Liste des comtes et ducs de Savoie

Les titres de comte, puis de duc de Savoie sont des titres de noblesse rattachés au territoire de la Savoie propre (dite également Savoie ducale), inféodé au royaume de Bourgogne, puis d'un territoire plus vaste, au sein du Saint-Empire. Le titre de comte de Savoie est associé à la dynastie des Humbertiens, comtes en Maurienne, à l'origine de la Maison de Savoie. Il n'est utilisé qu'à partir du XIIe siècle. Le titre de duc est créé au début du XVe siècle, regroupant tous les territoires des États de Savoie, avant de devenir un terme principalement administratif désignant la Savoie actuelle, à la suite de l’acquisition du titre de roi de Sardaigne par les ducs de Savoie.

Comte de Savoie
Duc de Savoie

Armoiries comtales, puis ducales.


Charles-Emmanuel II, duc de Savoie de 1638 à 1675.

Création vers XIIe siècle
(premier comte)
1416
(premier duc)
Premier titulaire Tradition : Humbert Ier
Signature : Amédée III (comte de Savoie)
Amédée VIII (duc de Savoie)
Dernier titulaire Amédée VIII (comte de Savoie)
Victor-Emmanuel II (duc de Savoie)
Résidence officielle château de Chambéry (de la fin du XIIIe siècle à 1563), puis palais de Turin.

Histoire du titre

Le titre de comte de Savoie est transmis, depuis le XIIe siècle, de façon héréditaire, agnatique et par ordre de primogéniture, au sein de la maison de Savoie, respectant ainsi la loi salique qui exclut les femmes[1]. Le rôle de celles-ci, comme celui des bâtards, est très tôt pris en compte dans la règle de succession et ils reçoivent généralement une terre en apanage ou en fief-lige[1].

Au XIe siècle, les Humbertiens semblent posséder des droits sur le comes Savogensium ou Savogensis (comté de Savoie), toutefois ils ne commencent à porter le titre comtal qu'à partir du milieu du XIIe siècle[2]. Amédée III est le premier à signer par la formule « comte de Savoie et marquis en Italie »[3] ou simplement « comte de Savoie » en 1125[4],[5]. Dès lors, selon ses successeurs, le titre se substitue ou complète celui de comte en Maurienne[6],[7]. La Croix de Savoie apparaît également avec Amédée III sur le pennon d'un sceau datant de 1143 et semble prouver le passage des armes des Humbertiens à l'aigle impérial par une bannière de gueules à croix d'argent, appelée croix de Savoie[8],[9].

Le comté est érigé en duché le [10]. Les ducs ajoutent à leur titulature celui de roi de Sicile, par les traités d'Utrecht de 1713[11],[12], qui sera échangé pour le titre de roi de Sardaigne, lors du traité de Londres de 1718, effective en 1720[13]. Le duc de Savoie devient à cette date roi de Sardaigne et les États de Savoie deviennent États sardes. Le titre de duc de Savoie ainsi que tous les autres titres de noblesse savoyards sont détruits avec l'annexion de la Savoie par la France, en 1860. À partir de 1861, les rois de Sardaigne préféreront le titre de roi d'Italie.

Comtes de Savoie (XIe siècle – 1416)

Rang Portrait Nom Règne Notes Armoiries
1Humbert Ier aux Blanches Mains
(v. 980-1042)
v. 1027-1042 ou 1048 (tradition)Le surnom de aux Blanches Mains apparait dans la généalogie d'Hautecombe (vers 1342). Première mention vers 1003, où il est associé avec le comté de Savoie (ou Savoie Propre), le comté de Belley, puis du comté d'Aoste (1024), le nord du comté du Viennois (1025). Possède des droits en Valais, en Chablais et en 1043 obtient le comté de Maurienne[14]. L'empereur du Saint-Empire, Conrad II, lui donne les droits sur le comté de Savoie[15].
Son épouse est Auxiliende ou Ancilie, probablement issue de la famille des Anselmides.
Hésitations entre les XIIe et XIIIe siècles entre les armoiries du Saint Empire, que l'on retrouve comme bannière du comté de Maurienne, et la bannière de guerre « la croix d'argent sur fond de gueules » qui deviendra l'emblème du comté de Savoie[8].





2Amédée Ier La Queue
(v. 1016-v. 1051)
v. 1042-v. 1051Fils du précédent. Amédée ou Amé est surnommé la Queue à la suite du voyage qu'il fait pour le couronnement de l'empereur Henri III du Saint-Empire à Rome (1046) et où, lors de l'étape de Verone, les chroniqueurs racontent qu'on refusa de laisser entrer sa suite dans la ville. Le comte contesta et indiqua qu'il ne rentrera pas si on ne laisse entrer sa « queue »[16],[17].
3Othon Ier
Odon / Oddon / Otton
(v. 1023-v. 1057/60)
1051-v. 1057/60Frère du précédent. Il épouse Adélaïde, marquise de Suse et comtesse de Turin (1025-1091)[18].
4Pierre Ier
(v. 1048-v. 1078)
v. 1057/60-v. 1078Fils du précédent. Trop jeune pour gouverner, la régence est exercée par sa mère, la comtesse Adélaïde[19]. Il épouse Agnès de Poitou avec qui il aura deux filles.
5Amédée II
(v. 1048-v. 1080)
v. 1078-v. 1080Frère du précédent. Tout comme son frère, il se trouve sous la coupe de sa mère qui maintient son influence[19],[20]. Il épouse Jeanne de Genève. Obtient de son beau-fère, l'empereur Henri IV, le Bugey[20].
6Humbert II Le Renforcé
(v. 1065-1103)
v. 1080-1103Fils du précédent, son surnom provient de sa taille et de son poids[17]. Il épouse Gisèle de Bourgogne-Ivrée. Sa fille, Adélaïde, épouse Louis VI le Gros.
7Amédée III
(v. 1095-1148)
1103-1148Fils du précédent. Il obtient le titre de comte du Saint Empire et vicaire perpétuel pour le Piémont et la Lombardie en 1111, vice-roi d’Arles, abbé séculier de Saint-Maurice d’Agaune. Il meurt le à Nicosie (Chypre) lors de la Deuxième croisade[21]. Il épouse Gertrude, puis Mahaut d'Albon.
8Humbert III Le Saint (ou Le Bienheureux)
(1136-1189)
1148-1170/1189Fils du précédent. Il veut entrer dans les ordres, cependant les nobles refusent[22]. Il se marie quatre fois : Faydiva de Toulouse, puis Gertrude de Flandre, puis Anna Klementia Von Zärhingen et Béatrix de Mâcon et de Vienne.
9Thomas Ier L'Ami des communes
(1178-1233)
1189-1233Fils du précédent. Il épouse Marguerite (Beatrix) de Genevois, qu'il enlève alors que son père l'a fiancée au roi Philippe Auguste[22], avec qui il a 10 enfants dont 3 fils lui succèderont et de Thomas II de Piémont. Il achète la ville de Chambéry, exception faite du château, au vicomte Berlion, le [23], Il inaugure une politique gibeline après une période guelfe de ses prédécesseurs..
10Amédée IV
(1197-1253)
1233-1253Fils du précédent. Il épouse Anne de Bourgogne, puis Cécile des Baux.
11Boniface le Roland
(1244-1263)
1253-1263Fils du précédent. Il hérite de la charge comtale à 9 ans. Sa mère, Cécile des Baux, est régente avec son oncle, Thomas de Piémont. Il meurt, à 19 ans, des suites de ses blessures en captivité en 1263, après une fougueuse aventure pour prendre Turin.
12Pierre II Petit Charlemagne
(v. 1203-1268)
1263-1268Oncle du précédent. Surnommé par les historiens pour son « exceptionnel esprit d'entreprise, ses talents militaires et ses capacités d'organisateur » (Bernard Demotz)[24], qui lui permirent, à partir de Lausanne, d'acquérir le pays de Vaud. En 1234, il épouse Agnès de Faucigny, obtenant ainsi le contrôle du Faucigny (vallées de l'Arve et du Giffre). Il obtient en 1250 l’anneau de Saint Maurice[25].
13Philippe Ier
(1207-1285)
1268-1285Frère du précédent. Dernier des huit fils du comte Thomas, il était encore moins destiné à ce titre lorsque son frère Pierre décède en 1268. Moins pieux que son frère Boniface, il entame une carrière religieuse l'amenant à devenir évêque de Valence (1241) puis archevêque-élu de Lyon (1246). Âgé de 60 ans, devant succéder à son frère, il épouse en 1268 la veuve du duc de Bourgogne, Alix de Méranie, lui permettant de porter le titre de comte palatin de Bourgogne[26]. Son action comtale et sa politique d'accroissement territoriale lui valent l'opposition de Rodolphe de Habsbourg, du dauphin de Viennois, du comte de Genève et du roi de Sicile[26]. Sans postérité masculine.
14Amédée V le Grand
(v. 1249-1323)
1285-1323Neveu du précédent, il est le fils de Thomas II de Piémont. Il épouse Sibylle de Baugé, puis Marie de Brabant. Il poursuit la lutte contre la coalition qui s'était engagée contre son oncle. En 1295, il achète le château de Chambéry qui s'imposera comme la principale résidence comtale[27]. Politique de rapprochement avec la France[26].
15Édouard le Libéral
(1284-1329)
1323-1329Fils du précédent. Édouard (Odoar) épouse Blanche de Bourgogne. Sa fille, Jeanne, contre les usages, revendique avec son mari Jean III de Bretagne la succession du comté[28].
16Aymon le Pacifique
(1291-1343)
1329-1343Frère du précédent. Il épouse Yolande de Montferrat. Il réorganise le comté de Savoie, poursuit la politique de son père vis-à-vis de la France[26], et poursuit les combats contre son voisin dauphinois, Guigues VII de Viennois.
17Amédée VI le Comte vert
(1334-1383)
1343-1383Fils du précédent. Il épouse Bonne de Bourbon en 1365[29]. Il hérite du titre à l'âge de 9 ans, il est placé sous l'autorité de ses oncles[29]. Il réorganise le comté de Savoie. En 1359, il achète le pays de Vaud. Il fonde en 1352, l'Ordre du Cygne noir, puis en 1362 l’Ordre du collier de Savoie. Il obtient de l'empereur Charles IV le titre de « vicaire perpétuel de l’Empire dans l’ancien royaume d’Arles ». Il dirige une expédition, parfois considérée comme une croisade, pour libérer son cousin Jean V Paléologue[30]. Il meurt de la peste en 1383, lors de son intervention pour aider Louis II d'Anjou à récupérer son titre[30].
18Amédée VII le Comte rouge
(1360-1391)
1383-1391Fils du précédent. Il épouse Bonne de Berry en 1377[29]. Il devient comte à l'âge de 23 ans[29]. Il obtient la dédition de Nice à la Savoie en 1388[30]. Il meurt en 1391 à Ripaille des suites d'un accident de cheval. À l'époque, des soupçons d'empoisonnement ont été avancés[31].
19Amédée VIII le Pacifique
(1383-1451)
1391-1416Fils du précédent. Il succède à son père en 1391, mais mineur (il a 8 ans) la régence est confiée à sa grand-mère, Bonne de Bourbon[29], jusqu'en 1393. Il épouse Marie de Bourgogne, en 1403[29]. En 1401, il achète le comté de Genève. Quatre ans plus tard, il fonde l’université de Turin. À la veille de l'érection du comté en duché, il porte en 1412 les titulatures suivantes « comte de Savoie, duc de Chablais et d'Aoste, prince, marquis en Italie, comte de Genève, vicaire impérial »[32].

Ducs de Savoie (1416-1861)

Rang Portrait Nom Règne Notes Armoiries
1Amédée VIII le Pacifique
(1383-1451)
1416-1440L'empereur Sigismond Ier du Saint-Empire érige le comté de Savoie en duché en 1416[10]. L'acte est signé à Montluel le et proclamé solennellement à Chambéry le 16[33]. Il abdique en faveur de son fils Louis en janvier 1440 apres une retraite quasi monastique de 6 ans, puis son élection comme pape par le conclave au concile de Bâle, sous le nom de Félix V, en [34],[35].
2Louis Ier
(1413-1465)
1440-1465Fils du précédent. Son père lui fait épouser Anne de Lusignan, fille de Janus, roi de Chypre, et, par fiction, de Jérusalem. Il succède à son père à la suite de son abdication.
3Amédée IX le Bienheureux
(1435-1472)
1465-1472Fils du précédent. Il est surnommé Bienheureux à la suite de ses bonnes œuvres, titre que sa fille Loyse recevra aussi[35]. Il épouse Yolande de France.
4Philibert Ier le Chasseur
(1465-1482)
1472-1482Fils du précédent. Il devient, à 7 ans, duc de Savoie, sous la régence de sa mère[29]. Il épouse sa cousine Bianca Sforza. Il meurt à 17 ans.
5Charles Ier le Guerrier
(1468-1490)
1482-1490Frère du précédent. Il épouse Blanche de Montferrat. En 1485, il racheta à sa tante Charlotte ses droits sur Chypre et Jérusalem.
6Charles II

(1489-1496)
1490-1496Fils du précédent. Il devient, à un an, duc de Savoie, sous la régence de sa mère. Il meurt à 7 ans.
7Philippe II sans Terre
(1438-1497)
1496-1497Grand-oncle du précédent, fils de Louis Ier[29]. Il épouse Marguerite de Bourbon, puis Claudine de Brosse.
8Philibert II le Beau
(1480-1504)
1497-1504Fils du précédent. Il devient duc de Savoie à 17 ans[29]. Il épouse à 16 ans sa cousine de 9 ans, Yolande-Louise de Savoie, elle meurt 3 ans plus tard. Il se marie ensuite avec Marguerite d'Autriche, fille de l'empereur Maximilien.
9Charles III
(1486-1553)
1504-1553Frère du précédent. Il devient duc de Savoie à 18 ans[29]. Il épouse Béatrice de Portugal. Sur leurs 9 enfants, seul Emmanuel-Philibert survit[36].
10Emmanuel-Philibert Tête de Fer
(1528-1580)
1553-1580Fils du précédent. Il transfère la capitale du duché à Turin en 1562[37]. Il guerroie à la tête des troupes impériales[38] - c'est d'ailleurs lors de la bataille de Muehlberg qu'il reçoit son surnom de la part des Catalans « Testa di ferro ». Il est vainqueur à la Bataille de Saint-Quentin.Par le Traité de Cateau-Cambrésis, il recouvre les territoires des États de Savoie qui ont été annexés pendant 23 ans par le Royaume de France. Il épouse Marguerite de France..
11Charles-Emmanuel Ier le Grand
(1562-1630)
1580-1630Fils du précédent. Selon Alexandre Dumas, il n'y a aucune raison sur l'origine de son surnom[39]. De nombreuses guerres l'opposent au roi de France, Henri IV, qui envahit le duché en 1600[40], et fait perdre au comté la Bresse, la Dombes, le Bugey et le pays de Gex au Traité de Lyon de 1601[41].
12Victor-Amédée Ier
(1587-1637)
1630-1637Fils du précédent. Son frère aîné meurt en 1605, il est le nouvel héritier. Malgré le fait qu'il ait épousé Christine de France, il entre en conflit avec le roi de France
13François-Hyacinthe
(1627-1638)
1637-1638Fils du précédent. Il a 10 ans quand son père meurt, sa mère prend la régence[42].
14Charles-Emmanuel II
(1634-1675)
1638-1675Frère du précédent. Lors de la mort de son jeune frère, il a 4 ans et la régence de leur mère se poursuit[42]. Celle-ci est contestée par les oncles du duc, Thomas de Savoie-Carignan et Maurice, soutenus par l'Espagne, puis par Richelieu. Il épouse Françoise Madeleine d'Orléans (sans postérité), puis Marie-Jeanne-Baptiste de Savoie.
15Victor-Amédée II
(1666-1732)
1675-1730Fils du précédent. Il a 9 ans quand son père meurt, sa mère prend la régence menant une politique pro-française[43]. En 1690, Louis XIV fait occuper le duché[44]. À la suite du traité d'Utrecht, V-E est fait roi de Sicile (1713-1720), puis roi de Sardaigne (1720-1730). Il épouse Anne-Marie d'Orléans. Après un long règne, à la suite de la perte de sa femme, il fait un mariage morganatique avec la comtesse Anne-Thérèse de San Sebastiano (une ancienne maîtresse). Il se retire avec elle et abdique en 1730. Cependant il cherchera à reprendre la couronne à son fils qui l'assigne au château de Rivoli.
16Charles-Emmanuel III
(1701-1773)
1730-1773Fils du précédent. Roi de Sardaigne, il se marie par trois fois. Il est décrit comme un despote éclairé[45], reprenant et complétant les réformes engagées par son père, mais surtout par la publication des Royales Constitutions en 1770[46].
17Victor-Amédée III
(1726-1796)
1773-1796Fils du précédent. Il succède à son père en tant que roi de Sardaigne et duc à l'âge de 47 ans. Il poursuit les réformes de ses prédécesseurs, s'oppose à la Révolution française[47] Le duché est envahi par les troupes révolutionnaires[48].
18Charles-Emmanuel IV
(1751-1819)
1796-1802Fils du précédent. Il épouse Clotilde de France, sœur de Louis XVI. Le nouveau roi de Sardaigne hérite d'un royaume amputé de la terre de ses ancêtres, obligé de capituler puis de s'exiler en Sardaigne, face à la progression des troupes révolutionnaires. Les Austro-russes libèrent Turin, où il fait nommer Charles-Félix vice-roi, préférant s'installer à Rome. À la suite de la mort de sa femme en 1802, il abdique au profit de son frère[49].
19Victor-Emmanuel Ier
(1759-1824)
1802-1821Frère du précédent. Roi de Sardaigne. En 1789, il a épousé Marie-Thérèse d'Autriche-Este, petite-fille de l'impératrice[49]. Retour de l'ensemble du duché dans le royaume de Piémont-Sardaigne, à la suite du traité de Paris de 1815, avec une nouvelle réorganisation[50]. Face au retour d'un régime absolutiste, il est poussé à abdiquer en 1821 en faveur de son frère Charles-Félix et confie la régence à Charles-Albert de Savoie-Carignan[51],[52].
20Charles-Félix
(1765-1831)
1821-1831Frère du précédent. À la suite de l'abdication, le régent promulgue une politique plus libérale, cependant le nouveau roi de Sardaigne s'y oppose et demande que la régence prenne fin. La monarchie traditionnelle est appliquée. Sa mort marque la fin du dernier descendant direct des Blanches-Mains ou Humbertiens.
21Charles-Albert
(1798-1849)
1831-1849Cousin éloigné, fils de Charles-Emmanuel de Savoie-Carignan (Branche cadette des Savoie-Carignan), descendant de Charles-Emmanuel Ier de Savoie. Malgré l'épisode libéral de la régence, Charles-Albert réussit à se maintenir comme un héritier probable et devient roi de Sardaigne en 1831. Face à l'occupation autrichienne en 1848, débute la première guerre d'indépendance, cependant cette guerre est mal perçue dans le duché[53].
22Victor-Emmanuel II
(1820-1878)
1849-1861Fils du précédent. Dernier roi de Sardaigne, sa politique en faveur du Risorgimento mène à l'union du duché à la France impériale.

Titre après 1861

Avec l'unification de l'Italie (1861), Victor-Emmanuel II devient roi d'Italie et revient aux armes familiales d'origine.

En échange de l’aide de la France pour l’unification de l’Italie, Victor-Emmanuel II cède la Savoie et le comté de Nice qui sont intégrés à la France, à la suite du traité de Turin. Victor-Emmanuel II cessa de porter le titre de « Duc de Savoie » à compter du Traité du 24 mars 1860 relatif à l'Annexion de la Savoie. L'article 1 de ce traité stipule que Victor-Emmanuel II « renonce pour lui et tous ses descendants et successeurs (...) à ses droits et titres sur la Savoie ».

Ses successeurs, les rois Humbert Ier, Victor-Emmanuel III et Humbert II ont continué à utiliser le titre de « duc de Savoie » en tant que chefs de la Maison de Savoie, tout comme les chefs de la Maison autrichienne de Habsbourg-Lorraine continuent à utiliser le titre de « duc de Lorraine et de Bar ».

Ce titre est actuellement revendiqué par S.A.R. le prince Victor-Emmanuel de Savoie, fils du roi Humbert II, et par son cousin, S.A.R. le prince Amédée de Savoie-Aoste.

Généalogie

Voir aussi

Bibliographie

 : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Bernard Demotz, Le comté de Savoie du XIe au XVe siècle : Pouvoir, château et État au Moyen Âge, Genève, Slatkine, , 496 p. (ISBN 2-05101-676-3). .
  • Michel Germain, Personnages illustres des Savoie, Autre Vue, , 619 p. (ISBN 978-2-9156-8815-3). .
  • Thérèse Leguay, Jean-Pierre Leguay, Histoire de la Savoie, Paris, Éditions Jean-paul Gisserot, , 128 p. (ISBN 978-2-8774-7804-5). .
  • Bernard Sache, Le siècle de Ripaille, 1350-1450 : quand le Duc de Savoie rêvait d'être roi, La Fontaine de Siloé, , 324 p. (ISBN 978-2-84206-358-0). .
    Bernard Sache est un ancien professeur agrégé, enseignant l'Histoire et la Géographie au Lycée Berthollet.
  • Christian Sorrel (sous la direction de), Haute-Savoie en images : 1000 ans d'histoire, 1000 images, Les Marches, La Fontaine de Siloé, coll. « Histoire de la Savoie en images : images, récits », , 461 p. (ISBN 978-2-84206-347-4, lire en ligne). .

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. Demotz 2000, p. 157 et suivantes, Partie 2, Chap. 1 « La solidité de la maison princière ».
  2. Sorrel 2006, p. 138-139.
  3. Demotz 2000, p. 174.
  4. Réjane Brondy, Bernard Demotz, Jean-Pierre Leguay, Histoire de Savoie - La Savoie de l'an mil à la Réforme, XIe-début XVIe siècle, Ouest France Université, , 626 p. (ISBN 2-85882-536-X).
  5. Léon Menabrea, De la marche des études historiques en Savoie et en Piémont, depuis le XIVe siècle jusqu'à nos jours, et des développements dont ces études sont encore susceptibles, Puthod, , 117 p. (lire en ligne), p. 93.
  6. Guy Gavard, Histoire d'Annemasse et des communes voisines : Les relations avec Genève de l'époque romaine à l'an 2000, La Fontaine de Siloé, coll. «  Les Savoisiennes », , 439 p. (ISBN 978-2-8420-6342-9), p. 241.
  7. Jean Prieur, Hyacinthe Vulliez, Saints et saintes de Savoie, La Fontaine de Siloé, , 191 p. (ISBN 978-2-8420-6465-5), p. 39.
  8. Demotz 2000, p. 173.
  9. Jean Portail, La Savoie, Paris, Fernand Nathan, , 160 p., p. 6.
  10. Demotz 2000, p. 51.
  11. Bruno Berthier et Robert Bornecque, Pierres fortes de Savoie, La Fontaine de Siloé, , 255 p. (ISBN 978-2-84206-179-1), p. 62.
  12. Honoré Coquet, Les Alpes, enjeu des puissances européennes : L'union européenne à l'école des Alpes ?, Éditions L'Harmattan, , 372 p. (ISBN 978-2-2963-3505-9), p. 32.
  13. Johannès Pallière, De la Savoie au Comté de Nice en 1760: les secrets de la nouvelle frontière, La Fontaine de Siloë, , 187 p. (ISBN 978-2-84206-138-8), p. 46.
  14. Demotz 2000, p. 19-20.
  15. Frédéric Le Moal, Les Savoie, une dynastie européenne dans La Nouvelle Revue d'histoire de mars-avril 2015, p. 24-26.
  16. Charles Dufayard, Histoire de Savoie, Boivin et Cie, , 328 p., p. 67.
  17. Germain 2007, p. 20.
  18. Christian Sorrel, Histoire de la Savoie en images : images, récits, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 461 p. (ISBN 2-84206-347-3), p. 138.
  19. Alain Boucharlat, Savoie, La Fontaine de Siloé, , 319 p. (ISBN 978-2-86253-221-9), p. 16-17.
  20. Jacques Lovie, Histoire des Diocèse de France : Chambéry, Tarentaise, Maurienne, vol. 11, Beauchesne, , 301 p. (ISSN 0336-0539), p. 33.
  21. Odile Bebin-Langrognet, De Savoie en Comté : Saint-Pierre de Tarentaise, Editions L'Harmattan, , 192 p. (ISBN 978-2-2964-7898-5), p. 25, Note n°5 (suite).
  22. Louis Girod, Evian et le Chablais : au fil de l'histoire, Éditions Cabédita, , 249 p. (ISBN 978-2-88295-091-8), p. 59.
  23. Ruth Mariotte Löber, Ville et seigneurie : Les chartes de franchises des comtes de Savoie, fin XIIe siècle-1343, Librairie Droz - Académie florimontane, , 266 p. (ISBN 978-2-60004-503-2), p. 123.
  24. Demotz 2000, p. 40.
  25. Demotz 2000, p. 186.
  26. Roland Edighoffer, Histoire de la Savoie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? 151 », , 128 p. (ISBN 978-2-13-044838-9), p. 35-36.
  27. Demotz 2000, p. 44.
  28. Demotz 2000, p. 46, 170.
  29. Sache 2007, p. 317.
  30. Leguay 2005, p. 29.
  31. Sache 2007, p. 71-74.
  32. Demotz 2000, p. 196.
  33. Henri Voiron, À Bloye, autrefois : monographie d'une paroisse et commune de l'Avant-pays savoyard, La Fontaine de Siloé, , 255 p. (ISBN 978-2-8420-6333-7), p. 24.
  34. Guy Gavard, Histoire d'Annemasse et des communes voisines : Les relations avec Genève de l'époque romaine à l'an 2000, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 439 p. (ISBN 978-2-8420-6342-9), p. 76.
  35. Jean Prieur et Hyacinthe Vulliez, Saints et saintes de Savoie, La Fontaine de Siloé, , 191 p. (ISBN 978-2-8420-6465-5), p. 94.
  36. Germain 2007, p. 131.
  37. Sorrel 2006, p. 202.
  38. Germain 2007, p. 220.
  39. Alexandre Dumas, La Royale Maison de Savoie - 2. Emmanuel-Philibert : Roman historique, La Fontaine de Siloé, , 384 p. (ISBN 978-2-84206-407-5), p. 304.
  40. Bruno Berthier et Robert Bornecque, Pierres fortes de Savoie, La Fontaine de Siloé, , 255 p. (ISBN 978-2-84206-179-1), p. 176.
  41. Denise Turrel (sous la direction), Le traité de Lyon (1601), Numéro des Cahiers d'histoire, 2, tome 46, 2e trimestre 2001 En ligne.
  42. Henri Ménabréa, Histoire de la Savoie, La Fontaine de Siloé, , 676 p., p. 302-303.
  43. Leguay 2005, p. 74.
  44. Leguay 2005, p. 75.
  45. Bruno Berthier et Robert Bornecque, Pierres fortes de Savoie, La Fontaine de Siloé, , 255 p. (ISBN 978-2-84206-179-1), p. 102.
  46. Johannès Pallière, La Question des Alpes : Aspects de la question des Alpes Occidentales jusqu'à 1760, La Fontaine de Siloé, , 517 p. (ISBN 978-2-8420-6339-9), p. 242.
  47. Henri Ménabréa, Histoire de la Savoie, La Fontaine de Siloé, , 676 p., p. 425 et suivantes.
  48. Sur cette période, consulter Histoire de la Savoie de 1792 à 1815.
  49. Thierry Couzin, Passer par le XIXe siècle. les frontières, le capitalisme et L'Occident : Aux origines européennes de l'unification Italienne, Peter Lang, , 411 p., p. 63.
  50. André Palluel-Guillard (dir.), La Savoie de Révolution française à nos jours, XIXe-XXe siècle, Ouest France Université, , 626 p. (ISBN 2-85882-536-X), p. 121-128.
  51. Roland Edighoffer, Histoire de la Savoie, Paris, Presses universitaires de France, « Que sais-je ? » 151, , 128 p. (ISBN 978-2-13-044838-9), p. 82.
  52. Sur cette période, consulter Histoire de la Savoie de 1815 à 1860.
  53. René Avezou, Histoire de la Savoie, Paris, Presses universitaires de France, « Que sais-je ? » 151, , 128 p. (ISBN 978-2-13-044838-9).
  • Portail de l’histoire
  • Portail de l'histoire de la Savoie
  • Portail de l’Italie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.