Liste des rois d'Italie

Pour les articles homonymes, voir Royaume d'Italie.

Roi d'Italie
Re d'Italia

Armoiries royales d'Italie


Dernier roi d'Italie
Humbert II
(1946)

Création (premier roi d'Italie)
Abrogation
Premier titulaire Pépin Ier (roi d'Italie)
Dernier titulaire Humbert II (roi d'Italie)

Historique

Le concept de royaume d'Italie renvoie à des réalités historiques différentes.

Le royaume lombard d'Italie

À la suite de la désintégration de l'Empire romain d'Occident, deux peuples barbares, les Ostrogoths, puis, de façon plus durable, les Lombards, établissent des royaumes en Italie. Leurs rois, bien que régnant sur la majeure partie du territoire de l'Italie, ne portent pas le nom de rois d'Italie.

La Francie médiane et le royaume franc d'Italie

Charlemagne, roi des Francs, s'étant emparé du royaume des Lombards, qu'il absorba dans le royaume des Francs, ses successeurs carolingiens prirent parfois le titre de roi de Francie médiane, royaume franc couvrant le nord de la péninsule italienne et la Gaule cisalpine. Cependant, des membres d'autres lignées de la noblesse franque, comme les Anscarides et les Unrochides, s'emparèrent de ce trône, en usant quant à eux du titre de roi d'Italie ; ce royaume, à l'instar de celui de Francie médiane, ne recouvrait pas la totalité de la péninsule, certains territoires relevant de l'Empire byzantin ou des États pontificaux.

Le royaume germanique d'Italie

Après que le roi de Germanie Otton Ier eut renversé en 951 le dernier roi d'Italie, Bérenger II de la maison d'Ivrée, ses successeurs empereurs romains germaniques reprirent traditionnellement ce titre.

Il faut noter cependant qu'il y eut plusieurs tentatives de la part de la noblesse de l'Italie d'échapper à la tutelle des rois de Germanie, tentatives d'une conscience d'appartenir à une communauté, en face de souverains étrangers[1]:

  • à la mort de l'empereur Otton III en 1002, le marquis Arduin d'Ivrée se fit couronner roi d'Italie, le de cette année, en l'église Saint-Michel de Pavie. L'empereur Henri II prit la route de l'Italie en et se fit couronner roi d'Italie. Vaincu une nouvelle fois, après une nouvelle tentative de prise de pouvoir à l'été 1014, Arduin déposa sa couronne royale sur l'autel du monastère de Fruttuaria qu'il avait comblé de ses bienfaits avant d'y devenir moine et d'y mourir le [2].
  • à la mort de l'empereur Henri II en 1024, la noblesse lombarde, dirigée par le marquis de Turin, Manfred II, fit appel au roi des Francs Robert II, lui offrant la couronne à lui ou à son fils, Hugues. Ayant essuyé une fin de non-recevoir, leurs envoyés se rendirent à la cour du duc d'Aquitaine Guillaume V, qui marié à une petite-fille du roi Adalbert, accepta la couronne pour son fils homonyme Guillaume[3]. Cependant, le projet échoua à cause des demandes excessives de la noblesse lombarde.
  • en 1037, l'empereur Conrad II, dut rétablir son autorité en Italie, l'archevêque Aribert de Milan ayant offert la couronne d'Italie au comte Eudes II de Blois. La mort de ce dernier le à Commercy, marqua la fin des tentatives pour donner à l'Italie un roi distinct du roi de Germanie et empereur des Romains[4].

Les souverains du Saint-Empire, rois d'Italie, recevaient d'ailleurs la couronne de fer de Lombardie qui marquait leur souveraineté sur l'Italie lors de leur sacre par le pape. Mais cette souveraineté se bornait au nord de la péninsule. Le sud et les îles étaient occupés par des États vassaux de Byzance puis du Califat avant de devenir souverains et donc dégagés de la suzeraineté impériale. On trouva ainsi des rois de Sicile, de Naples ou de Sardaigne. Un royaume d'Adria faillit également se constituer au Nord. En outre, la réalité institutionnelle du royaume d'Italie se désagrégea rapidement et sur le plan politique la souveraineté des empereurs fut théorique, d'autant que le royaume se divisa en de multiples entités politiques indépendantes de fait.

Le royaume napoléonien d'Italie

Napoléon Ier recréa à son profit un royaume d'Italie. Ce royaume avait ses propres institutions et désignait une entité politique réelle. Par ailleurs, il donna le titre, sans rôle effectif, de roi de Rome à son fils, l'Aiglon, réminiscence celui de roi des Romains, porté par l'empereur élu du Saint-Empire avant son couronnement.

Le royaume d'Italie issu du Risorgimento

Finalement, un véritable royaume d'Italie ne réapparut qu'avec le Risorgimento et l'unification de la péninsule avec Victor-Emmanuel II, Cavour et Garibaldi, royaume dont la vocation était de constituer un État-nation indépendant.

Rois lombards d'Italie

Rois francs d'Italie

Portrait Nom Règne Titres Dynastie Notes
Pépin
(777, ? – , Milan) mort à 33 ans
781810Roi d'ItalieCarolingiensEn 781, Charlemagne, roi des Lombards depuis 774, décide de faire de Carloman un « roi d'Italie » et de Louis, né en 778, un « roi d'Aquitaine ». Tous deux sont couronnés par le pape à Rome le . C'est à cette occasion que Charlemagne décide de donner à Carloman le nom de Pépin.
Vacance de la fonction (810 – 813)
Bernard
(vers 797, ? – , Aix-la-Chapelle) mort à 21 ans environ
813817Roi d'ItalieCarolingiensDès la mort de Charlemagne, il prête hommage au nouvel empereur, son oncle Louis le Pieux. En , ce dernier, sous l'influence de l'entourage de l'impératrice Ermengarde, lui retire le gouvernement de l'Italie ainsi que le titre royal dans le but d'y asseoir l'un de ses fils.
Lothaire Ier
(795, ? – , Prüm) mort à 60 ans
817855
840 - 855
843 - 855
Roi d'Italie
Empereur d'Occident
Roi de Francie Médiane
CarolingiensEn 814, son père lui confie d'abord le gouvernement de la Bavière, puis en , promulgue l’Ordinatio Imperii qui l'associe à l’Empire, et le déclare seul héritier. Il assigne cependant à ses fils puînés, Pépin et Louis, une part du territoire avec un rôle subordonné.
Louis II le Jeune
(825, ? – , ?) mort à 50 ans
844875
850 - 875
Roi d'Italie
Empereur d'Occident
CarolingiensConjointement avec son père, il est roi d'Italie en 844, puis empereur d'Occident en 850. Après la mort de son frère Charles (845 – 863), il récupère une partie de son domaine, et devient aussi roi de Provence et de Bourgogne.
Charles le Chauve
(, Francfort-sur-le-Main – , Avrieux) mort à 54 ans
875 - 877Empereur d'OccidentCarolingiensDevient roi de Francie occidentale après le traité de Verdun (843). Est sacré empereur d'Occident à Rome le , après la mort de son neveu Louis II le Jeune. Meurt le .
Carloman
(830, ? – , Altötting) mort à 50 ans
876 - 880
877 - 879
Roi de Bavière
Roi d'Italie
CarolingiensIl se révolte contre son père en 861, puis devient roi de Bavière au partage de Francfort de 865.
Charles le Gros
(839, ? – , Neudingen) mort à 49 ans
876888
881 - 887
884 - 888
Roi d'Italie et de Francie Orientale
Empereur d'Occident
Roi de Francie Occidentale
CarolingiensFils de Louis le Germanique, est appelé pour assurer la régence, les nobles refusant de reconnaître le jeune Charles le Simple, dernier fils de Louis II roi des Francs. Est déchu à Mayence de ses titres en novembre 887. Meurt le .
Bérenger Ier
(vers 870, ? – , Vérone) mort à 54 ans environ
888889
898 - 900
902 - 922
915 - 924
Roi d'Italie
Empereur d'Occident
UnrochidesBérenger Ier de Frioul (Berengar), était l'un des onze enfants d'Évrard (Eberhard) († 866), marquis de Frioul (lui-même fils d'Unroch, comte du Ternois) et de son épouse Gisela (Gisèle) († 874), fille de l'empereur Louis le Pieux.
Guy
(vers 855 – , Taro) mort à 39 ans environ
883894
889 - 894
891 - 894
Duc de Spolète
Roi d'Italie
Empereur d'Occident
WidonidesAprès la mort de l'empereur en 888 et une tentative sans succès de se faire élire roi de France (face à Eudes de Paris), il entre en lice avec Bérenger de Frioul pour le titre de roi d'Italie ; il l'emporte au cours d'une bataille auprès du Trebbia, un affluent du Pô.
Lambert
(vers 880, ? – , ?) mort à 18 ans environ
892898
894 - 898
Roi d'Italie
Empereur d'Occident
WidonidesÀ la mort de son père en 894, Lambert se rendit à Rome pour se faire reconnaître comme empereur par Formose qui s'y opposa, puisqu'il attendait Arnulf et fut emprisonné au Château Saint-Ange. Libéré en 896 par Arnulf, il se hâta de sacrer empereur ce dernier.
Arnulf I
(vers 850, ? – , Ratisbonne) mort à 49 ans environ
887899
896 - 899
Roi d'Italie
Empereur d'Occident
CarolingiensDescendant de Charlemagne, il est fils naturel de Carloman, roi de Bavière, et petit-fils de Louis le Germanique.
Louis III l'Aveugle
(vers 882, ? – , Arles) mort à 46 ans environ
890928
900 - 902
901 - 905
Roi de Basse-Bourgogne
Roi d'Italie
Empereur d'Occident
BosonidesIl est le fils de Boson V de Provence (mort en 887), roi de Provence, et d'Ermengarde, fille de l'empereur d'Occident, Louis II le Jeune ; par sa mère il est un des Carolingiens, lesquels se fondent dans les Bosonides.
Rodolphe
(880, ? – 937, ?) mort à 57 ans
912937
928 - 937
922 - 925
Roi de Haute-Bourgogne
Roi de Basse-Bourgogne
Roi d'Italie
WelfsEn 923, il vainc Bérenger à Piacenza. Bérenger est assassiné l'année suivante, meurtre peut-être commandité par Rodolphe. Rodolphe II dirige alors la Haute-Bourgogne et l'Italie, résidant alternativement dans chaque royaume. Cependant, en 925, la noblesse italienne se retourne contre lui, et appelle Hugues d'Arles au trône.
Hugues
(vers 880, ? – , Arles) mort à 67 ans environ
925947Roi d'ItalieBosonidesIl est le fils de Théobald d'Arles et de Berthe, fille illégitime de Lothaire II de Lotharingie. Élevé à la dignité de comte d'Arles et comte de Vienne puis marquis de Provence en 905 par son parent, l'empereur Louis III l'Aveugle, Hugues devient roi d'Italie (925-947).
Lothaire II
(vers 910, ? – 950, ?) mort à 40 ans environ
947950Roi d'ItalieBosonidesEn 947, il succède à son père en Italie, mais ne régna jamais dans les faits. Il épouse Adélaïde de Bourgogne.
Bérenger II
(vers 900, ? – , Bamberg) mort à 66 ans environ
950951Roi d'ItalieIvréeProclamé roi d'Italie en 950, il est destitué l'année suivante par le roi de Germanie Otton Ier. Essayant en vain de reprendre le pouvoir, Otton le fait enfermer à Bamberg où il meurt en 966. Il est l'ancêtre des comtes palatins de Bourgogne.

Rois d'Italie souverains du Saint-Empire

Portrait Nom Règne Dynastie Notes Armoiries
Otton Ier le Grand
(, Wallhausen – , Memleben) mort à 60 ans
951973OttoniensIl se proclame roi d'Italie après avoir épousé en 951 la reine Adelaïde, veuve du roi Lothaire. Il parvient à s'impliquer dans la délicate politique italienne et à restaurer la dignité impériale à son profit.

De 962 jusqu'à 1648, le royaume d'Italie est inclus dans le Saint-Empire romain germanique et les empereurs sont aussi rois d'Italie. L'unique roi indépendant d'Italie durant cette période fut Arduin d'Ivrée entre 1002 et 1004. Après le règne de Frédéric Ier, l'autorité impériale en Italie est fortement diminuée au profit des États et villes italiennes, et le pouvoir des empereurs réside en la coopération avec les États italiens. Désormais le titre de roi d'Italie se confond avec celui de roi des Romains que prend le roi de Germanie avant son couronnement comme empereur, jusqu'au Traité de Westphalie (1648) où le titre de roi d'Italie est définitivement détaché du titre d'Empereur germanique. Ainsi, de 962 jusqu'à 1648, vingt-sept rois d'Italie se sont succédé sur le trône du Saint-Empire.

Royaume d'Italie (1805-1814)

Le Royaume d'Italie (1805-1814), connu aussi en Italie comme Regno Italico, est un État pré-unitaire italien créé par Napoléon Ier qui comprend l'Italie centre orientale et une bonne partie du nord avec pour capitale Milan.

Portrait Nom Règne Dynastie Notes Armoiries
Napoléon Ier
(, Ajaccio – , Longwood)
18051814BonaparteNapoléon Bonaparte, qui s'est fait proclamer empereur des Français par le sénat et couronner par Pie VII avec la Couronne de Fer, transforme la République italienne en royaume d'Italie, se nommant roi d'Italie le .
Eugène de Beauharnais
Vice-roi d'Italie
(, Paris – , Munich)
18051814BeauharnaisLe , l'empereur le nomme Vice-Roi d'Italie, où il passerait la majorité de son temps.

Royaume d'Italie (1861-1946)

Maison de Savoie

Portrait Nom Règne Dynastie Notes Armoiries
Victor-Emmanuel II
(, Turin – , Rome)
18611878SavoieFils de Charles-Albert de Sardaigne et de Marie-Thérèse de Habsbourg-Toscane. Roi de Sardaigne depuis 1849, il devient à la suite du Risorgimento et de l'unification de la péninsule le premier roi d'Italie en 1861.
Humbert Ier
(, Turin – , Monza)
18781900SavoieFils de Victor-Emmanuel II d'Italie et de Adélaïde de Habsbourg-Lorraine. Il meurt assassiné en 1900 sous les balles de l'anarchiste Gaetano Bresci.
Victor-Emmanuel III
(, Naples – , Alexandrie)
19001946SavoieFils de Humbert Ier d'Italie et de Marguerite de Savoie. Son règne est marqué par la dictature fasciste de Mussolini puis par la Seconde Guerre mondiale pendant laquelle il devient roi d'Albanie et empereur d'Éthiopie. Il abdique en en faveur de son fils Humbert.
Humbert II
(, Racconigi – , Genève)
1946SavoieFils de Victor-Emmanuel III d'Italie et d'Hélène de Monténégro. À la suite de l'abolition par référendum de la monarchie et de la proclamation de la république, il abdique à son tour après un mois de règne en .

Prétendants au trône d’Italie

Branche aînée descendante d'Humbert II

Victor-Emmanuel de Savoie est l'héritier légitime du trône depuis 1983 selon les Lois de successions au trône d'Italie.

Portrait Nom Règne Dynastie Notes Armoiries
« Victor-Emmanuel IV »
(, Naples -)
1983 – Aujourd'huiSavoie

Branche de Savoie-Aoste descendante de Victor-Emmanuel II

Le duc d'Aoste prétend au trône car selon lui Victor-Emmanuel de Savoie n'est pas dynaste car son mariage ne fut pas approuvé par Humbert II. Et les démêlés de Victor-Emmanuel de Savoie avec la Justice italienne viennent conforter le duc d'Aoste comme étant le roi d'Italie[réf. nécessaire].

Portrait Nom Règne Dynastie Notes Armoiries
« Amédée Ier »
(, Florence –)
2006 – Aujourd'huiSavoie-Aoste

Généalogie des rois francs

Généalogie des rois d'Italie souverains du Saint-Empire

Voir la liste des souverains d'Allemagne depuis Otton Ier, Ottoniens, dynastie ranconienne, Maison de Hohenstaufen, Maison de Habsbourg, Maison de Luxembourg, entre autres.

Généalogie des rois de la dynastie de Savoie

Voir également Maison de Savoie

Voir aussi

Articles connexes

Notes et références

  1. Carlrichard Brühl, Naissance de deux peuples, Français et Allemands (IXe et XIe siècles),  éd. Fayard, août 1996, p. 277.
  2. Carlrichard Brühl, Naissance de deux peuples, Français et Allemands (IXe et XIe siècles),  éd. Fayard, août 1996, p. 276 et 277.
  3. Carlrichard Brühl, Naissance de deux peuples, Français et Allemands (IXe et XIe siècles),  éd. Fayard, août 1996, p. 285 et 286.
  4. Carlrichard Brühl, Naissance de deux peuples, Français et Allemands (IXe et XIe siècles),  éd. Fayard, août 1996, p. 287 et 288.
  • Portail de l’histoire
  • Portail de l’Italie
  • Portail de la Savoie
  • Portail de la monarchie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.