Liste des clos de Paris

Sous Philippe Auguste, il existait à Paris de nombreux clos ou enclos, qui étaient des propriétés caractérisées par le mur qui les ceignait. Dans les clos se trouvaient le plus souvent quelques bâtiments et un jardin ou des champs. Ils étaient particulièrement nombreux rive gauche, comme en attestent les plans de l'époque.

Plan de Paris Truchet et Hoyaux dit Plan de Bâle , 1553

Liste

Rive droite de la Seine

Rive gauche de la Seine

  • Clos des Métairies, voir clos des Poteries
  • Clos Saint-Étienne-des-Grès : contigu à l'église Saint-Étienne-des-Grès et au clos de Sainte-Geneviève. Le pressoir du Roi était situé près de ce clos.
  • Clos de Saint-Germain-des-Prés, voir ci-dessus clos des abbayes
  • Clos Saint-Médard
  • Clos Saint-Marcel
  • Clos Saint-Sulpice : il s'étendait sur une partie de l'emplacement du jardin du Luxembourg
  • Clos Saint-Symphorien : planté de vignes et compris entre les rues des Cholets (anciennement « rue Saint-Symphorien-des-Vignes »), de Reims, de l'Arbalète et de Saint-Étienne-des-Prés
  • Clos Saint-Victor : outre le clos contenant les édifices abbatiales (voir clos des abbayes ci-dessus), il existait un clos Saint-Victor, compris entre les rues du Saint-Victor, Rollin, des Boulangers, et le clos des Arènes
  • Clos de Sainte-Geneviève : voir clos des abbayes ci-dessus
  • Clos Tyron : appartenant à l'abbé du monastère de Tiron ; compris entre les rues du Cardinal-Lemoine et des Boulangers
  • Clos Vignerai : il occupait une autre partie du jardin du Luxembourg et de l'enclos des Chartreux
  • Clos des Vignes, ou Courtille : appartenant à l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés et s'étendait depuis la rue des Saints-Pères jusqu'aux rues Saint-Benoît et de l'Égout
  • Clos des Poteries ou des Métairies : clos planté de vignes situé vers le faubourg Saint-Marceau et auquel menait la « rue des Poteries » citée en 1540 dans le terrier du roi. Elle fut ultérieurement nommée rue des Postes (actuellement rue Lhomond).
    A l'emplacement de ce clos fut ouverte la « rue Saint-Étienne », attestée en 1603, appelée aussi « rue Neuve-Saint-Étienne ». Rebaptisée ensuite « rue des Vignes » elle fut fermée et transformée en impasse sous la dénomination « cul-de-sac des Vignes » et finalement absorbée par l'actuelle rue Rataud.
  • Clos Payen : clos de grande étendue ayant appartenu à un particulier nommé Payen qui y possédait une maison et laissa son nom à la « rue Payen » par laquelle on accédait à la propriété en longeant sa limite nord-ouest. Cette rue prit en 1636 le nom de « rue de la Barrière » (actuelle rue du Champ-de-l'Alouette) en raison de la clôture qui la longeait. De là, le clos s'étendait vers le sud (Petit-Gentilly) entre le « chemin de Gentilly » (rue de la Glacière) à l'ouest et la rive gauche de la Bièvre (rue Paul-Gervais) à l'est. Il se situerait de nos jours de part et d'autre du Boulevard Auguste Blanqui.
  • Faubourg Saint-Jacques

Notes, sources et références

Les ouvrages cités en bibliographie

  1. Pascal Etienne, Le Faubourg Poissonnière. Architecture, élégance et décor, Paris, Délégation à l'Action artistique de la Ville de Paris, , 312 p., p. 13
  2. Plan des maisons cours, jardins, marais et autres héritages de la censive de Sainte-Opportune
  3. Adrien Friedmann, Paris, ses rues, ses paroisses du Moyen Âge à la Révolution., Plon, , 439 p., p. 151
  4. Histoire physique, civile et morale de Paris, Volume 1 de Jacques-Antoine Dulaure page 144
  5. Jaillot : Recherches critiques, historiques et topographiques sur la ville de Paris, t. IV, Quartier Saint-Benoît, pp. 60-61 (voir en ligne)

Articles connexes

Bibliographie

  • Jacques-Antoine Dulaure, Histoire physique, civile et morale de Paris depuis les premiers temps historiques jusqu'à nos jours, Paris, Guillaume et compagnie, libraires, , 4e éd. (1re éd. 1821-1822), 10 tomes et un atlas (notice BnF no FRBNF36394803) ; [lire en ligne sur Gallica : tome I, II, III, IV, V, VI, VII, VIII, IX, X et Atlas.]
  • Alfred Bonnardot, Études archéologiques sur les anciens plans de Paris des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Deflorenne, , 253 p. (notice BnF no FRBNF31840479, lire en ligne)
    Réédité en fac-simile accompagné d'une avec une introduction et un complément bibliographique par Michel Fleury à l'occasion de l'exposition : Plans de Paris du XVIe et XVIIIe siècles, présentée à la bibliothèque historique de la ville de Paris du 14 juin au 25 septembre 1994, et du colloque organisé par le Centre d'étude et de recherches sur Paris et l'Île-de-France (CREPIF), la bibliothèque historique et la Commission du Vieux Paris, tenu le 14 juin 1994. (ISBN 2-906869-60-0 et 978-2-906869-60-8) (OCLC 466674944) (notice BnF no FRBNF40580557).
  • Adolphe Berty, H Legrand, Lazare-Maurice Tisserand, Théodore Vacquer et Camille Platon, Topographie historique du vieux Paris, Paris, imprimerie impériale, coll. « Histoire générale de Paris », , 6 volumes (OCLC 3835195)
  • Henri Gourdon de Genouillac, « Clos et Courtines », dans Henri Gourdon de Genouillac, sur un plan de Henri Martin, Paris à travers les âges : histoire nationale de Paris et des Parisiens depuis la fondation de Lutèce jusqu'à nos jours, t. 1, Paris, F. Roy, 1879-1882, 5 tomes in-quarto (OCLC 421816466, lire en ligne), p. 81 sqq.
  • Charles Lefeuve, Les anciennes maisons de Paris : Histoire de Paris rue par rue, maison par maison, Paris, C. Reinwald, , 5e éd., 5 tomes in-duodecimo (OCLC 645350313, notice BnF no FRBNF36580900) [lire en ligne tome 1, t. 2, t. 3, t. 4 et t. 5 sur gallica.]
  • Henri Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris, Charles Moette et Jacques Chardon, , 3 tomes (OCLC 465900865, notice BnF no FRBNF36394777) [lire en ligne.]
  • Portail du Moyen Âge
  • Portail de Paris
  • Portail du royaume de France
  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.