnie du chemin de fer des Ardennes et de l'Oise prend le nom de Compagnie du chemin de fer des Ardennes. Ce changement est approuvé par un décret impérial le suivant[4].

La Compagnie des chemins de fer des Ardennes est rachetée par la Compagnie des chemins de fer de l'Est selon les termes d'un traité signé le . Ce traité est approuvé par deux décrets impériaux le [5],[6]. Toutefois la convention ne prévoit que le rachat ne sera effectif que deux ans après la mise en service du réseau de la Compagnie des chemins de fer des Ardennes. Cette clause est modifiée selon les termes d'une convention signée le entre les deux compagnies, qui fixe la date de la fusion au . Cette convention est approuvée par un décret impérial le suivant[7].

Dans le cadre d'un ajustement des limites entre les réseaux de la Compagnie des chemins de fer de l'Est et de l'Administration des chemins de fer d'Alsace et de Lorraine, par une convention signée le entre le ministre des Travaux publics et les compagnies, l'État attribue à l'Administration des chemins de fer d'Alsace et de Lorraine la concession de la section de ligne entre l'ancienne frontière et Audun-le-Roman. Cette convention est approuvée par une loi le [8].

Chronologie

Le viaduc du chemin de fer à Pierrepont.

Chronologie des ouvertures[9]

Origine de la ligne


Électrification

La ligne est électrifiée en 25 kV - 50 Hz, les dates de mise sous tension sont les suivantes : de (Charleville-Mézières) à Mohon et Lumes, le (y compris raccordement de Charleville) ; de Lumes à Thionville, le (ainsi que la ligne de Montmédy à Écouviez et le raccordement de Montmédy) ; Raccordement d'Uckange, le ; Raccordement de Mohon, le .

Caractéristiques

Tracé

Le profil est moyen avec des déclivités maximum de 11,5 mm/m.

Équipement

Trois sous-stations 25 kV - 50 Hz assurent l'alimentation : Mohon, Chauvency et Thionville-Beauregard. Elle est équipée du block automatique lumineux (BAL), du contrôle de vitesse par balises (KVB) ainsi que de la radio sol-train (système GSM-R).

Vitesse limite

La vitesse des trains est limitée à 120 km/h de Mohon à Longuyon et à 100 km/h au-delà.

Exploitation

Cette ligne a connu un important trafic fret depuis les charbonnages du Nord vers les haut fourneaux de Lorraine. Ce trafic a largement diminué depuis le déclin de ces industries.

Notes et références

  1. Classement sonore des infrastructures de transport de la Moselle page 19 Arrêté
  2. « N° 758 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 19 juillet 1853, pour la concession du chemin de fer de Reims à Mezières et Charleville, avec embranchement sur Sedan, et du chemin de fer de Creil à Beauvais : 20 juillet 1853 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 2, no 85, , p. 355 - 378 (lire en ligne).
  3. « N° 4807 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 10 juin 1857, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer des Ardennes et de l'Oise : 10 juin 1857 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 10, no 523, , p. 364 - 389.
  4. « N° 6189 - Décret impérial qui autorise la Compagnie des chemins de fer des Ardennes et de l'Oise à prendre la dénomination de Compagnie des chemins de fer des Ardennes : 28 juillet 1857 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 10 « Partie supplémentaire », no 400, , p. 128 - 139.
  5. « N° 6707 - Décret impérial qui approuve la convention passée, les 24 juillet 1858 et 11 juin 1859, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de l'Est : 11 juin 1859 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 14, no 709, , p. 59 - 87.
  6. « N° 6708 - Décret impérial qui approuve la convention passée, les 24 juillet 1858 et 11 juin 1859, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer des Ardennes : 11 juin 1859 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 14, no 709, , p. 87 - 93.
  7. « N° 11549 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 1er mai 1863, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de l'Est : 11 juin 1863 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 22, no 1141, , p. 138 - 146 (lire en ligne).
  8. « Loi approuvant une convention relative à la fixation de nouvelles limites entre les réseaux de l'Est et d'Alsace et de Lorraine : 8 juillet 1933 », Journal officiel de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, no 171, , p. 7672 - 7673 (lire en ligne).
  9. Pascal Dumont - Olivier Geerinck, Sur les rails d'Ardennes et de Gaume, éditions de Borée, (ISBN 9782844942692) p. 63 extrait en ligne (consulté le 14 juillet 2010).

Voir aussi

Articles connexes

  • Portail du chemin de fer
  • Portail de la Lorraine
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.