Lionel Barbe

Lionel Barbe est un universitaire français né en 1974.

Pour les articles homonymes, voir Barbe.
Lionel Barbe
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Œuvres principales
Wikipédia, objet scientifique non identifié (d)

Il est maître de conférences en sciences de l'information et de la communication à l'université Paris Nanterre depuis 2009.

Biographie

Il fait une maîtrise en géographie à Paris 1 (1999), obtient un DESS en communication et multimédia à Paris 2 en 2001 ; il soutient en 2005 une thèse de doctorat à l'Institut français de presse, intitulée «Internet, du média à l'individu média : enjeux socio-économiques de la presse en ligne, le cas français comparé aux cas européen et américain»[1], sous la direction de Francis Balle. En 2007-2009, il est ATER à l'université Lille III[2], puis, en 2009, il devient maître de conférences en sciences de l'information et de la communication à l'université Paris Nanterre[3]. Il est membre du laboratoire de recherche Dicen-Idf (EA 7339)[4].

Activités de recherche et d'enseignement

Ses activités de recherche concernent essentiellement les modèles d'édition collaboratifs sur le Web et leur impact sur les informations d'actualité et les connaissances[5].

Depuis 2003, il étudie les médias participatifs et en particulier Wikipédia (site auquel il participe par ailleurs[6]) ; il a notamment mis en avant la prépondérance des gros contributeurs sur l'encyclopédie libre[7],[8]. Il a également étudié les usages de Facebook au début de son extension en France[9],[10] et leurs conséquences sur les liens sociaux[11]. Il s'est aussi intéressé à la typologie des utilisateurs sur les médias dits « citoyens », notamment Agoravox[12].

En 2012 et 2013, il a piloté le projet WEUSC (Wikipédia, évaluation et usages des savoirs collaboratifs) à l'Institut des sciences de la communication du CNRS[13]. Ce projet a donné lieu, le , à l'organisation de la journée WOSNI (Wikipédia, objet scientifique non identifié)[14], qui a réuni une quinzaine de chercheurs de différentes disciplines autour de trois thèmes : la place et le statut des experts dans Wikipédia, la gouvernance et Wikipédia, les corpus et terrains d'étude. Un ouvrage est publié en , sous la direction de Lionel Barbe, Louise Merzeau et Valérie Schafer, dans la collection « Intelligences numériques » dirigée par Lionel Barbe et Louise Merzeau[15].

Il milite pour une meilleure compréhension de la culture collaborative par les enseignants et les chercheurs et pour un investissement plus important des experts dans l'encyclopédie libre[16]. Son atelier expérimental à l’université Paris Ouest Nanterre veut s'inscrire dans une vision de l’enseignement qui fait du pédagogue moins un transmetteur de connaissances qu'un médiateur, dans un apprentissage dont le recours à Wikipédia peut être un moyen[17].

Publications

Direction d'ouvrage

Articles

  • « Mutations des frontières de la connaissance à l'heure du Web 2.0 », Hermès, no 63, Murs et frontières, CNRS éditions, 2012, p. 169-174, [lire en ligne].
  • Avec Michel Arnaud, « Peut-on apprendre avec des nuages ? », Documentaliste - Sciences de l'information, no 47, Présence numérique, ADBS éditions, 2010, p. 56-67.
  • « Wikipedia, un trouble-fête de l'édition scientifique », Hermès, no 57, Sciences.com, CNRS éditions, 2010, p. 69-75 [PDF] .
  • « Experts, professionnels et profanes : Jeux d'acteurs dans la co-construction des informations et savoirs sur le Web participatif et collaboratif », actes de la conférence internationale ISKO 2009, Lyon, éd. Université Jean-Moulin Lyon 3/Enssib.
  • Avec Éric Delcroix, « Émergence et appropriation des dispositifs socio-techniques : Le cas de Facebook, vers des communautés de pratiques », Sciences de la société, no 75, 2008, p. 115-125.
  • « Wikipedia et Agoravox : Des nouveaux modèles éditoriaux ? », Document numérique et société : Actes de la conférence DocSoc, ADBS éditions, 2006, p. 171-184 [PDF] .
  • Un enjeu de société, avec Michel Arnaud, Milad Doueihi, Emmanuel Kessous, Antoinette Rouvroy, Hélène Legras & Michèle Rive, Revue Documentaliste, 2010, 47, no 1, 56.

Documents sonores

  • « La mise en commun du savoir sur internet » (consulté le 12 juin 2017), les nouvelles vagues, France Culture, émission du présentée par Marie Richeux
  • Digitalk, Wikipédia objet scientifique non identifié, avec Alexandre Hocquet, Alexandre Moatti et Valérie Schafer, entretien réalisé par Pierre-Louis Rolle, Radio Agora Nanterre, .
  • Wikipédia, la célèbre encyclopédie, Wikipédia objet scientifique non identifié, avec Valérie Schafer, Midi-magazine, par Claudine Castelnau, Fréquence protestante, .
  • « Wikipédia, chacun sait ce qui lui plait », La Méthode scientifique, sur France Culture, émission du présentée par Nicolas Martin.

Références

  1. Thèse, université Paris 2, notice Sudoc , consultée en ligne le 1er mars 2015.
  2. Cf. biographie dans « Émergence et appropriation des dispositifs socio-techniques : le cas de Facebook », Sciences de la société, n°75, 2008, p.115 .
  3. « Notice sur le site de l'université Paris Nanterre » (consulté le 13 juin 2017)
  4. Notice sur le site du laboratoire Dicen-Idf http://www.dicen-idf.org/statuts/tutelle_nanterre/?post_type=membre
  5. « M. LIONEL BARBE », UNIVERSITÉ PARIS NANTERRE (consulté le 25 juillet 2017)
  6. Isabelle Barré, « À hue et à (Wikipé)dia », Le Canard enchaîné, , p. 4.
  7. Guillaume Cazeaux, « Internet et la formation du citoyen », dans Gilles Rouet, Usages politiques des nouveaux médias, L'Harmattan, , p. 50
  8. Guillaume Cazeaux, Odyssée 2.0 : La démocratie dans la civilisation numérique, 2014, Armand Colin, passage en ligne.
  9. Viviane Couzinet et Stéphane Chaudiron, « Organisation des connaissances : aspects sociaux et changements liés au numérique », Sciences de la société, Presses universitaires du Midi, , p. 3-9 (lire en ligne [PDF]).
  10. Alban Martin et Eric Delcroix, Facebook, on s'y retrouve, 2008, Pearson, p. 10-11.
  11. Sihem Najar, Les nouvelles sociabilités du Net en Méditerranée, 2012, Karthala, p. 18
  12. Frank Rebillard, Le Web 2.0 en perspective : une analyse socio-économique de l'internet, 2007, L'Harmattan, p. 51.
  13. Page du projet WEUSC sur le site de l'ISCC.
  14. « Wikipédia, objet scientifique non identifié », (consulté le 26 juillet 2017)
  15. François Mairesse, « Wikipédia ou le paradoxe du muséologue », La Lettre de l’OCIM. Musées, Patrimoine et Culture scientifiques et techniques, no 169, , p. 33–35 (ISSN 0994-1908, DOI 10.4000/ocim.1738, lire en ligne, consulté le 12 juin 2017).
  16. David Larousserie, « Wikipédia, « un objet scientifique non identifié » », Le Monde, (consulté le 14 janvier 2016)
  17. Emanuela Chiriac, « Wikipédia, la chimère du savoir libre », Documentation et bibliothèques, vol. 61, no 4, , p. 159-166 (ISSN 0315-2340 et 2291-8949, DOI 10.7202/1033436ar, lire en ligne, consulté le 12 juin 2017), § 20.

Liens externes


  • Portail de la France
  • Portail d’Internet
  • Sciences de l’information et bibliothèques
  • Portail de Wikimedia
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.