Livre de Jonas

Le Livre de Jonas est un texte du Tanakh (Bible hébraïque) qui décrit un événement de la vie du prophète Jonas (en hébreu : יוֹנָה (yôna(h)), abrégé en Jon). Jonas est le cinquième des douze petits prophètes de la Bible. L'idée principale du livre est que le Dieu d'Israël est le Dieu de tous les hommes et que sa miséricorde s'étend à eux, pourvu qu'il y ait repentir de leur part. Il décrit alors la colère que Jonas ressent en voyant que Dieu a pitié d'Assyriens qui étaient ennemis du royaume d'Israël.

Jonas

Jonas, fresque de Michel-Ange, chapelle Sixtine.

Auteur traditionnel Jonas
Datation traditionnelle IXe siècle av. J.-C.
Nombre de chapitres 4
Classification
Tanakh Nevi'im
Canon chrétien Livres prophétiques

Résumé

Jonas jeté à la mer, catacombe de Priscille, Rome.

Jonas est envoyé à Ninive, symbole d'oppression et de violence, pour condamner la ville mais il s’enfuit dans la direction opposée, embarquant sur un navire en partance pour Tarsis afin d'échapper à la parole de Dieu, et fuir sa mission dangereuse de prophète en pays païen. Selon le Livre d'Isaïe, Tarsis est le lieu où la parole divine n'arrive pas[1].

Jonas monte dans un bateau, puis descend dans la cale et s'endort. Le navire est pris dans une grande tempête. Les marins jettent les sorts afin de découvrir la cause de ce malheur, et les sorts désignent Jonas. Il est lancé à la mer, qui se calme. Avalé par un grand poisson durant trois jours et trois nuits, Jonas regrette sa fuite et se voit vomi sur une plage, ce qui le décide à reprendre le chemin pour Ninive. Il annonce le futur jugement aux habitants de Ninive, qui se repentent. Dieu leur pardonne, et ne détruit pas la ville. Jonas s'irrite d'avoir annoncé pour rien la destruction de Ninive, qui n'a pas eu lieu, mais Dieu le réprimande.

Interprétation dans le judaïsme

Interprétation dans le christianisme

Le Nouveau Testament fait mention de Jonas. Jésus enseigna que Jonas avalé par le poisson annonçait sa mort et sa résurrection (Mt 12:39–40 ; 16:4 ; Lc 11:29–30). L'Évangile selon Matthieu fait mention au chapitre 12 d'un signe de Jonas qui semble être l'annonce de la mort de Jésus Christ pendant trois jours complets, suivis de sa résurrection. Dans l'Évangile selon Luc au chapitre 11: « (...) parce qu’ils se sont repentis à la prédication de Jonas(...) », le signe est celui de la conversion des païens, alors que les Juifs gardent leur distance vis-à-vis de Jésus.

Interprétation libérale

Le Prophète Jonas devant les murs de Ninive, dessin de Rembrandt, v. 1655.

Le prophète reproche à son Dieu d'avoir épargné les habitants de Ninive. Il s'agit d'un pastiche des textes de prophètes plus anciens qui refusaient la conversion des étrangers à Juda et leur prédisaient la punition divine, comme Jonas à Ninive. À l'inverse, le Livre de Jonas indique que tout homme peut susciter la pitié du Dieu d'Israël, ce qui explique qu'en d'autres circonstances certains aient échappé aux châtiments prédits par les prophètes.

Le Livre de Jonas a été écrit, selon la théologie libérale, à l'époque post-exilique, donc bien après la destruction de Ninive, et il ne fait référence à cette ville qu'en tant que symbole de ville gigantesque, à laquelle il attribue de façon fantaisiste plus de 120 000 habitants et une taille telle qu'il faut trois jours de marche pour la traverser ou en faire le tour. Le propos du rédacteur est de s'en servir comme modèle de ville qui ne connaît pas Dieu avant la venue du prophète, située dans un pays étranger mentionné dans d'autres textes bibliques : l'Assyrie, qui est un ancien oppresseur d'Israël et de Juda.

Notes et références

  1. et j'en déléguerai une partie, sains et saufs, vers les peuplades de Tarchich, [...], vers les îles lointaines, où n'a point retenti mon nom, où n'a pas éclaté ma gloire Isaïe 66:19
  1.  Bernard-Henri Levy, L'Esprit du judaïsme, deuxième partie Ainsi parlait Jonas, Paris 2016, Grasset (présentation de l'éditeur [archive]).

Voir aussi

Bibliographie

  • E.-J.Bickermann, Les deux erreurs du prophète Jonas, Revue d'histoire et de philosophie religieuses, 1965, p.232-264
  • Janet Howe Gaines, Forgiveness in a Wounded World: Jonah's Dilemma Atlanta, Georgia: Society of Biblical Literature (lire en ligne) 2003 (ISBN 1-58983-077-6)
  • A. – P.-E. LaCocque, Le complexe de Jonas. Une étude psycho-religieuse du prophète (Initiations), Paris, 1989.
  • Claude Lichtert, Un siècle de recherche à propos de Jonas, Revue biblique, 112, 2005, 192-214; 330-354
  • Claude Lichtert, Traversée du récit de Jonas, coll. Connaître la Bible n° 33, Bruxelles, Lumen Vitae, 2003, 80 p. (ISBN 2-87324-219-1).
  • Henri Meschonnic, Jona et le signifiant errant, Gallimard, 1981 (traduit de l'hébreu, le texte est suivi d'un essai : "Traduire la Bible, de Jonas à Jona" suivi d'une réflexion théorique : "Le signifiant errant" dédiée à Jérôme Lindon).
  • André Neher : Prophètes et prophéties, Ed.: Payot-poche, 2004, (ISBN 2-228-89834-1)
  • E. Nielsen, Le message primitif du livre de Jonas, Revue d'histoire et de philosophie religieuses, 1979, p.499-507
  • Guershom Scholem, Sur Jonas, la lamentation et le judaïsme, traduction Marc de Launay, Éditions Hermann, coll. "Panim el Panim", (ISBN 2705680187).
  • Mora Vincent, Jonas, Paris, Cahiers Évangile n°36, Éditions du Cerf, .

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la Bible
  • Portail de la culture juive et du judaïsme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.