Ligne de Saint-Cyr à Surdon

La ligne de Saint-Cyr à Surdon est une ligne du réseau ferré national français à écartement standard et double voie. Elle est empruntée par les trains de la relation de Paris-Montparnasse à Granville et par ceux de la ligne N du Transilien de la branche de Paris à Dreux.

Ligne de
Saint-Cyr à Surdon

Carte de la ligne

La ligne à La Queue-les-Yvelines, au PK 46,398 (PN n° 15).
Pays France
Villes desservies Dreux
Historique
Mise en service 1858 1867
Électrification 1972 1984
Concessionnaires Ouest (1855 1908)
État (Non concédée) (1909 1937)
SNCF (1938 1997)
RFF (1997 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 395 000
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 1500 V continu
de Saint-Cyr à Plaisir
25 kV – 50 Hz
de Plaisir à Dreux
Nombre de voies Double voie
Signalisation BAL jusqu'à Dreux,
BAPR de Dreux à Surdon
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic de Paris à Dreux
Grandes lignes
Fret SNCF
Schéma de la ligne

Histoire

Cette liaison a été mise en service en plusieurs étapes[1].

Date d'ouverture Destinations Observations
Saint-Cyr à Dreux Embranchement de la ligne de Paris-Montparnasse à Brest
Dreux à L'Aigle
L'Aigle à Surdon Raccordement à la ligne du Mans à Mézidon

Les et est signé une convention entre le ministre des Travaux publics et les compagnies des chemins de fer de Paris à Saint-Germain, de Paris à Rouen, de Rouen au Havre, de l'Ouest, de Paris à Caen et à Cherbourg. Cette convention organise la fusion de ces compagnies au sein de la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest. En outre, elle concède à titre définitif à la compagnie « un embranchement sur la ligne de Mézidon au Mans, à partir d'un point soit de la ligne de Paris à Caen, soit de la ligne de l'Ouest[2] ». Cette convention est approuvée par décret impérial le [3].

Créant une nouvelle liaison entre les chemins de fer de Paris à Rennes au sud et de Paris à Cherbourg au nord, elle dessert le sud agricole de la Normandie, restée jusqu'alors à l'écart des dessertes ferroviaires. La ligne traverse une région relativement vallonnée, formée de plateaux calcaires entaillés par des rivières. La traversée de ses vallées successives confère à la ligne un profil en dents de scie. En 1860, les travaux sont lancés en plusieurs points ; ils sont ralentis en 1862 par l'étude de la traversée difficile de la ville de L'Aigle, étalée dans la vallée de la Risle. La ligne atteint Dreux en , puis L'Aigle en et enfin Surdon en . Une seconde ligne d'Argentan à Granville par Flers et Vire, concédée par le même décret du , complète la précédente.

Bifurcation de Bois-Gazé à Saint-Cyr-l'École, à gauche vers la gare de Saint-Cyr, à droite (pour les trains de fret seulement) vers la gare de Saint-Quentin-en-Yvelines.
La ligne à Méré, au passage à niveau n° 13 (PK 43,548).

Le premier tronçon de Saint-Cyr à Dreux (59 kilomètres) est mis en service le . Quatre services quotidiens assurent la liaison avec Paris en deux heures quarante minutes[4]. Au départ de Saint-Cyr-l'École, le tracé est établi sur d'importants remblais de 146 000 et 216 000 m3, sur une longueur de six kilomètres, puis se rapproche de la vallée de la Mauldre. Il traverse plus loin la vallée de la Vesgre par un remblai de 224 000 m3 et de quinze mètres de hauteur. Peu avant Dreux, la ligne franchit la vallée de l'Eure à Cherisy par un viaduc en maçonnerie de dix-sept mètres de haut, formé de cinq arches de quinze mètres d'ouverture, prolongé par un remblai de quatorze à quinze mètres de haut et constitué de 278 000 m3 de terre[4].

Le second tronçon de la ligne relie Dreux à L'Aigle, distantes de soixante kilomètres. Après Dreux, la ligne se poursuit, sans sinuosités notables mais avec un profil accidenté, sur le plateau calcaire argileux. Elle coupe les vallées de l'Avre, de l'Iton puis de la Risle (ou Rille). Les travaux, démarrés en 1862, rencontrent quelques difficultés, avec une suspension de plusieurs mois à la suite d'un désaccord sur la dimension à donner à deux ouvrages franchissant des chemins vicinaux, et sont ralentis par des retards de mise à disposition des terrains, les propriétaires en interdisant l'accès avant les décisions du jury d'expropriation. L'édification des bâtiments des stations débute en 1864. Le tronçon est mis en service le  : quatre omnibus quotidiens atteignent L'Aigle en quatre heures quinze minutes[5].

Le troisième tronçon relie L'Aigle à Surdon, sur quarante-et-un kilomètres. Il côtoie et traverse plusieurs fois la Risle, franchit le faîte des Authieux par des tranchées et descend vers la vallée de l'Orne. La ligne approche le village de Surdon, et se joint trois kilomètres plus loin à la ligne du Mans à Mézidon, où une gare de correspondance est prévue, sans ouverture au service voyageurs. Les travaux de terrassements ainsi que les ouvrages d'art sont adjugés dès et sont rapidement engagés. Mais leur avancée est là encore perturbée par des retards dans la mise à disposition des terrains. Ces travaux s'achèvent en 1866 et la pose des voies ainsi que la construction des gares est engagée[6]. Ce tronçon est ouvert le  : les trains en provenance de Paris-Montparnasse atteignent Argentan au bout d'un voyage de 197 kilomètres durant six heures environ.

La ligne connaît une rapide hausse de fréquentation, en particulier grâce aux correspondances assurées vers Le Mans et Mézidon, trafic en partie gagné sur les lignes de Paris-Montparnasse à Brest et de Mantes-la-Jolie à Cherbourg. Dès 1868, ce trafic nécessite l'agrandissement des gares de marchandises et des dépôts des machines. Du au , la Compagnie dépense 58 millions de francs à la construction de la ligne[6]. L'ouverture de la ligne d'Argentan à Granville par étapes entre 1866 et 1870 permet aux trains de relier Paris à Granville en passant par la ligne de Saint-Cyr à Surdon.

La ligne de la Belle Époque à nos jours

Les caténaires 25 kV 50 Hz, à Méré.

Le déclenchement de la guerre franco-prussienne de 1870 perturbe rapidement la ligne : dès le , le service est interrompu entre Saint-Cyr et Dreux, puis entre Saint-Cyr et Nonancourt le 21 et sur toute la ligne enfin le . Les circulations reprennent progressivement[7].

L'électrification a été réalisée en :

Caractéristiques

Tracé

Profil

Le train nettoyeur de voie au travail, au passage à niveau n°7.
La ligne à Saint-Germain-de-la-Grange, au passage à niveau n° 7.

Équipement

La liaison, à double voie sur la totalité du parcours lors de sa construction, est électrifiée par caténaire et alimentée en courant continu (1500 volts) de Saint-Cyr à Plaisir - Grignon et en courant alternatif 25 kV 50 Hz de Plaisir - Grignon à Dreux. En matière de signalisation, la liaison est équipée du block automatique lumineux (BAL) de Saint-Cyr à Dreux ainsi que du block automatique à permissivité restreinte (BAPR) de Dreux à Surdon.

Vitesses limites

Les vitesses limites de la ligne en 2012 pour les autorails X 72500, les trains V 160 ainsi que les automotrices de type Z 2N (jusqu'à Dreux), en sens impair, sont indiquées dans le tableau ci-dessous ; toutefois, les trains de certaines catégories, comme les trains de marchandises, sont soumis à des vitesses limites plus faibles[8].

De À Limite X 72500 Limite V 160
Saint-Cyr (bif. de Bois Gazé) Dreux 140 140
Dreux Pancarte km 88,0 130 120
Pancarte km 88,0 Pancarte km 97,3 140 130
Pancarte km 97,3 Verneuil-sur-Avre 150 140
Verneuil-sur-Avre L'Aigle 160 160
L'Aigle Pancarte km 168,4 160 150
Pancarte km 168,4 Surdon 160 140

La ligne est équipée du contrôle de vitesse par balises (KVB) sur son intégralité[9].

Desserte

Tableau des gares et des services les desservant
Gare Département Localisation km Services
Saint-CyrYvelines (78)48° 47′ 56″ nord, 2° 04′ 25″ est 21Ligne N du Transilien, ligne U du Transilien et ligne C du RER
Fontenay-le-FleuryYvelines (78)48° 48′ 27″ nord, 2° 02′ 27″ est 24Ligne N du Transilien
Villepreux - Les ClayesYvelines (78)48° 49′ 26″ nord, 1° 59′ 34″ est 28Ligne N du Transilien
Plaisir - Les ClayesYvelines (78)48° 49′ 51″ nord, 1° 57′ 36″ est 31Ligne N du Transilien
Plaisir - GrignonYvelines (78)48° 49′ 55″ nord, 1° 56′ 36″ est 32Ligne N du Transilien
Villiers - Neauphle - PontchartrainYvelines (78)48° 48′ 55″ nord, 1° 52′ 38″ est 39Ligne N du Transilien
Montfort–l'Amaury - MéréYvelines (78)48° 48′ 09″ nord, 1° 48′ 56″ est 44Ligne N du Transilien
Garancières - La QueueYvelines (78)48° 48′ 38″ nord, 1° 45′ 53″ est 48Ligne N du Transilien
Orgerus - BéhoustYvelines (78)48° 49′ 36″ nord, 1° 42′ 11″ est 53Ligne N du Transilien
Tacoignières - RichebourgYvelines (78)48° 49′ 46″ nord, 1° 40′ 08″ est 56Ligne N du Transilien
HoudanYvelines (78)48° 47′ 45″ nord, 1° 36′ 10″ est 62Ligne N du Transilien
Marchezais - BrouéEure-et-Loir (28)48° 46′ 06″ nord, 1° 30′ 49″ est 69Ligne N du Transilien
DreuxEure-et-Loir (28)48° 43′ 53″ nord, 1° 22′ 13″ est 81Intercités Normandie, TER Normandie,
Ligne N du Transilien
Saint-Germain - Saint-RémyEure (27)48° 45′ 33″ nord, 1° 15′ 23″ est 90La gare n'est plus desservie
NonancourtEure (27)48° 46′ 33″ nord, 1° 11′ 35″ est 96TER Normandie
TillièresEure (27)48° 45′ 39″ nord, 1° 03′ 16″ est 105La gare n'est plus desservie
Verneuil-sur-AvreEure (27)48° 44′ 34″ nord, 0° 55′ 45″ est 117Intercités Normandie, TER Normandie
BourthEure (27)48° 45′ 57″ nord, 0° 48′ 17″ est 126La gare n'est plus desservie (depuis 2016)
L'AigleOrne (61)48° 45′ 59″ nord, 0° 37′ 12″ est 141Intercités Normandie, TER Normandie
Rai - AubeOrne (61)48° 44′ 37″ nord, 0° 33′ 11″ est 146La gare n'est plus desservie (substitution routière à la demande)
Sainte-GauburgeOrne (61)48° 43′ 02″ nord, 0° 25′ 45″ est 156TER Normandie
Le MerleraultOrne (61)48° 42′ 08″ nord, 0° 17′ 00″ est 167TER Normandie
Nonant-le-PinOrne (61)48° 42′ 14″ nord, 0° 13′ 11″ est 172La gare n'est plus desservie (substitution routière à la demande)
SurdonOrne (61)48° 39′ 53″ nord, 0° 08′ 04″ est 182Intercités Normandie, TER Pays de la Loire, TER Normandie

À la suite de la mise sur route du trafic TER, certaines gares énumérées dans le schéma de ligne ne sont plus desservies par des trains de voyageurs en service normal. Les gares ci-dessous ne sont plus desservies par des trains, mais peuvent être desservies par des autocars TER, ou bien par un service de transport à la demande.

Notes et références

  1. Histoire chronologique des chemins de fer européens et russes.
  2. « Convention relative à la fusion des chemins de fer normands et bretons », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 5, no 292, , p. 818 - 828 (lire en ligne).
  3. « N° 2877 - Décret impérial qui approuve la convention passée, les 2 février et 6 avril 1855, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et les Compagnies du chemin de fer de Paris à Saint-Germain, de Paris à Rouen, etc : 7 avril 1855 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 6, no 313, , p. 57 - 58 (lire en ligne).
  4. François et Maguy Palau, Le rail en France - Tome III, 1864 - 1870, p. 12.
  5. Ibid., p. 83.
  6. Ibid. p. 118.
  7. Ibid., p. 211.
  8. Renseignements techniques SNCF/RFF - RT 3401 Paris-Montparnasse à Dreux et Mantes-la-Jolie et RT 3403 Dreux - Argentan
  9. « Lignes équipées de KVB : ligne 395000 », sur le site SNCF Open Data, consulté le 5 février 2019.

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • François et Maguy Palau, Le rail en France - Tome III, 1864 - 1870, 2004, 239 p. (ISBN 9782950942135).
  • Bruno Carrière, Les trains de banlieue, tome I, Éd. La Vie du Rail, 1997, 303 p. (ISBN 2902808666).
  • Bernard Collardey, Les trains de banlieue, tome II, Éd. La Vie du Rail, 1999, 335 p. (ISBN 2902808763).

Liens externes

  • Portail du chemin de fer
  • Portail des transports en Île-de-France
  • Portail de l’Orne
  • Portail d’Eure-et-Loir
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.