Liste des commanderies templières en Castille-et-León

Cette liste recense les anciennes commanderies et maisons de l'Ordre du Temple dans l'actuelle communauté autonome de Castille-et-León.

Histoire et faits marquants

Les royaumes de la péninsule ibérique au début du XIIIe siècle

Cette communauté autonome correspond en grande partie aux anciens royaumes de Castille et de León tels qu'ils étaient au début du XIIIe siècle et l'ensemble des commanderies constituait une province aux ordres d'un maître[1], province qui fut réunie vers 1220 avec celle du Portugal[2]. La Cantabrie, la principauté des Asturies ainsi que la communauté de Madrid faisaient également partie de cette province tout comme la province de Tolède. Le règne de Ferdinand III de Castille marquera l'expansion de ces royaumes et de cette province des templiers (Castille, León et Portugal) vers le sud avec notamment la reconquête des territoires correspondant à l'Estrémadure (Voir la liste en Estrémadure).

Les templiers sont mentionnés à partir de 1146 mais leur relation avec Alphonse VII de León et Castille était conflictuelle. Au début du XIVe siècle, le procès de l'ordre du Temple entraina leur disparition mais les templiers de cette province furent déclarés innocents[3].

On fait état de vingt sept châteaux en Castille-et-León[4] qui auraient appartenu aux templiers mais ils ne furent pas tous des commanderies.

Trois de ces commanderies se trouvaient sur la route du chemin français du Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.


Commanderies

Commanderie Ville actuelle (ou à proximité) Observations
Alba de AlisteCastillo de Alba (es)[5],[6]
AlcañicesAlcañices[7]
Château d'Alcañices (es) (1211) + droit de martiniega (es) sur la ville (1255)[N 1]
BenaventeBenavente[8]
Baillie de Benavente et Tábara
Château de Benavente (es)[9]
CarbajalesCarbajales de Alba[10]
1310: in bayliuas de Tauara et de Carvalhaaes
CeinosCeinos de Campos(la): Domus Templi de Cephinis[11]
Église Sainte-Marie du Temple (en)
Garsias Romeu, comendator in Cephinis (1168)
Commanderie de Ceinos (1296)[12]
Bayliue de Safines (1310)
Ciudad RodrigoCiudad RodrigoDominico Petri, commendatore, fratre Templi ; (1218)[13]
Bayliva de Cidade (1310)[14]
Église Santa María del Templo[N 2]
MayorgaMayorga[15]
Medina del CampoMedina del Campo[16]
PonferradaPonferrada[17]
1197[18]
SalamanqueSalamanqueBayliue de Salamanca (1310)[14]
San Juan de OteroInconnuDeux thèses s'opposent:
* Soit l'ermitage de San Bartolomé (es) à Ucero
* Soit les ruines au sud est de Tozalmoro (es) qui paraissent correspondre au site de la Villa Sica reçue en 1146
San Pedro de Latarce (es)San Pedro de Latarce[19]
TábaraTábara[6]
VillalpandoVillalpando[20]
VillapalmazToral de los Guzmanes[20]
VillasirgaVillalcázar de Sirga[21] ,[22]
ZamoraZamora[8]
Baillie
Localisation en Castille-et-León
(Liens vers les articles correspondants)
Asturies
Alba.
Alcañices
Benavente
Carbajales
-Ceinos
Ciudad Rodrigo
Mayorga
Medina del Campo
Salamanque
S. Juan de Otero
S. Pedro de latarce
Tábara
-Villalpando
Villapalmaz
Villasirga
Zamora
Frandovínez
Yanguas

Autres biens

Possessions douteuses ou à vérifier

Notes et références

  1. Impôt cédé en 1255 y compris sur Aliste par Alphonse X en échange de la commanderie de Betanzos en Galice.
  2. Document conservé aux archives du Vatican: Vers 1370, inventaire de l'évêché qui mentionne l'église Sancta Maria Templariorum à Ciudad Rodrigo. Il ne s'agit pas de la cathédrale Sainte-Marie. Voir aussi la rue du Temple (calle del Templo) dans l'enceinte médiévale et à proximité du château.
  3. Le 5 février 1342, Alphonse XI de Castille fait don au monastère de Las Huelgas Reales de Valladolid (es) de ce qui appartenait au Temple à Duruelo, à savoir: « toda la heredad (domaine) que la dicha orden del Temple havía en Aduruelo , aldea (village) y termino (territoire) que es de Avila » (Martínez Díez 1993, p. 268-269).
  4. Ce n'est à priori ni Castrotierra de Valmadrigal ni Castrotierra de la Valduerna (es) car d'après Ana Rodríguez López tous ces châteaux se situaient dans une zone géographique entre León et Riaño.
  5. (la): « Castrum terra, Ferrera de Rianio, Almancia, Penna Ramir, Colle ». Ces châteaux ont été confiés à la garde des templiers par Alphonse IX de León[30] en 1194 et non donnés aux templiers, ce qui signifie la présence d'une garnison de soldats du Temple mais en aucun cas que les templiers ont été seigneurs du lieu. Il faudrait consulter Ricardo Martínez Ortega, « Algunos topónimos y sintaxis entre los Documentos Medievales del Reino de Galicia: Alfonso VII (1116-1157) » dans Nova et vetera: nuevos horizontes de la Filología latina, 2002, p. 517-524 pour identifier clairement ces châteaux.
  6. Villa Sica, toponyme disparu, se trouvait entre Soria et Almanar [Almenar de Soria] d'après la donation de 1146. Almanar ne pouvant pas être Almenar tel qu'indiqué par le marquis d'Albon dans son ouvrage. Quelques historiens locaux penchent pour Villaseca de Arciel mais la localisation au sud-est d'Almenar de Soria ne correspond pas à l'emplacement décrit dans la donation. La commanderie dite de san Juan de Otero aux environs de Soria se trouvait également près de cet endroit si on suit l'opinion de Martínez Díez. Ce dernier proposant les ruines situées entre Mazalvete (es), Peroniel del Campo (es) et Tozalmoro (es), , emplacement qui est à mi-chemin entre Soria et Almenar de Soria, Villa Sica et San Juan de Otero seraient alors un seul et même lieu.
  7. Sexmíro orthographié à l'époque Sesmiro fait aujourd'hui partie de Villar de Argañán mais dépendait au début du XIXe siècle de Sageras del Río, un village dépeuplé de l'actuelle municipalité de Saelices el Chico. Tout comme San felices el Chico, autre village dépeuplé.
  8. Le mont Matahijos se trouve à l'est de Saelices el Chico et au nord-ouest de Ciudad Rodrigo.
  1. Alain Demurger, Les Templiers, une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », (1re éd. 2005), 664 p., poche (ISBN 978-2-7578-1122-1)
  2. Damien Carraz (préf. Alain Demurger), L'Ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône (1124-1312) : Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Collection d'histoire et d'archéologie médiévales / 17 », (ISBN 978-2-7297-0781-1, lire en ligne), page 102
  3. Philippe Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule ibérique : les ordres militaires dans le royaume de Castille, 1252-1369, , 904 p. (lire en ligne), p. 576
  4. Martínez Díez 1993, p. 423-427
  5. Martínez Díez 1993, p. 101
  6. Josserand 2004, p. 506
  7. (es) Fidel Fita y Colomer, Actas inéditas de siete concilios españoles celebrados desde el año 1282 hasta el de 1314, (lire en ligne)
  8. (es) C. Pereira Martínez, « Panorámica de la Orden del Temple en la Corona de Galicia-Castilla-León », Criterios, res publica fulget: revista de pensamiento político y social, no 6, , p. 173-204 (lire en ligne)
  9. Martínez Díez 1993, p. 64,120-121
  10. Martínez Díez 1993, p. 100
  11. Martínez Díez 1993, p. 111
  12. (es) Boniface VIII, Documentos de Bonifacio VIII (1294-1303) referentes a España, Universidad de León, , 1067 p. (ISBN 978-8-4977-3281-9, présentation en ligne), p. 356-57(doc. 300,301)
  13. (es) B. Palacios Martín, Colección diplomática medieval de la Orden de Alcántara (1157?-1494), (présentation en ligne), p. 33-34, doc. 63
    Parmi les témoins, on trouve Pedro Alvarez, maître du Temple [des trois royaumes d'Espagne], le prieur de l'Hôpital et un frère du même ordre et ensuite Dominico Petri, commandeur des frères du Temple sans que la commanderie soit précisée. Comme ce document a été signé à Ciudad Rodrigo, on peut penser qu'il s'agit du même endroit.
  14. Martínez Díez 1993, p. 116
  15. Martínez Díez 1993, p. 89-94
  16. Martínez Díez 1993, p. 152
  17. Demurger 2008, p. 250
  18. Josserand 2004, p. 333
  19. Martínez Díez 1993, p. 159
  20. Martínez Díez 1993
  21. Josserand 2004, p. 159-162
  22. Philippe Josserand, « Le Temple et le culte marial : La commanderie de Villalcázar de Sirga », dans Patrick Boucheron, Jacques Chiffoleau, Religion et société urbaine au Moyen âge, Publications de la Sorbonne, , 567 p. (ISBN 978-2-8594-4392-4, lire en ligne), p. 313-331
  23. Martínez Díez 1993, p. 145
  24. Josserand 2004, p. 160,note 401
    15 mai 1307: « frey Gómez Patinno, comendador de Sancta María de Villasirga e de Valtadixa ».
  25. Martínez Díez 1993, p. 122, 139.
  26. Martínez Díez 1993, p. 148
  27. Martínez Díez 1993, p. 139,145
    Au moins quatre terres ou fermes vassales du Temple. À priori des censives
  28. Martínez-Díez 1993, p. 92.
  29. (en) Kyle C. Lincoln, « « Holding the Place of the lord Pope Celestine »: The Legations of Gregory, Cardinal-Deacon of Sant’Angelo (1192-4 / 1196-7) », Separata, vol. 23, , p. 487, note 77 (lire en ligne)
  30. (en) Carlos de Ayala Martinez, « Possessions and Incomes of the order of Calatrava in the kingdom of León in the Twelfth and Thirtheenth centuries », dans The Military Orders : Fighting for the Faith and Caring for the Sick, vol. I (présentation en ligne), p. 285 (note 9)
  31. (en) Malcom Barber et Keith Bate, The Templars : Selected sources, Manchester University Press, , 350 p. (présentation en ligne), p. 170-172 (doc. 43) ; Marquis d'Albon, Cartulaire général de l'ordre du Temple, 1119?-1150, , p. 257-58 (doc. 410), disponible sur Gallica
    « deseriam villam nomine Villam Siccam, existentem inter Soriam et Almanar ».
  32. (es) Ignacio Granado Hijelmo, Las instituciones nobiliarias riojanas : un capítulo de la historia institucional de La Rioja y el derecho nobiliario español, Ediciones Hidalguia, (présentation en ligne), p. 38
  33. L'historien local Pilar Ruiz Cacho indique qu'Àgreda aurait été une baillie de l'ordre dépendante de la commanderie de Novillas en précisant qu'il existe des preuves documentaires dont il ne donne pas le détail. Or on trouve également un commandeur hospitalier d'Almazán, Soria et Ágreda en 1243, cf. langue d'Espagne.
  34. Martínez Díez 1993, p. 92 ; Estepa 1975, p. 164
    À 25 km au nord d'Astorga. Mentionnée par Delaville le Roulx. Voir également Archives historiques nationales d'Espagne (es), OOMM, San Juan de Jerusalén, ind. 126, apeos de 1671, leg 14, num 2
  35. Martínez Díez 1993, p. 142
    Aucune preuve de la présence des templiers et celle des Hospitaliers n'est pas certaine.
  36. Martínez Díez 2001, p. 141-142
    L'auteur infirme l'hypothèse que San Polo ait pu être une commanderie de l'ordre du Temple.

Voir aussi

Bibliographie

  • (es) Carlos Barquero Goñi, « El conflicto por los bienes templarios en Castilla y la Orden de San Juan », En la España Medieval, Universidad Complutense Madrid, no 16, , p. 37-54 (ISSN 0214-3038, lire en ligne)
  • (es) Gonzalo Martínez Díez, Los Templarios en la Corona de Castilla, La Olmeda, , 320 p.
  • (es) Carlos Pereira Martínez, « Los Maestres de la Orden del Temple en los Reinos de Galicia, León y Castilla », Revista V Feira Franca Medieval, (lire en ligne)
  • (es) Carlos Pereira Martínez, « Panorámica de la orden del Temple en la corona de Galicia-Castilla-León », Criterios, Fundación IEPS, no 6, (lire en ligne[archive du ])
  • Philippe Josserand, « Entre Orient et Occident : L'ordre du Temple dans le contexte castillan du règne d'Alphonse X », Alcanate : revista de estudios alfonsíes., vol. 2, 2000-2001, p. 131-150 (lire en ligne)
  • Philippe Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule ibérique : les ordres militaires dans le royaume de Castille, 1252-1369, Casa de Velázquez, , 912 p. (ISBN 978-8-4955-5572-4, présentation en ligne)
  • Philippe Josserand, « Et succurere Terre sancte pro posse : Les Templiers castillans et la défense de l’Orient latin au tournant des XIIIe et XIVe siècles », Cahiers de recherches médiévales, no 15, , p. 217-235 (lire en ligne)
  • (es) Carlos Estepa, « La dissolución de la orden del Temple en Castilla y León », Cuardenos de Historia, vol. 6, , p. 121-186 (présentation en ligne)
  • (es) José Antonio Fernândez Flôrez, « El Becerro de Presentaciones. Codice 13 del Archivo de la Catedral de Léon. Un parroquial leonés de los siglos XIII- XV », León y su Historia. V. Miscelánea Histórica, (ISBN 84-00-05737-6)
    Martínez Díez 1993, p. 92-93 y a relevé toutes les mentions relatives aux templiers.

Articles connexes

  • Portail de l'ordre du Temple
  • Portail de Castille-et-León
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.